10/04/2015

HUG : sauvegardons la qualité des soins en orthopédie

La procédure de recrutement du successeur du professeur Hoffmeyer à la tête du service d’orthopédie commence à faire parler d’elle. Une fois de plus, les HUG s’apprêtent à nommer un candidat venant de l’UE. L’UDC s’indigne que l’on continue à faire appel à des médecins venant de l’étranger pour diriger les départements et les services de l’hôpital universitaire.
 
image003.jpg.jpegPsychiatrie, ophtalmologie, dermatologie et maintenant orthopédie : et si l’on cessait de démanteler des services ? La stratégie des HUG consistant à nommer des praticiens venus de l’étranger pour diriger départements et services a conduit à une diminution notable de la qualité des soins. La nomination d’un professeur grec à la tête du département de psychiatrie avait conduit au suicide d’un praticien et au départ de 30 psychiatres. Quant à la nomination d’un chef de service et d’un adjoint en ophtalmologie en provenance d’un hôpital allemand, cette dernière avait entraîné un départ massif de spécialistes et une baisse du nombre d’interventions du service, les médecins genevois hésitant à envoyer leurs patients aux HUG.
 
Tout récemment, suite aux dysfonctionnements rencontrés par le service de dermatologie suivi du départ de huit médecins, l’UDC déposait une motion demandant notamment de revoir la nomination des chefs de service en priorisant la compétence clinique tout en s’assurant que la classification universitaire du service de dermatologie ne puisse être remise en cause.
 
La nomination d’un médecin de l’UE à la tête du service d’orthopédie au détriment des candidats internes menacerait le bon fonctionnement du service, notamment avec le départ annoncé de plusieurs chirurgiens qui quitteraient les HUG pour le privé en cas de nomination de cette personne. S’agissant d’une profession médicale, il convient tout particulièrement lors de recrutements extérieurs à la Suisse d’intégrer systématiquement une vérification de la perception du cahier des charges du poste qui peut être très différente en fonction des pratiques et des responsabilités habituellement assurées dans le pays d’origine. Les plus prestigieux diplômes et les meilleures compétences managériales ne sauraient remplacer une connaissance des particularités propres à Genève. Preuve en sont les échecs rencontrés par les dirigeants débauchés à l’étranger par les HUG ou, de manière plus générale, par l’administration.
 
L’UDC dépose ce jour une motion demandant de nommer prioritairement aux postes de chef de service aux HUG des candidats internes ou exerçant en Suisse.
 
 
Pour tous renseignements:
Thomas Bläsi, député et candidat au Conseil administratif de la Ville de Genève,
Patrick Lussi, député, chef de groupe,

10:26 Publié dans Genève, Politique | Lien permanent | Commentaires (1) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

12/02/2015

Immigration : l’UDC-Genève reste optimiste, faute de mieux

L’UDC-Genève a pris connaissance avec beaucoup d’intérêt du communiqué du Conseil fédéral appelé « Gestion de l’immigration : le Conseil fédéral adopte le projet de loi et le mandat de négociations ». Peut-être avec plus d’intérêt que d’autres cantons suisses, nos amis tessinois mis à part, du fait de notre ​frontière avec la France et ​d​es 65 150 frontaliers étrangers qui la passent chaque jour pour occuper un emploi à Genève. ​Du fait des chiffres du chômage, qui sont le double de ceux du reste de la Suisse. ​Et puis aussi à cause de l’opposition têtue qu’affiche le Conseil d’Etat à l’initiative de l’UDC « contre l’immigration de masse », son aversion à tout contrôle de l’immigration, toute enamourés que sont nos magistrats pour l’Union européenne.
 

immigratiom-masse.jpg
Après un combat de plusieurs dizaines d’années, l’UDC-Genève est satisfaite d’entendre le Conseil fédéral « accorder la priorité à la main-d'œuvre indigène lors du recrutement de personnel en Suisse. » Mais elle ne peut cependant pas s’empêcher de relever qu’une telle démarche est naturelle dans la plupart des pays de la planète : protéger sa population, défendre l’emploi pour les siens. En discutant d'une vingtaine de mesures prises par les différents départements dans des domaines aussi variés que les assurances sociales, la fiscalité, la santé, les infrastructures ou encore la sécurité, le Conseil fédéral espère mobiliser le potentiel de main-d'œuvre indigène, en particulier les femmes et les travailleurs âgés. C’est bien. Mais pourquoi avoir attendu l’initiative de l’UDC pour venir au secours des femmes et des travailleurs âgés, principales victimes de la libre circulation que nous ont vendu ces mêmes politiciens? N’est-ce pas l’aveu que les partis au pouvoir, sempiternellement opposés à l’UDC, ont fait tout faux. En supprimant les frontières et la libre circulation, il ne fallait être un grand économiste ou un géopoliticien reconnu pour comprendre que la population suisse serait perdante face à un  marché de 500 millions de travailleurs gagnant​ ​des salaires de misère ou réduit​ ​au chômage ​dans leur propre pays​.
 
Comment ces mesures fédérales, annoncées mais encore à l’état de gestation, seront-elles appliquées par MM. Longchamp et compagnie, sachant que la préférence nationale, incluse dans l’initiative, devra privilégier une bonne partie des 13'000 résidents genevois inscrits au chômage ainsi qu’au 16'000 personnes inscrites à l’Hospice général ?
 
Privilégier sérieusement l’emploi pour les résidents et les Suisses sera donc l’une des tâches principales de nos élus. Voilà qui changera la vie de nos concitoyens​, du moins nous l'espérons non sans relever que le Conseil fédéral qui ​n’a pas ​encore présenté sa loi d’application annonce déjà​ qu’elle sera plus souple pour les ressortissants de l’Union européenne et de l’Espace Economique Européen.
 
​Sans oublier que nous devrons passer par la case Bruxelles pour finaliser le vote populaire. L’UDC-Genève salue malgré tout l’intention du Conseil fédéral et attend le prochain épisode de ce long feuilleton.
 

Céline Amaudruz, présidente et conseillère nationale
Patrick Lussi, député, membre de la commission des finances,

18:24 Publié dans Genève, Politique | Lien permanent | Commentaires (1) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

09/02/2015

UE l'avenir ? A part quelques politiques plus personne n'y croit.

UDC Genève, le 9 février 2015.

 
Le petit livre rouge de MM. Longchamp et Ruetschi


Une année après le succès de l’initiative de l’UDC « Contre une immigration de masse », celle-ci n’est non seulement pas mise en pratique mais demeure totalement contestée par les opposants qui jettent petit à petit leur masque de bons démocrates pour montrer le rictus crispé du politicien contrarié. Le 9 février leur est resté en travers de la gorge. Les Suisses n’ont pas voté comme il le fallait. C’est-à-dire qu’ils n’ont pas accepté de subir une immigration sans contrôle, quitte à remettre en question la libre-circulation.
 

traitrise.jpg

Deux dogmes que l’on ne saurait discuter, même dans un pays démocratique comme la Suisse. Il faut donc rééduquer cette masse populaire qui ne vote pas comme il faut. Premièrement en lui expliquant qu’elle n’a rien compris, qu’elle est trompée et surtout qu’elle ne doit faire confiance qu’à ses élites. Deuxièmement, une fois l’erreur corrigée, il faudra voter une nouvelle fois. Un contrôle. Pour vérifier que l’éducation citoyenne est un succès. Après? Plus de problème, on passera à l’adhésion de la Suisse à l’Union européenne.
 
En élève appliqué, La Tribune de Genève nous présente son petit livre rouge de la bonne pensée et son gourou s’appelle François Longchamp qui répète inlassablement la bonne parole à toutes les occasions, y compris les cérémonies patriotiques comme celle du 1er juin 2014. Il en est ainsi dans La Tribune du jour. Le magistrat rappelle inlassablement son crédo « la libre circulation est un principe cardinal de l’Europe, c’est son ADN. Or, on ne met pas en question son ADN ».
 
Pour l’UDC, le seul petit livre rouge qui compte, c’est la Constitution qui donne au peuple le dernier mot. Ce ne sont ni les magistrats genevois, simples exécutifs qui ont suffisamment de peine à travailler sans endetter leurs contribuables, ni la presse soumise aux groupes apatrides de la Limmat, qui ont la mainmise sur le débat politique.
 
L’UDC est choquée et peinée de constater avec quel dédain ce petit monde politico-médiatique traite la population suisse et sa démocratie.
 
Elle attend qu’enfin le Conseil fédéral sorte de son silence et revienne de ses visites à Bruxelles pour expliquer aux Suisses comment il compte mettre en pratique notre initiative. Si leur réponse ne nous convient pas, nous userons du référendum pour en appeler au peuple. Les opposants pourront en faire de même pour d’autres raisons, évidemment. C’est ainsi que fonctionne notre démocratie, en débattant avec le peuple, pas en capturant le débat pour ne laisser qu’une petite clique exprimer sa pensée unique soumise à l’Union européenne.
 
Céline Amaudruz, présidente et conseillère nationale

16:44 | Lien permanent | Commentaires (0) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

20/12/2014

L’UDC, responsable, vote le budget du canton de Genève

L’UDC, premier parti de Suisse, a une responsabilité particulière vis-à-vis de la population même si elle n’est pas représentée à l’Exécutif. Il fallait un budget pour soutenir les premiers efforts d’économie du Conseil d’Etat.

image003.jpg

Une alliance de raison. Nous avons pris une décision responsable en donnant au canton un budget. La situation n’est pas encore dramatique, mais c’est justement pour éviter le scénario du pire que nous avons tenté de réduire l’inflation du budget pour le maintenir à un niveau raisonnable.

Pour la première fois des coupes linéaires que l’UDC réclame depuis longtemps ont été acceptées. Néanmoins, nous ne terminons qu'avec un petit excédent car nous avons accepté l’amendement du Conseil d’Etat offrant une annuité partielle aux fonctionnaires.  Nous avons même accepté de redonner une marge de manœuvre au Conseil d’Etat de 7 millions de francs.

 

Cependant la dette augmente de 145 millions et dépasse les 13 milliards !

La charge de la dette représente plus de 240 millions de francs par an. Ce coût annuel investi permettrait de construire DEUX écoles et d'un Cycle d'Orientation neufs CHAQUE ANNEE !!!

 

Nous avons donc précisé au Conseil d’Etat la ligne de l’UDC car gouverner c’est prévoir :
Un budget 2016 qui couvre les investissements
Un budget 2017 avec 200 millions de boni.
Et 300 millions dans le noir en 2018 pour commencer ainsi à diminuer la dette et se préparer à la baisse des rentrées fiscales induites par la nouvelle taxation des entreprises en 2019.

Mais il s’agira de revoir la structure de l’Etat, de revenir à l’essentiel de ses tâches d’autorité et de redonner des compétences aux communes. La transition est en marche, l’UDC a pris ses responsabilités et l’accompagnera avec le soutien de la population  lors des prochaines élections communales.



Eric Leyvraz, député et commissaire aux finances

Patrick Lussi, député et commissaire aux finances

 

10:24 Publié dans Genève, Politique | Lien permanent | Commentaires (1) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

21/10/2014

Oui ! Nous avons le droit de penser Ecopop et même plus !

La polémique politique fait rage. Mais être pour ou contre cette initiative Ecopop n’est plus, à mon sens, la bonne question  car trop vilipendée, insultée, dénigrée par tous ceux qui ont un intérêt à nous maintenir dans l’esclavage de la consommation de biens tant inutiles pour vivre que dévastatrice des ressources naturelles.

Les partis politiques, l’économie, les banques, les médias ne raisonnent plus que par leurs dogmes d’efficiences, de profits, de puissance car ils sont tous, ce petit nombre de profiteurs usuriers, sujets serviles de cette détestable mondialisation libérale, oubliant l’Homme pour le profit.

MEDIAS-MENTEURS-tous.jpg

 


Nous constatons, ces derniers temps, une réelle révolution des citoyens par l’utilisation de l’outil démocratique du vote, cet outil que les relais politiques de ces milieux économiques tentent de détruire par des affabulations qui ne sont que traitrises pour démanteler notre Constitution, nos lois, nos us et coutumes.

 

Les citoyens et citoyennes comprennent que l’enjeu n’est plus la réussite ou l’échec d’un texte « initiative » mais bien celui leur avenir pour eux et leur famille, de leur place de travail, de leurs us et coutumes, de leur environnement.

 

Ils savent qu’ils doivent choisir entre l’aggravation de la vie médiocre actuelle dont les conditions se dégradent de jour en jour, même, et surtout, pour la classe « dite » moyenne et ceci uniquement pour quelques uns dont l’insolente aisance les blesse, ou, œuvrer pour un changement fondamental de paradigme dont les contours sont très prometteurs mais dont le paysage est « atomisé » chaque jour par la propagande des possédants qui, eux, ont trop à perdre.

 

La classe  dirigeante n’a que méprisé et insulté la décision populaire du 9 février.

 

OUI, pour cette votation importante du 30 novembre une majorité silencieuse mais déterminée semble faire surface et je ne peux que la comprendre.


 

Lire la suite

17:54 Publié dans Genève, Humeur, Politique | Lien permanent | Commentaires (0) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

16/09/2014

Mensonges d'un Magistrat, lettre ouverte.

La frontière des arguments alambiqués est largement dépassée.

Je m'interroge surtout quant à la perception à venir que j'aurai sur l'authenticité, l'analyse, la sincérité des textes et propositions, émanant de ce Magistrat lors des débats en Commissions ou en séance plénière du Grand-Conseil ?

Je suis tenté d'associer cette citation aux assertions de ce Magistrat :

 

« Les journalistes disent une chose qu’ils savent ne pas être vraie, dans l’espoir que, s’ils continuent à l’affirmer assez longtemps, elle deviendra vraie.  »

A. Bennett

Lire la suite

13:03 Publié dans Genève, Humeur, Politique | Lien permanent | Commentaires (0) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

25/06/2014

La forme et le fond (ou contenu) : une relation étroite ?

Certes, ces actions de « contestation-grève » des forces de l’ordre, par leur aspect peu grandissant et très mal perçu par les habitants et touristes de Genève, ne doivent pas être l’arbre qui aveugle et empêche de voir la forêt.

614_fin_contestation-300x300.jpg

 

Le blog « Marre des miliciens » d’un éminent député PLR est déplaisant par son côté « La voix de son Maître » qui ne décrit que la forme en oubliant, et c’est trop partial dans le texte, le fond de ce qui crée ce mécontentement.

 

En ce cas, nous ne sommes pas dans les arguties syndicales du « Toujours Plus » que je ne partage pas mais sur cette tendance « Cette fois ci, ce sera beaucoup moins ! »

 

Le fond, ce sont les matériaux, les pensées, la substance, le sujet ; la forme, c’est l’expression, le revêtement, l’habillement. Beaucoup pensent que le fond et la forme ne font qu’un ; on ne peut pas plus les séparer que le muscle de la chair.

 

Il est impossible d’exprimer une idée qui n’ait pas une forme, comme on ne peut concevoir une créature humaine qui n’ait pas une âme et un corps. Quand on change la forme, on change l’idée, et de même la modification de l’idée entraîne celle de la forme. Travailler la forme, c’est travailler l’idée. La forme colle sur l’idée  et l’idée est de contester ce que le Conseil d’Etat et le Parlement entendent leur imposer…

 

Alors pour la forme, je vous invite à lire cette analyse :

Expression :

« L'habit ne fait pas le moine  »

Lire la suite

11:03 Publié dans Genève, Humeur, Politique | Lien permanent | Commentaires (0) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

19/03/2014

La destruction des Templiers, similitude avec la Suisse ?

L’agenda de l’histoire nous rappelle que le  19 mars 1314, le grand maître des Templiers, Jacques de Molay, est supplicié à Paris.

Templiers1314.jpg

Poursuivi par la vindicte du roi Philippe IV le Bel, il a été condamné à la prison à vie - ce qui équivaut bien souvent à la mort certaine -, mais dans un sursaut de courage, il se rétracte soudain devant une foule stupéfaite : «L’ordre est pur, il est saint : les confessions sont absurdes et menteuses…».

Voilà le grand maître relaps, l’archevêque de Paris ne peut que le livrer au bras séculier et au feu du bûcher. Qui s’embrasera le soir même dans l’île aux Juifs, à quelques centaines de mètres des tours massives de la cathédrale, au pied de l’actuel pont Neuf.

Lire dans l’histoire non le détail des faits de l’époque, mais les similitudes des circonstances qui conduisent les « puissants » à détruire ce qu’ils ne peuvent plus contrôler  amène une analyse comparative avec les attaques que subit notre pays par les puissants oligarques de la mondialisation libérale farouchement opposée au libre arbitre des peuples exprimé par la démocratie directe.

Au début du XIIIe siècle, l'ordre du Temple, chassé de Palestine, n'en dispose pas moins encore d'une force militaire impressionnante de quinze mille hommes, bien plus que n'aurait pu en lever n'importe quel roi de la chrétienté.

C'est que de considérables donations ont rendu l'ordre immensément riche et l'ont transformé en l'une des principales institutions financières occidentales... et la seule qui soit sûre. Il gère ainsi, en véritable banquier, les biens de l'Église et ceux des rois d'Occident (Philippe le Bel, Jean sans Terre, Henri III, Jaime Ier d'Aragon...).

OUI, je discerne de grande similitude de convoitises malhonnêtes des « cardinaux » de Bruxelles , Paris, Washington conjuguant  leurs « malédictions » pour détruire ce petit pays peuplé de travailleur honnêtes qui se sont dotés d’institutions de démocratie directe leurs permettant de contester et refuser les dogmes de la « secte » Union Européenne…

N'oublions pas les "ennemis" de l'intérieur qui commencent à proclamer que la démocratie directe est un danger pour le pays et ses habitants...

 

(pour ceux qui veulent en lire plus sur les Templiers, le lien)



12:44 Publié dans Genève, Humeur, Politique | Lien permanent | Commentaires (1) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

23/02/2014

Aux barricades ! Ils attaquent notre droit d’initiative.

L'intoxication intellectuelle des dictateurs-décideurs d' Economie suisse, d'universitaires à l’intellect dépravé  et des serviles exécutants du Conseil Fédéral commence.

Ils se sont assignés la tâche de détruire la perle de nos institutions : la démocratie directe dont les expressions majeures sont le droit d'initiative et le referendum, seuls et meilleurs expressions du Droit des Citoyens, acquis difficilement et longuement au prix du sang.  Ils  permettent aux citoyens de contester les décisions prises, d’imposer de nouvelles règles.

EuropeDictature.jpg

 

Vous l’aurez compris en lisant et écoutant nos médias asservis,  la démocratie directe n’est pas euro-compatible… 

Notre démocratie helvétique permet de contester, de contrer les volontés  des dictateurs de Bruxelles déclinés par la colonisation de la Suisse pour s’emparer de sa prospérité et obliger ses citoyens, trop aisés et libres, à rejoindre la même médiocrité que celle imposée, contre leur gré, aux résidents des pays de l’Union Européenne.

 

N’oublions pas que la démocratie est bel et bien le gouvernement du peuple, par le peuple, pour le peuple.

 

Nos libertés fondamentales sont en danger. Nos « élites » nous trahissent. Résistons !

Ce lavage programmé des cerveaux  a un nom : « la nouvelle vulgate planétaire » et bien des écrits dénoncent et décrivent les actions mises en œuvre :

 

« Dans tous les pays avancés, patrons et hauts fonctionnaires internationaux, intellectuels médiatiques et journalistes de haute volée se sont mis de concert à parler une étrange novlangue dont le vocabulaire, apparemment surgi de nulle part, est dans toutes les bouches : « mondialisation » et « flexibilité » ; « gouvernance » et « employabilité » ; « underclass » et « exclusion » ; « nouvelle économie » et « tolérance zéro » ; « communautarisme » , « multiculturalisme » et leurs cousins « postmodernes » , « ethnicité », « minorité » , « identité » , « fragmentation » , etc.

 


Lire la suite

19:38 Publié dans Genève, Humeur, Politique | Lien permanent | Commentaires (9) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

17/02/2014

Syrie: « La Radio RTS trompait le public »

Je remercie "Les Observateurs" du courage rédactionnel de cet article (cliquez ici)

Le manichéisme de faire croire qu'il y a de bons résistants et un vilain dictateur est un mensonge.

C'est l'islamisme sunnite conquérant, soutenu par les monarchies du golfe, lesquelles veulent soumettre ce pays pour des raisons géopolitiques et, incontournable pour le salafisme, éradiquer les autres religions  qui sont les causes de ces massacres sans merci.

guerre-syrie.jpeg

Pour sauver "leur peau" les Syriens alaouites, les chiites, les chrétiens orientaux ou plutôt ce qu'il en reste vu les massacres subits et passés sous silence par "la bonne presse", n'ont d'autre recours que celui de rester sous la bannière de Bachar el-Assad.

Cette intolérance religieuse n’a qu’une issue : la mort des infidèles.

Il est hallucinant, en ce début du XXIème siècle de lire, sur internet ce genre de texte :

«Les chiites sont pires que les juifs. Les juifs, eux, ont au moins un livre [sacré]. Mais les chiites, on ne sait pas quelle est leur religion. En Syrie, ils tuent nos frères sunnites et détruisent nos mosquées. Ils sont prêts à tuer [les sunnites] jusqu'au Golfe. Ce sont des infidèles, ce ne sont pas des musulmans, ce n'est pas vrai que le Coran est leur livre. Ce sont des menteurs. Ils disent une chose et en font une autre.»

Les choses semblent avoir vraiment basculé depuis la bataille de Qoussair., mai /juin 2013. L'implication assumée du Hezbollah dans cette victoire écrasante pour Assad a été vécue comme une provocation par les Sunnites.

« La ville stratégique de Qoussair était aux mains des rebelles depuis plus d'un an quand l'armée de Bachar et le Hezbollah appuyée par des forces iraniennes ont réussi à la reprendre.

Les rebelles en manque de munitions n'ont pas résisté à une nuit d'intenses bombardements et les armes saoudiennes envoyées à la rescousse n'y ont rien pu faire. Depuis, le discours des Sunnites extrémistes se radicalisent encore davantage et tire clairement vers une haine confessionnelle sans limite.

Ainsi, transmis via les chaînes du satellite depuis le Qatar, les prêches populaires de l'imam sunnite Youssuf al-Qaradaoui, très suivies dans le monde musulman. Star du paysage audiovisuel musulman jusqu'en Indonésie, diffusé sur al-Jazeera, le prédicateur d'origine égyptienne a appelé «tout musulman ayant reçu un entraînement militaire à se rendre disponible» pour soutenir la rébellion syrienne. Qualifiant le Hezbollah, «parti de Dieu» en arabe, de «Hizb al-Shaytan», soit «parti du Diable», il a ajouté:

   «Le chef du parti de Satan est venu pour combattre les sunnites. Maintenant nous savons ce que veulent les Iraniens. Ils veulent poursuivre les massacres pour tuer les sunnites (...) Comment 100 millions de chiites à travers le monde peuvent-ils vaincre 1,7 milliard de sunnites. C'est seulement parce que les musulmans sunnites sont faibles.»

 

Il sera difficile de continuer de cacher le rôle obscur des Etats-Unis dans ce conflit préférant, pour ses intérêts économiques, pétroliers, soutenir les monarchies sunnites du golfe dans leurs conquêtes…

Guerre farouche instrumentalisée sur fond d’intérêts pétroliers importants, ce qui a amené la Russie à défendre les loyalistes à Bachar…

Comment voulez-vous, avec la dense opacité voulue d’une désinformation occidentale, qu’un médiateur arrive à une solution de ce conflit dans la dernière réunion de Genève ?

 


 


14:17 Publié dans Genève, Humeur, Politique | Lien permanent | Commentaires (4) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

11/02/2014

Un cadre précis pour l'application de l'article constitutionnel

Affligeante, la mauvaise foi affichée par « L’Elite » du PLR & Cie lors de ses  déclarations contraires à notre système politique helvétique du genre : « donnons les pouvoirs à l’UDC … »

dictateur-azam.jpg

Je l’ai dit hier et le répète aujourd’hui ces gens réagissent comme des dictateurs de « République bananière » destitués de leur piédestal et dénonçant un « coup d’Etat » de l’UDC évinçant les Chambres fédérales ainsi que le Conseil fédéral.

L’initiative populaire, outil de notre démocratie directe, que bien des populations sur cette planète nous envie, permet, quand le peuple estime que les gouvernants faillissent, d’imposer aux Autorités élues leurs soucis et la direction que ces autorités doivent prendre pour le bien de notre pays et de ses habitants.

Il s’agit donc pour les élus d’œuvrer et de modifier les textes légaux dans le sens voulu par la majorité des votants, non de changer les têtes au pouvoir.

Mais vous êtes en droit de vous interroger sur la pertinence de réélire ces gens lors des élections pour renouveler les Chambres fédérales en automne 2015.

 

Nos médias, à court de civisme voire de recettes publicitaires si ils publiaient de l’information objective, préfèrent dénigrer l’UDC et ses cadres par une désinformation axée sur les intentions perverses, depuis longtemps connues, des fonctionnaires NON ELUS de Bruxelles à l’encontre de notre pays.

 

Par contre, les informations émanant de l’UDC, envoyées à toutes les rédactions ne sont pas relayées.

 

Ci-dessous, le communiqué précis du Président de l’UDC suisse pour l’application démocratique de l’article constitutionnel voté dimanche.

Lire la suite

08:46 Publié dans Genève, Humeur, Politique | Lien permanent | Commentaires (2) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

09/02/2014

Arrogants, suffisants, dédaigneux alors qu’ils ont faillis. Honte à eux.

Oui, la honte m’envahit en écoutant les commentaires PLR & Cie sur la TSR et en venant de lire le blog d’un député PDC dont le titre est « HONTE ». Ce parti, notamment, en « magouillant » avec les Verts sont de ceux qui jubilaient, il y a huit ans, après avoir intrigué contre la réélection du Conseiller Fédéral C. BLOCHER, et favorisé l’élection de la fossoyeuse de notre pays, Mme EWS (article de Bilan).

Hillary-Arrogance-33849.jpg

Vous avez faillis, Mesdames et Messieurs les élus à votre serment d’œuvrer pour le bien du peuple et du pays, en préférant le « chant des sirènes » de l’Economie. Mais, à court de bons arguments, il vous est plus facile de « diaboliser » l’Union Démocratique du Centre.

Ne vous en déplaise, l’UDC s’est préparée à assumer le résultat positif du peuple suisse lors de cette votation contre l’immigration de masse.

Nous déposerons des textes, au Parlement fédéral, dès la nouvelle session.

Merci de prendre connaissance du communiqué UDC de ce soir :

 

Lire la suite

19:28 | Lien permanent | Commentaires (6) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

08/02/2014

Tous aux urnes!

Les bureaux de vote sont ouverts jusqu'à demain dimanche 12.00 heures.

Nous avons besoin de chaque voix pour obtenir un OUI à l'initiative populaire "contre l'immigration de masse".

Cette initiative est nécessaire pour que la Suisse puisse à nouveau contrôler et gérer indépendamment l'immigration.

stimmzettel-f.jpg


 
Un dimanche de votation décisif nous attend. Seul un OUI à l'initiative populaire "contre l'immigration de masse" permet à la Suisse de reprendre le contrôle et la gestion de l'immigration sur son territoire.

Celles et ceux qui souhaitent une immigration mesurée, qui veulent sauvegarder les paysages, la prospérité, la sécurité et l'identité de la Suisse se rendent aux urnes avant demain dimanche 12.00 heures et motivent un maximum de personnes à en faire autant.

Il ne suffit pas de faire le poing dans la poche. Il faut déposer un OUI dans l'urne! Il faut que le peuple prenne le destin de son pays en main pour faire bouger les choses!

Voyez ce qu'il se passe en Bosnie :

Lire avec ce lien

Oh OUI, il y a un lien direct avec la réponse qui sortira des urnes demain dimanche.


Cette mondialisation libérale qui a dévoyé et détruit nos bonnes sociétés au capitalisme régional, ce capitalisme régional soucieux de développer en harmonie la population et son économie (notre modèle suisse de la paix du travail).


La mondialisation libérale ne pense plus, n'agit plus qu'en fonction de l'efficience et de l'augmentation de ses profits, peu lui importe qu'elle laisse sur le trottoir des millions de chômeurs. Pour ses profits, elle délocalise.
Chez nous, quand la tension sociale sera son paroxysme, les mêmes manifestations se dérouleront.

Les gouvernements fédéraux et cantonaux ont vendus leurs âmes pour les gains de la nouvelle "Aristrocratie" d'Economie suisse.

Ne pas voter OUI à l'initiative UDC contre l'immigration de masse garanti le retour de "l'Ancien régime", celui où la "Noblesse" possédait tout et où le bon peuple, corvéable à souhait, souffrait la condition d'esclavage des serfs.

Le OUI à l'initiative UDC a la vertu de nous éviter la révolution sanglante qui se profile...

 

cropandresizes.jpg

 

14:58 Publié dans Genève, Politique | Lien permanent | Commentaires (4) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

03/02/2014

Les dividendes prohibitifs de l’ « Aristocratie économie suisse », contre les intérêts légitimes de la population.

Contre l'initiative UDC, nous vivons une campagne de désinformation conçue uniquement pour que les possédants conservent leurs privilèges.

Vous l’avez lu, seuls les intérêts de l’économie conjugués à l’argumentation de cataclysme si ils ne perdurent pas après le 9 février sont les écrits et commentaires que vous subissez chaque jour.

22.jpg

Sommes nous donc confronté à une prose délirante de l’ « Aristocratie économique et politique » aux Chambres Fédérales, au Conseil Fédéral, au sein de nos exécutifs cantonaux combattant une « Révolution populaire » fomentée par le dernier parti politique fidèle au peuple, ses artisans, son économie helvétique, : l’Union Démocratique du Centre ?

Les délires et trahisons des élites politiques et possédantes contre leurs peuples sont légions à toutes les époques de l’histoire.

Le cocasse réside dans cet extrait de texte, tiré de « L’Histoire populaire de la Révolution Française de 1789 à 1830 » page 349,  auteur M. Cadet, paru en 1839.

Les révolutionnaires du peuple, de l’Assemblée Nationale, s’affrontent aux bourgeois possédants qu’ils accusent de s’arroger les privilèges de l’ancienne noblesse pour exploiter à nouveau le peuple. Très édifiant :

« On le voit donc, l'Assemblée qui jusqu'à présent a combattu la Noblesse et la Royauté , combat aujourd'hui le Peuple lui-même ; elle sacrifie le Peuple comme elle a sacrifié la Noblesse. Mais est-ce l'œuvre de la Bourgeoisie?

Peut-on dire qu'après s'être servie du Peuple contre l'Aristocratie, la Bourgeoisie se sert de l'Aristocratie contre le Peuple.... ;

Qu'après avoir fait cause commune avec le Peuple, la Bourgeoisie se sépare du Peuple ?..

Peut-on dire que cette Bourgeoisie, qui parlait tant d'abord des droits du Peuple , se considère maintenant comme formant elle-même exclusivement le Peuple actif, et qu'elle compte pour rien les millions de citoyens passifs .

Qu'elle dépouille ce Peuple passif comme elle accusait l'Aristocratie de la dépouiller elle-même.

Qu'elle usurpe les droits de ce Peuple passif comme elle accusait l'Aristocratie d'usurper les siens ; — en un mot qu'elle mérite , vis-à-vis du Peuple, tous les reproches qu'elle adressait à la Noblesse privilégiée?..' »

Une seule conclusion :

Citoyens démocrates, votez OUI à l’initiative de l’UDC le 9 février.

header-f.png



13:32 Publié dans Genève, Humeur, Politique | Lien permanent | Commentaires (0) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

01/02/2014

Bilatérales, « cassis de Dijon », Bruxelles intrigue à nouveau pour nous empoisonner !

Nos « chers » Conseillers Fédéraux et gouvernants cantonaux, plus soucieux d’augmenter les profits des barons de l’économie en argumentant pour le maintient des bilatérales actuelles  que de s’occuper de la santé des habitants de ce pays passent coupablement sous silence ce retour de directives criminelles allant recréer l’épidémie de « vache folle ».

2999911085.jpg

Le monde paysan devra à nouveau subir les diktats et pressions des puissants lobbys de l’industrie agro-alimentaire pour nourrir les animaux d'élevage.  Pour nous tromper, on ne parle plus de "farines de viandes et d'os", mais de "protéines animales transformées" (PAT).

L’alimentation des ruminants par des farines de porc et de volaille, avait été prohibée dans l'UE lors de la crise de la "vache folle", en 1997.

L'interdiction avait été étendue en 2001 aux aliments destinés à tous les animaux de consommation, dont les poissons.

La page de cet épisode est complétement tournée pour la Commission Européenne qui avance que "le risque de transmission de l'encéphalopathie spongiforme bovine (ESB) entre animaux non-ruminants est négligeable", l'UE serait "dans la phase finale de l'éradication de l'ESB au sein de son cheptel bovin", à peine 28 cas ont été identifiés en 2012, sur quelque 40 millions de têtes de bétail adulte.

BBmeilleurdesmondes.jpg

L’habillage écologique dans cette affaire est grossier. La réutilisation des protéines issues des carcasses et abats de boucherie plutôt que les détruire diminuerait la pression sur des cultures végétales gourmandes en terre, en eau et en pesticides.

Le secteur agro-industriel a démontré à maintes reprises qu’en l’absence de traçabilité et de contrôles, sa cupidité conduit à des pratiques dangereuses. Par exemple, le scandale récent de viande de cheval dans les plats cuisinés "lasagne pur boeuf"...

La logique est de mettre sur le marché, sous la pression d’industriels, des sources de protéines bon marché pour concurrencer le soja dont les cours ont tendance à grimper.

Dans son N° 65 de février 2014, la Fédération romande des consommatrices interpelle ses lecteurs par le titre : « De nouveau roulés dans la farine ? »

 

Il est relevé:

« L’Union européenne réfléchit à réintroduire cette année les farines de volaille dans l’alimentation des cochons, sous la pression de gros producteurs comme la Pologne et les Pays-Bas. L’inverse – nourrir les volailles avec des farines de porc – est envisagé dans un second temps. 

En Suisse, l’idée est relayée par VSF , l’association des fabricants d’aliments fourragers, qui avance aussi bien des raisons économiques qu’écologiques. »

N’hésitez pas à consulter l’article de la FRC  (lien)

 N'oublions pas la volonté du Conseil Fédéral, soit disant inoffensive, de soumettre notre droit suisse au droit supérieur de l’UE,  ce qui aura, pour ce cas, cette conséquence :

L’utilisation des « farines animales » interdites par le droit suisse sera autorisée par Bruxelles. Le doit de l’UE dominera et nous serons à nouveau empoisonné par les « farines animales » renommées mensongèrement PAT (protéines animales transformées).

 

Refuser de se laisser rouler dans la farine, c’est également voter OUI, le 9 février, pour l’initiative contre l’immigration de masse de l’UDC.

stimmzettel-f.jpg



 

13:19 Publié dans Genève, Humeur, Politique | Lien permanent | Commentaires (1) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook