24/03/2010

Où es-tu Liberté d'expression ?

Il me semble, que la forme majeure du disfonctionnement de nos institutions démocratiques et laïques actuelles est  la notion floue et très partisane du “Politiquement correct”.

Les minorités politiques, religieuses, ethniques s’arrogent le droit de demander la suppression des modes de vie, de pensées et autres des autochtones majoritaires pour imposer leurs pratiques coutumières.

Les réactions tout aussi légitimes des populations autochtones sont par contre systématiquement et violemment attaquées. La condescendance de la presse et des édiles politiques pour ce “politiquement correct” permettent d’induire en erreur bien des gens en ajoutant  les fins de mots en ...phobes et autres.

La liberté d’expression est de plus en plus bafouée sous des prétextes fallacieux.

La liberté d’expression et de penser, c’est de pouvoir écrire et diffuser sans craintes des minorités barbares les lignes, ci-dessous :

“Est ce l’Islam qui engendre la barbarie ou la barbarie qui a engendré l’Islam? Car, à bien y réfléchir, cette pseudo religion sectaire est une idéologie qui LEGITIME la violence et les pires exactions. Le musulman qui se réfère au Coran pour perpétrer des crimes est une espèce de barbare illuminé qui se pare des vêtements séducteurs de la connaissance et de la piété.
L’Islam réussit l’exploit de mettre les pires tendances naturelles de l’être humain, ses instincts les plus vils, au service des plus hautes aspirations!
Au contraire, le christianisme cherche à canaliser nos instincts bestiaux pour protéger les plus faibles au nom de principes et de valeurs basées sur l’amour et non la haine.
En ce sens, l’Islam est aux antipodes du christianisme.”

10:33 Publié dans Humeur | Lien permanent | Commentaires (12) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

Commentaires

Il est vrai que la canalisation des instincts bestiaux pour protéger les plus faibles est l'apanage d'une part importante du christianisme. À savoir le catholicisme. Il suffit de savoir ce qui se passe depuis fort longtemps dans le clergé.
Il y aurait quelque peu de mou dans la corde à nœuds !

Écrit par : Rollmops | 24/03/2010

Allez, histoire d'ajouter un peu de harissa dans le couscous:

"Si la grandeur du dessein, la petitesse des moyens, l'immensité du résultat sont les trois mesures du génie de l'homme, qui osera comparer humainement un grand homme de l'histoire moderne à Muhammad ? Les plus fameux n'ont remué que des armes, des lois, des empires; ils n'ont fondé (quand ils ont fondé quelque chose) que des puissances matérielles écroulées souvent avant eux. Celui-là a remué des armées, des législations, des empires, des peuples, des dynasties, des millions d'hommes sur un tiers du globe habité; mais il a remué de plus des autels, des dieux, des religions, des idées, des croyances, des âmes,... sa longanimité dans la victoire, son ambition toute d'idée, nullement d'empire, sa prière sans fin, sa conversation mystique avec Dieu, sa mort et son triomphe après le tombeau attestent plus qu'une imposture, une conviction. Ce fut cette conviction qui lui donna la puissance de restaurer un dogme. Ce dogme était double, l'unicité de Dieu est, l'autre disant ce qu'il n'est pas; l'un renversant avec le sabre des dieux mensongers, l'autre inaugurant avec la parole une idée! Philosophe, orateur, apôtre, législateur, guerrier, conquérant d'idées, restaurateur de dogmes rationnels, d'un culte sans images, fondateur de vingt empires terrestres et d'un empire spirituel, voilà Muhammad!
A toutes les échelles où l'on mesure la grandeur humaine, quel homme fut plus grand ?"
Lamartine. Histoire de la Turquie, Paris, 1854.

Au fait, de qui sont les lignes immortelles que vous citez ?

Écrit par : Azrael | 24/03/2010

les milliers d'enfants abusés par des moines, des curés, des évêques vont se marrer, et apprécier "au contraire le christianisme cherche à canaliser nos instincts bestiaux"

Écrit par : briand | 24/03/2010

Et bien, pour un premier blog, merci de l'avoir lu.
Etre d'accord ? est-ce la finalité ?
Je ne le pense pas.
Mais par les différences, creuser un sujet, Oui.
Ainsi, mais c'est l'actualité certainement qui le commande, vous argumentez tous, non sans raisons, sur le côté sexuel et la pédophilie.
Actes condamnables du clergé je vous suis.
Mais, parlons aussi, et là nous ne sommes plus dans un clergé mais parmi Monsieur Tout le monde musulman, quid de la pédophilie envers les Très jeunes filles ?
Vous me répondrez qu'ils les marient dès 8 ou 12 ans et que ce n'est plus de la pédophilie....

Écrit par : Le Plébéien | 24/03/2010

La "pédophilie" est le sujet à la mode et d'évidence ne se limite pas aux adeptes de telle ou telle religion et n'en constitue pas un signe distinctif.

On pourrait, si vous le préfèrez, rappeller les bienfaits et les douceurs infinies de la "christianisation" des Amériques et de l'Afrique, ou les multiples béatitudes des guerres de religions européennes encore vivantes ou encore la tendresse admirable des pogroms anti-juifs d'un temps si peu passé.

Écrit par : Azrael | 24/03/2010

de quoi parle-t-on de la liberté d'expression, c'est à dire de la liberté de dire et d'écrire que l'Islam est une religion de "barbares" , pas de problème avec ça , par contre de comparer l'Islam avec un christianisme idéalisé procède d'une démarche non seulement singulièrement réductrice , mais d'un négationnisme des crimes commis au nom du Dieu des chrétiens , au siècle dernier y compris.
Bref la liberté d'expression est donc aussi la liberté de dire n'importe quoi, mais probablement pas avec n'importe qui.

Écrit par : briand | 24/03/2010

Dommage que vous tombiez dans la confusion des genres. Vous mentionnez le catholicisme. Religiosité, Dogmes, déviations, pouvoirs etc. Rien à voir avec les premiers enseignements...

Mais :
"Ceux qui ne connaissent pas leur histoire s'exposent à ce qu'elle recommence" Elie Wiezel.

Nos sociétés libres et laïques occidentales ont réglé leurs comptes avec les Dogmes et exactions religieuses du passé.

Quant à "cet Islam" si bon et de lumière, je vous conseille le livre : "Le Génocide Voilé"de Tidiane N’Diaye. On y parle surtout du passé !

Pour vous convaincre, cet extrait de critique :

Le travail de l’anthropologue et économiste Tidiane N’Diaye se définit par un projet clair et précis : réécrire avec objectivité et sans complaisance l’histoire négro-africaine. Tragédie des traites transatlantiques et arabo-musulmanes, des diasporas, grandeur de l’empire éthiopien, ghanéen ou malien, héroïsme des révoltes (les marrons), ‘L’Eclipse des Dieux’, son livre précédent, était un condensé d’une histoire des peuples noirs falsifiée ou oubliée. Avec ‘Le Génocide voilé’, l’essayiste se focalise sur le sujet à la fois tabou et polémique que représente la razzia de l’Afrique subsaharienne par les Arabes sous la forme d’un commerce violent et d’un génocide méconnu. Lui-même noir, musulman et chercheur, N’Diaye a su transcender le pathos masochiste occidental et éviter les concessions filiales pour dresser un constat accablant à partir d’une enquête sérieuse et documentée. Loin de se contenter de comparer la traite occidentale à celle évoquée dans ce livre, il préfère témoigner de cette amnésie tout en tentant d’en expliquer les causes. Ainsi, c’est avec courage et sincérité qu’il confirme la persistance de l’esclavagisme dans certaines régions, qu’il interprète, par exemple, le conflit du Darfour de ses précieuses informations, qu’il dénonce la brutalité passée et inavouée du prosélytisme islamique envers les populations africaines, qu’il objective, enfin, la volonté actuelle de “voiler” ce génocide.
L’intérêt de ce livre réside également dans l’absence de ressentiment ou d’idéologie au profit d’un souci évident de réhabilitation historique et d’une justesse des affirmations. Un livre étonnant, exaltant - paradoxalement passé inaperçu - mais qui a l’avantage d’éclairer le passé pour mieux appréhender le présent et investir l’avenir d’un regard neuf et lucide, sans volonté de nuire ou d’opposer.

Écrit par : Le Plébien | 24/03/2010

Il y a des gens qui confondent la liberté d'expression avec le droit d'insulter. Il est vrai que quand on exprime sa pensée en toute liberté, certaines personnes à la sensibilité chatouilleuse et généralement à sens unique, se sentiront sans nul doute "attaquées". Par exemple, le 1er commentaire sur ce billet. Vous parlez du fait que le christianisme vise à adoucir les mœurs et les coutumes. Cette personne fait la critique de certaines actions ignobles de certains individus et les attribue sans autre à l'action du christianisme! Pourtant, la pédophilie est malheureusement trop répandue parmi les tenants de toutes les religions et chez ceux qui ne croient en rien.

Ce qui devrait plutôt attirer l'attention ce sont les textes fondateurs qui portent les croyances, et leur critique, pour savoir si oui ou non ils permettent, ou pire, encouragent l'exécution de telles horreurs. Après, avoir le courage d'utiliser la liberté d'expression pour les dénoncer.

Écrit par : Hakim | 24/03/2010

Je t'aime Mohammad que La bénédiction d'Allah soit sur toi, ta famille et tes complaignants,
Parce que Dieu t'a envoyé comme miséricorde à l'humanité entière, je t'aime parce que Dieu t'aime et parce que tu es un homme exceptionnel, je t'aime Mohammad (que le salut de Dieu soit sur toi) et tu me manques beaucoup.

Tu incarnais la beauté physique et morale et nul ne peut se comparer à toi, même les non musulmans en témoignent.



“Il était César et le pape réunis en un seul être; mais il était le Pape sans avoir les prétentions du Pape, et César sans avoir les légions de César: Sans armée, sans garde du corps, sans palais et sans revenu fixe; s'il y a un homme qui a le droit de dire qu'il règne par la volonté divine, se serait Mohammad, puisqu'il a tout le pouvoir sans avoir les instruments ni les supports.”

Bosworth Smith,
Mohammad and Mohammadanism,
Londres, 1874, p.92

Écrit par : mouchkito | 24/03/2010

Compagnons

Écrit par : mouchkito | 24/03/2010

Un livre intéressant sur le sujet:"The legacy of Arab-Islam in Africa." de John Alembillah Azumah, Ghanéen.
J'aime ce superbe continent, et comme Madame Aminata Traoré,(écrivain et politicienne du Mali) je pense que les Africains ne doivent pas tendre à être des "clones" d'Occidentaux.
Ni croire que s'expatrier est gage de bonheur et réussite.
Cette pudeur dans l'expression d'une souffrance encore vivace est typique des victimes sachant qu'il n'y aura pas de véritable écho...
Il ne faut pas oublier le pouvoir de l'argent, saoudien en majorité, qui finance des écoles (coraniques) dans beaucoup de pays africains, et corrompt des dirigeants.
La situation est presque similaire en Bosnie et contrées similaires...
La honte de porter la foi musulmane comme une dernière trace de vassalisation par l'empire Ottoman voilée par cette manne généreuse mais honteuse...
Il n'est pas "politiquement correct" de dénoncer des actes commis par des peuples musulmans, par des musulmans tout court, et nous en savons quelque chose, non?

Écrit par : Mireille Luiset | 25/03/2010

P.S.
Mon commentaire fait suite à celui de @Le Plébéien ^^

Écrit par : Mireille Luiset | 25/03/2010

Les commentaires sont fermés.