04/05/2010

La condamnation des "victimes" est elle la solution ?

Cela doit, sans doute, dérouter certains que je m'interroge sur cette réalité actuelle.

Mais avant tout, un démocrate épris de Justice veut que l'on prenne en compte la cause du problème et non les effets qui, en l'occurrence, sont les victimes de dogmes discriminatoires pour le sexe féminin, quelque soit, malheureusement, son âge.

La cause, c'est la conception politique de l'Islam et ses effets colatéraux attaquant, tous azimuts, nos sociétés démocratiques et laïques.

Le but, ce jour, n'est pas d'en dresser la liste, elle est partiellement connue car elle est en constante expansion.

Hier le Corriere de la serra, dans un article, annonçait :

500 € d'amende à une musulmane en burka

Elle s'était présentée dans un bureau de poste vêtue de la Burka.

Un arrêté municipal interdit ceci depuis le mois de janvier 2010.

Permettez-moi un parralèle avec la répression de la toxicomanie. Les consommateurs sont poursuivis et amendés. Mais la lutte efficace se mène contre les producteurs et trafiquants. Les peines de prison sont exemplaires.

C'est à ce niveau que notre "angélisme béat" permet, sans sanction, l'activisme de ceux, malgré notre accueil bienveillant, qui oeuvrent pour détruire nos valeurs laïques pour faire dominer la théocratie religieuse.

Mais pour nos élites actuelles, combattre les causes de ces attaques n'est pas du "politiquement correcte"

Alors ils se contentent de "mesurettes" à l'encontre de ces femmes, premières victimes de ces règles religieuses d'un autre Âge.

http://www.corriere.it/cronache/10_maggio_03/novara-donna...

La traduction de l'article ci-dessous


Novara - Le journal "La Tribuna novarese" rapporte aujourd'hui qu'une femme musulmane de Novara, une ville du nord de l'Italie, devra payer une amende de 500 euros pour s'être présentée dans un bureau de poste vêtue de la burka. Un arrêté municipal, en vigueur depuis janvier dernier, interdit en effet de porter le voile islamique intégral dans les écoles, dans les hôpitaux et dans les édifices administratifs de la ville. Selon Massimo Giordano, maire de cette ville du Piémont et membre de la Ligue du Nord : «L'application de cet arrêté est le seul moyen dont on dispose pour mettre un terme à ces comportements qui rendent toujours plus complexe le difficile parcours vers l'intégration. Avec cette sanction, ajoute-t-il, nous appliquons concrètement les mesures votées en début d'année et qui ont pour but de dissuader ceux qui ne veulent toujours pas comprendre qu'ici à Novara l'ensemble des citoyens n'accepte pas et ne veut pas qu'on se promène en ville en burka. Il est clair qu'au départ nous ne pensions pas qu'il serait nécessaire d'avoir à appliquer de telles sanctions et que nos concitoyens auraient fait preuve de bon sens afin de garantir à tous une vie communautaire plus tranquille. Je suis désolé que certains n'aient pas encore compris que le fait de porter un vêtement ne permettant pas l'identification personnelle, peut être toléré à l'intérieur de chez soi mais pas dans les lieux publics, dans les écoles, dans les autobus ou dans les bureaux de postes. »

10:47 Publié dans Politique | Lien permanent | Commentaires (0) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

Les commentaires sont fermés.