06/05/2010

Quand les hérésies des Bilatérales vous atteignent !

41 % d'adjudication, c'est la proportion actuelle (donc pas définitive vu que les adjudications sont en cours) qu'un grand groupe français obtient pour les travaux de construction du CEVA.

Cela fait non seulement mal au patronat genevois mais les conséquences prévisibles sur l'emploi dans le secteur du bâtiment genevois s'annoncent sous la déclinaison CHOMAGE.

Il est vraiment paradoxal que ce chantier titanesque, décrit aussi pour sa vertu de relancer les tissus économiques genevois en période de crise, favorise presque déjà à 50 %, la concurrence étrangère.

A ce stade, quand nos magistrats nous affirment qu'ils ne peuvent agir autrement vu les accords d'ouverture signés, nous sommes en droit de porter le débat sous un autre angle, c'est à dire :

 

Ces accords politiques sont-ils justes et équitables pour les entreprises et ouvriers locaux ?

 

C'est avec un certain plaisir que j'écouterai, ce soir au Grand-Conseil, un patron du bâtiment genevois, libéral donc dogmatiquement obligé d'encenser les accords bilatéraux, les contredire en nous expliquant son intervention auprès du Conseil d'Etat genevois pour que nos entreprises ne restent pas sur le carreau !

Ma causticité ne se porte que sur la forme du discours qu'il tiendra car, sur le fond, je ne pourrai, comme patriote démocrate, que soutenir avec ferveur son intervention.

 

11:40 Publié dans Politique | Lien permanent | Commentaires (7) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

Commentaires

L'Europe est en train d'imploser, nul doute que ces petits travaux seront à revoir!

Il faudra qu'on m'explique en détails les biens faits des bilatérales, pour l'instant je ne vois que des problèmes!

Écrit par : dominniquedegoumois | 06/05/2010

"la concurrence étrangère"... les français ne sont-ils pas des "partenaires" dans ce chantier?

Écrit par : matthieu | 06/05/2010

@ Matthieu

Certainement Monsieur,

Au fait, connaissez vous le montant que "les partenaires" donc l'Etat français va investir dans les travaux du CEVA ?

Cette information m'intéresse vivement car elle n'apparaît dans aucun document parlant du financement CEVA sur le territoire suisse.

Écrit par : Le Plébéien | 06/05/2010

@Matthieu
Oui, Monsieur, les français sont certainement les "partenaires" mais seulement pour "prendre" et pas pour "donner"...
C'est la triste verité ...
Bonne soirée,
amb

Écrit par : amb | 06/05/2010

@ tous...: concernant la participation française au CEVA les chiffres ont été communiqués, critiqués, et commentés lors du vote... je ne les ai plus en tête mais il vous suffira de quelques minutes de recherches pour les trouver.

plus particulièrement à amb: parce que vous pensez que la suisse a "donné" quoi exactement à la France? vous pensez qu'ils ont volé ces adjudications? que les genevois se bougent un peu, qu'ils soient compétitifs et alors ils pourront critiquer!!! allons soyons sérieux la suisse n'a jamais rien donné à la France alors pourquoi voulez vous que la France se montre particulièrement généreuse à l'égard des entreprises genevoises? (imaginez VINCI: "merci de m'avoir choisi mais bon, par bonté d'âme, je vais refuser ces millions et les octroyer à cette superbe société genevoise qui arnaquera le canton en multipliant ses tarifs par...?" MDR!!!

Écrit par : matthieu | 07/05/2010

Dommage, Monsieur Matthieu que vous ne sachiez sérier vos informations.

Ne tombez pas, si facilement, dans les pièges polémiques que l'on vous tend

La France ne paie aucun millimètre du CEVA sur le territoire Suisse.

Nous avons dû "tirer l'oreille" aux politiques français pour que tout récemment, ils acceptent de financer les travaux nécessaires d'adaptations sur VOTRE réseau ferroviaire.

Rappelez-vous ! Sans cette décision le projet capotait.

Mais à vous lire, nous pourrions penser que les contribuables suisses auraient dû également payer les quelques centaines de mètres sur territoire français entre la frontière et Annemasse.

Écrit par : Le Plébéien | 07/05/2010

@ Matthieu : " allons soyons sérieux la suisse n'a jamais rien donné à la France alors pourquoi voulez vous que la France se montre particulièrement généreuse à l'égard des entreprises genevoises?"

La Suisse a offert pour quasiment un demi-milliard de francs àa la gaule pour refaire son réseau ferroviaire qu'elle laisse à l'abandon.
http://www.bav.admin.ch/hgv/01872/01882/01928/index.html?lang=fr

Dans la plupart des régions frontalières Suisses, ce sont les CFF (donc la Suisse) qui met à disposition ses trains, ou qui ont commandé des rames exprès pour.
Le canton de Bâle, les CFF (donc les SUISSES) se sont fait entuber de 6 rames Colibri et 14 rames FLIRTS pour un montant de plus de 50 millions de francs. Le matériel a été commandé pour le RER Alsace, qui les a refusés après-coup.
http://www.onlinereports.ch/News.117+M502a5161311.0.html

Alors ne venez pas faire le malin avez votre gaule, ce pays du tiers-monde ferroviaire.

Écrit par : Paul Vincent | 08/05/2010

Les commentaires sont fermés.