07/05/2010

Islamophobie ou légitime défiance ?

Le titre du blog ne m'appartient pas. C'est celui d'un excellent livre d'une femme suisse : Madame Mireille Valette. Elle a participé avec passion aux combats féministes des années 70. Elle a aussi été journaliste à la Tribune de Genève durant 11 ans.

Son ouvrage, paru en 2009, dont je conseille à tous la lecture, m'est apparu sans aucune ride alors que je consultais le site Romandie News.

 

Femmes de plusieurs partis opposées à l'interdiction de la burqa

Une interdiction de la burqa n'améliorera certainement pas l'égalité entre les sexes, ni les droits des femmes. Fortes de cette conviction, les femmes de quatre partis politiques - PS, Verts, PLR et PCS - s'opposent à cette idée, qu'elles jugent populiste.

 

Je doute qu'elles aient réellement compris les enjeux et, malheureusement, les utopies proviennent souvent des gens les moins concernés par le problème soulevé.

Dans son avant propos Madame Valette s'étonne du soutient déconcertant accordé à cette frange réactionnaire de la part du pouvoir politique et des mouvements progressistes. Quant à l'ONU et aux organisations internationales, elles plient de plus en plus devant des revendications d'un autre âge, renonçant à leurs valeurs humanistes.

Une excellente préface de Me Charles Poncet nous décrit comment il en est parvenu à partager l'indignation de l'auteur.

Un parallèle intéressant est mentionné avec les descriptions que les philosophes des lumières ont donné du totalitarisme de l'Eglise catholique d'alors.

"Quand Voltaire tonnait contre l'infâme, prenait la défense du chevalier de la Barre ou étrillait les jésuites dans Candide, il décrivait une réalité comparable à celle dénoncée par Madame Valette."

"Lorsque Diderot, qui savait lui aussi où mène l'intolérance, nous donne son incomparable et fulgurante définition des religions, ce sont aussi les oppresseurs des femmes en terre d'islam qu'il apostrophe."

"Ce livre nous rappelle que nos libertés sont fragiles, combien la lutte pour les acquérir fut longue et à quel point nous pourrions, au fil des années, courir le risque d'une régression comparable à celle de l'Europe connut après la chute de l'Empire romain."

"L'histoire de va pas d'un point de départ barbare sur une ligne droite de civilisation en constant progrès. Il suffit d'une invasion ou d'un accident de l'histoire pour qu'au contraire une civilisation régresse, oublie, perde et renonce à ce qui faisait sa force."

 

Les affirmations  de ces dames politiques sont inquiétantes. Elles démontrent une méconnaissance de bien des aspects de ce sujet qui, il est vrai n'est pas dans le politiquement correcte qu'elles affectionnent tant.

Ont elles vraiment écouté et surtout entendu les propos de cette autre femme courageuse Fadela Amara ?

Sa maestria lors de la dernière émission "on n'est pas couché", sur le sujet de la "burqa" démontre, pour le moins,  l'incurie de ces femmes politiques suisses.

 

12:07 Publié dans Politique | Lien permanent | Commentaires (31) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

Commentaires

Monsieur Lussi, les personnes que vous mentionnez feraient bien de jeter un coup d'œil sur l'opinion de musulmanes "d'à pied" au sujet du niqab, à fortiori de la burka : http://www.dailymotion.com/video/xas3b0_musulman-critique-le-niqab_lifestyle

Écrit par : Hakim | 07/05/2010

Mr Lussi,

vous dites:"Ont elles vraiment écouté et surtout entendu les propos de cette autre femme courageuse Fadela Amara ?" sur le ton d'un donneur de lecons...
mais avez-vous pris la peine d'écouter ces femmes qui portent le niqab, le voile ou meme la burqa ? non je ne crois pas hélas!

Aussi, je ne sais pas si ces femmes politiques suisses le font par soucis de liberté et de droits de l'Homme ou par soucis économiques (afin d'éviter que les riches clientes du Moyen Orient ne désertent Genève) mais si la 2eme option s'avère vraie, qu'il sen soit ainsi.

Écrit par : Daniel | 08/05/2010

Pas d'islamophobie avec les comptes bancaire ayant déstabilisé ces pays, pas d'islamophobie non plus avec la présence en Suisse des principaux chefs du GIA et du FIS, au contraire, ils vont boire des cafés avec des membres de l'UDC !
Tant que l'Islam sent bon le fric ensanglanté, pas d'islamophobie !

Écrit par : Corto | 08/05/2010

@Corto. Pourtant le ministre turc chargé des Affaires européennes, Egemen Bagis, a exhorté les musulmans à retirer leur argent des banques de Suisse, après l'annonce dans ce pays d'un vote favorable à l'interdiction des minarets, dans des déclarations publiées par le journal Hürriyet. "Je suis convaincu que cette décision (des électeurs suisses) incitera nos frères musulmans à revoir leur décision de garder leur argent dans les banques suisses", a-t-il dit.
Le ministre a invité ces déposants à préférer les banques turques, les moins affectées, selon lui, par la crise financière globale. Bien sûr il s'agit d'une proposition opportuniste de rapatrier des fonds en Turquie

Daniel Cohn-Bendit a même rajouté que "la plus formidable des ripostes (...) serait que les plus riches des pays musulmans retirent leur argent des banques suisses. Vider les caisses de la Confédération: voilà ce qu'il faudrait!", a-t-il déclaré. Décidément, Dani le Rouge est toujours aussi vert !

Écrit par : sirène | 08/05/2010

Les places financières arabes, Dubaï, Doha etc. sont bien plus sures et plus intéressantes !
Mais ce n'est pas au turc de faire de l'ordre en Suisse, c'est aux Suisses eux-même, nous ne pouvons pas continuer de créer et de cautionner de pareilles déstabilisations, spécialement dans les dictatures sanguinaires, on a bien vu avec kadhafi qui sont les barbares qui planquent leur fric sale dans nos banques !

Écrit par : Corto | 08/05/2010

Le shekel israélien est à contre-courant de cette année économique catastrophique. C’est l’exemple par excellence de la réussite israélienne. La meilleure monaie de tout le Moyen-Orient… Et même d’Europe… Et vu la croissance économique, le Shekel ne va que continuer son ascensions. Tous comme les taux d’intérêts!

Le shekel est la seule monnaie à gagner par rapport au dollar cette année parmi les 10 plus active des devises des pays émergents en Europe, au Moyen-Orient et en Afrique. Les prévisions de la banque centrale sur la croissance économique sont de 3,7 pour cent cette année, stimulée par les exportations, alors même que les décideurs politiques d’augmentent les coûts des emprunts pour endiguer l’inflation. Le forint hongrois à lui par exemple chuté de 13% et le zloty polonais de 11%. Quand à la zone Euro dans sa globalité, les perspectives sont à la baisse pour les mois à venir!

“Le shekel est roi”, a déclaré Lior Faust, Directeur des relations pour les hedge funds à la Banque Leumi. «Il ya des perspectives positives pour les taux d’Israël, une forte croissance et une balance commerciale en bonne santé. Israël n’est pas lié aux problèmes de la zone euro avec la Grèce, l’Espagne et le Portugal, alors pourquoi devriez-vous vendre le sicle?”
Le shekel a étendu les gains à tel point que le gouverneur de la Banque d’Israël, Stanley Fischer, a commencé à acheter de la monnaie étrangère en Mars 2008. Il s’est engagé en août à conjurer les sursauts boursiers pour protéger les exportateurs et la croissance. Le pays doit rester attentif à la possibilité des retombées de la crise, à la dette et aux exportations vers l’Europe… Mais dans l’ensemble tout est bon!

Les réserves ont atteint un niveau record 62,5 milliards de dollars à la fin Mars. En octobre, la Banque d’Israël a déclaré qu’elle continuerait de «suivre de près l’évolution” du marché des changes et a pris des “mesures exceptionnelles d’intervention» pour protéger la croissance, l’emploi et la stabilité.

Fischer, qui a contribué à orienter l’économie d’Israël vers le haut, a fait un travail remarquable. Il a abaissé à 8 reprises depuis octobre 2008 les taux de la banque d’Israël. Le 21 avril, la banque centrale a relevé ses prévisions de croissance pour 2010 à 3,7 pour cent (au lieu de 3.5%) et a publié une prévision de croissance de 4%. L’indice boursier de référence d’Israël a atteint un record le 6 avril, stimulée par la croissance économique.

Cette année, les économies avancées, y compris les États-Unis, l’Allemagne et le Japon vont croître de 2,3 pour cent, au lieu des 2,1M prévus en janvier par le FMI. “Si vous regardez les chiffres, l’économie d’Israël est l’une des plus stables dans le monde, le marché boursier a été parmi les premiers à battre un record d’avant la crise”, a déclaré Tal Zohar Avda, chef de la direction au Forex Capital Markets LLC.

Les décideurs politiques en Chine, Inde, Vietnam et Israël ont augmenté les taux d’intérêt en même temps que la croissance s’accélère et que les bulles spéculatives explosent. La Banque d’Israël a augmenté son taux de prêt de référence à quatre reprises depuis août à 1,5%.

Les décideurs politiques israéliens sont en train de ramener le taux à un plus niveau «normal», a indiqué la banque d’Israël le 26 avril. Les autorités monétaires peuvent augmenter le taux à 2,75 % d’ici la fin de l’année. “Les taux devraient augmenter, pour apaiser les craintes sur l’inflation” affirme un expert anglais. .

L’inflation en mars a ralenti à 3,2% (au lieu de 3.6% les mois précédents), restant tout de même supérieur aux objectifs du gouvernement (3% maximum).

Écrit par : Corto | 08/05/2010

Vu l'usage qu'en font certains malins et le risque terroriste sous la burqa, il est impératif de l'interdire. Mesdames les politiciennes qui ne voyez pas plus loin que le bout de votre nez, il ne s'agit pas là d'égalité entre les sexes, ni des droits des femmes mais de sécurité et si cette idée vous parait populiste, la contrer résulterait de votre manque de discernement.

L'exemple ci dessous n'est pas une "Première":

Australie : début d’une polémique sur l’interdiction de la burqa
Posted: 07 May 2010 11:30 AM PDT
Un braquage prétendument fait par un homme vêtu d’une burqa a lancé une polémique en Australie pour savoir si le voile islamique intégral devait être interdit. Le libéral Cory Bernardi de l’opposition dit que le cambriolage a démontré que la burqa “apparaissait comme le déguisement préféré des bandits” (…)

Les députés Kevin Rudd et le leader libéral Tony Abbott se sont passés de commentaires et ont affirmé qu’ils ne soutiendraient pas l’interdiction. La polémique suit les débats similaires sur la burqa dans les pays européens. La semaine dernière, des politiciens belges ont voté l’interdiction du voile intégral dans l’espace public. (…)

M. Bernardi (à droite), sénateur du sud de l’Australie, a fait des commentaires après qu’un homme ait été arrêté (…) dans une voiture dans un parc de Sydney ce mecredi (…) ; il avait dérobé un sac de billets. La victime dit que son agresseur était un homme portant des lunettes de soleil et une burqa afin de ne pas être identifié.

[Le sénateur] écrit dans son blog que la burqa “n’était pas australienne” et devrait être bannie pour des raisons de sécurité et pour le bien de la société.” Selon moi, la burqa représente une domination repression des hommes envers les femmes et n’a aucune place dans notre société. Elle compromet certains des plus importants aspects de la communication humaine” dit-il. “Elle établit aussi un ensemble de règles et d’attentes dans notre société jusqu’ici homogène”.

M. Abbott prétend que l’homme politique M. Bernardi était “autorisé à avoir une opinion” mais qu’il ne soutenait pas personnellement l’idée d’interdire le voile. “Je pense que beaucoup d’Australiens trouvent que le port de la burqa est assez agressif et j’espère que son port ne sera pas généralisé”, répond-t-il à ABC news. “Mais le fait est que nous n’avons pas de politique pour la bannir et nous avons toujours respecté les droits des gens” (…)

M. Rudd a accusé l’opposition d’exprimer des points de vue contradictoires sur cette question. “Il [Bernardi] arrive et dit que c’est ce qu’il veut faire. M Abbott dit ensuite que ce n’est pas leur politique” (…) “Ils ne vont pas dans le même sens”.

Source :Bivouac ID - BBC news

Écrit par : Patoucha | 09/05/2010

Taisez-vous Patoucha, la saison des vacances approchent et les quais genevois se préparent déjà à l'assaut des belphégores et de leurs petits mari en jeans moulants et t-short à paillettes !
L'UDC ne veut pas soulever le voile des richissimes clients de la prostitution locale, elle s'attaque seulement aux victimes de ces dictatures venus se réfugier dans le pays où leurs patrimoines restent confisqués !
Raison pour laquelle, ils soutiennent l'arrestation de Polanski et qu'ils approuvent l'impunité de JP.G.
Vous vivez dans un pays moitié-moitié, comme la fondue fribourgeoise, moitié noir, moitié blanche, comme la colombe et corbeau, comme le fric sale et la coke des grandes familles, enfin la Suisse n'a pas encore fait le passage à la couleur !

Écrit par : Corto | 09/05/2010

A l'heure ou gouvernements n'auront pas le retour après avoir donnés si facilement des centaines de milliards aux banques, à l'avant de la scène les politicards désignent les minorités les plus pauvres, dans un pays où les porteuses de burka appartiennent aux couches les plus modestes, haro sur la burka, dans un pays où la burka est liées aux hôtels luxueux, le urbi et orbi populiste est de rigueur !
L'UDC est un peu dépassée, comment gérer cet énigme pas encore assimilée par nos amputés du bulbe locaux, ils n'ont pas compris, que les burka helvétique sont plutôt chargées de pièces d'or, alors que le débat sur cette même burka version banlieues sinistrées est plutôt tendance, allocations familiales !
Quel dilemme pour nos populistes tendance heimat, et voilà que la sénilité greffée sur la mince couche du cortex de Patrick Lussi glisse dans le piège de la burka, cher Patrick Lussi, la burka est un uniforme, vous divinisez l'es uniformes et soudain vous vous indignez devant celui de plus frappés que vous !
Les uniformes que vous admirez, proviennent du même instinct que ceux des islamistes faisant porter des burka à leurs sujetes !
C'est exactement la même démarche, vous préférez les hommes en uniformes, à chacun ses préférences, juste une question de goût, mais le but est d'uniformiser avec autorité des hommes ou des femmes dans un combat sans compromis.
Les musulmans ont depuis longtemps mis leurs enfants et leurs femmes sur le front, c'est pas nouveau, dans les combats, les islamistes préfèrent sacrifier leurs gamins et leurs femmes, tant mieux pour l'occident, depuis quelques années nous assistons à des attentats commis par des gamins et des gamines pendant que les héros boivent le kawa avec leurs modèles spirituels ! Que dire ?

Écrit par : Corto | 09/05/2010

Les touristes riches d'Arabie Saoudite, Koweit, Quatar... vont désormais en villégiature en masse au Liban à Beyrouth, ils ont acheté villas sur les hauteurs et appartements au centre ville où la prostitution des filles venues de l'Est est florissante ainsi que les magasins, les restaurants de luxe sont légions, de plus tout le monde parle l'arabe et c'est tout aussi sûr que Genève...

Écrit par : demain | 09/05/2010

Demain,
ces touristes du golf, on en trouve partout, Marbellia, Vienne, Porto-Fino, Cannes etc. et Genève !
Genève est restée le nec, ce fut leur première destination abroad et ça le restera encore longtemps pour certaines familles et pas les moindres !
Quand à Beyrouth, avec 2 millions de pro-hezbollah réarmés à fond les bielles malgré la présence de l'unrwa et près à faire péter leurs nouveaux joujoux sur le nord d'Israël, je ne serais pas si sûr que vous concernant une grande présence wahhabite dans cette contrée !
En cas d'attaque du hezbollah sur Israël, les représailles de Tsahal, on le sait très bien, les premières cibles sont les aéroports du Liban !
Ce qu'aiment les touristes du golf, ce sont leurs femmes voilées, des putes et un pays stable politiquement et stratégiquement !

Écrit par : Corto | 09/05/2010

Exemple de la stabilité imposée par le hezbollah :

http://www.mediarabe.info/execution_madhoun.wmv

Écrit par : Corto | 09/05/2010

@Corto. Désolé mais j'étais en voyage là-bas. De nombreuses discussions m'ont appris que les achats d'appartements et de villas battent des records mais bien sûr les personnes du Golfe vont dans la partie sunnite et ils investissent en masse. Le Hezbollah qui vit au Sud et dans une zone bombardée par les Israéliens est complètement reconstruire et le Hezbollah est un vrai Etat dans l'Etat et je dirai même que le Hezbollah c'est la population chiite dans son ensemble.

Écrit par : demain | 09/05/2010

Vous osez dire que le hezbollah est uniquement constitué de population chiites ? et vous connaissez le Liban !
Maintenant que vous bossiez pour une banques et que des libanais essayent de vous refiler des commodities garanties par le gouvernement, c'est un tout autre débat !
En 2010, même les brigades phalangistes de Aioun défilent avec le hezbollah pour célébrer les martyrs pro-syriens !
Demain, ne venez pas sur ce terrain, la dernière fois que j'ai été au Liban c'était en 1982 et ça n'a pas changé !
J'ai vu depuis la vitre de ma bagnole, caché sous une couverture, un gamine de 12 ans se faire violer par 15 miliciens pro-syriens et finir avec une rafale de kalash, allez vendre votre dentelle de St-Galle ailleurs ! ! !

Écrit par : Corto | 09/05/2010

Hassan Nasrallah, secrétaire général du Hezbollah et représentant légal du Guide de la Révolution iranienne, Ali Khameneï, doit prononcer un discours télévisé, mercredi 31 mars, à travers la chaîne "Al-Manar". Un discours très attendu et redouté, car il sera consacré aux développements de l’enquête internationale sur l’assassinat de Rafic Hariri, et plus précisément aux demandes d’interroger des membres de son parti. Sans apporter la moindre preuve de leur innocence, Hassan Nasrallah et le Hezbollah menacent de rééditer la razzia de Beyrouth du 7 mai 2008. Ils ont du mal à cacher leur nervosité.

C’est en tout cas ce que laissent croire les différentes déclarations des dirigeants du parti chiite et de leurs alliés. Depuis plusieurs jours, les observateurs constatent leur nervosité sans commune mesure et la multiplication des menaces à peine feutrées proférées contre le gouvernement et la FINUL. Au point que Hassan Nasrallah a promis de s’adresser aux Libanais à travers la télévision, mercredi 31 mars.

En effet, le Hezbollah redoute que la Syrie ait conclu un accord avec l’Occident pour échapper à la justice dans l’affaire Hariri, en contrepartie d’une relance du processus de paix avec Israël, d’une réhabilitation du régime syrien et d’une rupture de son alliance avec l’Iran. Ce que redoutent les responsables du Hezbollah, par dessus tout, c’est surtout une tentative syrienne de leur coller l’entière responsabilité de l’assassinat de l’ancien Premier ministre. A présent, le Hezbollah est simplement soupçonné d’une implication logistique dans ce crime. Plusieurs de ses membres et cadres ont été interrogés la semaine dernière pour déterminer leur part de responsabilité, ou pour recouper et confirmer des témoignages précédents. Ce qui accentue la nervosité du parti de Dieu.

Le quotidien « Al-Akhbar », organe du Hezbollah, affirme dans son édition du 30 mars que « le secrétaire général du parti évoquera demain ces développements et mettra le Tribunal international en garde contre toute tentative de s’en prendre à la Résistance ou à l’un de ses membres ou cadres ou dirigeants ». Nasrallah refusera aussi que « la mémoire du martyr Imad Maghnieh soit souillée par les accusations qui pourraient lui être faites dans l’assassinat de Hariri ». Le secrétaire général préviendra également que « toute atteinte portée au Hezbollah dans ce dossier monté de toutes pièces pour incriminer la Résistance, pour le compte d’Israël, risque de déstabiliser le Liban ». Et de rappeler que « le 7 mai 2008, les événements avaient été provoqués par une décision beaucoup moins sensibles » (démantèlement du réseau de téléphonie parallèle du parti), le Hezbollah tente sans l’ombre d’un doute d’intimider le gouvernement libanais et le Tribunal international, après avoir menacé la FINUL et l’ONU à travers Wëam Wahhab, lors de sa rencontre avec l’ambassadeur d’Espagne, dimanche dernier. Et de conclure, « Al-Akhbar » affirme que Hassan Nasrallah doit menacer, dans son intervention attendue demain, « d’un nouveau 7 mai politique ».

En définitive, au lieu de plaider son innocence et celle de son parti, et d’en présenter les preuves irréfutables, Hassan Nasrallah étale sa nervosité et accuse les Etats-Unis et Israël de vouloir utiliser le Tribunal pour « vaincre la Résistance, après avoir échoué à la soumettre par les armes », faisant allusion à la guerre de l’été 2006. Or, selon les spécialistes, cette nervosité atteste d’une part de la peur qui s’empare du Parti de Dieu, et d’autre part de son implication dans le meurtre du siècle. D’où, à titre préventif, le Hezbollah annonce sa réaction qui sera violente, semblable à celle de mai 2008, dans une tentative de terroriser tous ceux qui réclament la vérité et la justice. Dans sa logique, il cherche à les obliger à abandonner le Tribunal, ou à en payer le prix de leur vie et de la stabilité du Liban, de la région et du monde. Car, il convient ici de rappeler que le Hezbollah dispose d’un vaste réseau terroriste à travers le monde, allant de l’Asie centrale à l’Amérique du Sud, en passant par la Turquie, les pays du Golfe, l’Afrique et l’Europe.

Écrit par : Corto | 09/05/2010

Pour rappel, MCR et le ministère suisse des affaires étrangères et le seul à avoir reconnu et accueilli une délégation officielle du hezbollah dans son pays !
A Zurich des bureaux du hezbollah ont pignon sur rue et organisent leur terrorisme et autres transactions financières depuis notre pays, avec la bénédiction de l'udc et de blocher !
Tout ça pendant que Polanski est en résidence surveillée !
On compte 200 membres du hezbollah domiciliés en Suisse, avec des papiers et des visas diplomatiques, bravo la Suisse ! ! ! ! ! ! !

Écrit par : Corto | 09/05/2010

http://6.cn/watch/70174.html

Écrit par : Corto | 09/05/2010

@Corto. Les leaders comme le flamboyant Moussa Sadr anime la communauté chiite qui soutien le Hezbollah et je dis qu'il détient un pouvoir clanique qui fait que toutes les familles chiites libanaises sont de près ou de loin affiliées au mouvement. C'est la même chose pour le clan des Sunnites mobilisés derrière M. Hariri ou celui des Maronites derrière Ghemayel ou encore des Druzes derrière Whalib Joumblatt chacun à son territoire bien précis mais on peut trouver des villages chrétiens orthodoxe dans la vallée de la Bekaa. Le Hezbollah largement financé par les Iraniens et l'invasion des Israélien au Sud Liban a radicalisé les populations chiites et favorise les réseaux sociaux. Les communautés du Liban se rallient souvent et c'est une attitude de façade derrière l'ennemi commun qu'est Israël mais les différences d'appartenance religieuse sont bien présentes. L'armée et la police libanaise n'ont que très peu de pouvoirs seules les milices chrétiennes, sunnites mais surtout chiites fortement armées ont la main mise sur le Liban. Mon voyage date de mars 2010 et au Liban, les accords entre communautés changent tous les jours au grand dam de la population qui vit dans un pays uniquement dirigé par des clans familiaux qui noyautent presse, vie sociale, sécurité, économie et démocratie.

Écrit par : demain | 09/05/2010

Demain, le sud-liban était séculairement peuplé de chrétiens, depuis des siècles, ce n'est que depuis que Tsahal à quitté ses positions en 2000, n'oubliez pas que ce sont les communautés chrétiennes qui avaient souhaitées a venue de Tsahal dans le sud-liban, maintenant ils n'osent même plus crier au secoure, maintenant le bal des factions vis-à-vis des maitres de Damas, c'est une longue histoire sans aucune logique !

Écrit par : Corto | 09/05/2010

@Corto. Lors du retrait des troupes israéliennes, dans les villages de Debel, d'Aïn Ebel, de R’Meich..les communautés chrétiennes grecque catholique, arménienne et maronite du district majoritairement chiite de Bent Jbail (Sud Liban) Hassan Nasrallah, le charismatique chef du Hezbollah, avait promis de tuer les collaborateurs «jusque dans leur lit» et ce n'était pas la première fois que les massacres avaient lieu (en 1982, les chrétiens toujours considérés par les musulmans comme les alliés des Israéliens ont été massacrés dans le Chouf par les Druzes). Les chrétiens sont pris en tenaille entre le Hezbollah et le mouvement rival chiite Amal. A Debel, sur 1 800 habitants, il n'en reste plus que 863 habitants. L'école maronite, qui comptait 250 élèves, n'en a plus que 104. A Marjayoun, la capitale (chrétienne) de la «zone de sécurité», on estime que la moitié de la population s'est enfuie. A Tyr la communauté chrétienne essentiellement des pêcheurs n'occupent plus qu'un quartier de la ville. Il n' y aucun doute que l'on veut faire payer aux seuls chrétiens les vingt-deux ans d'occupation israélienne même si dans les discours officiels, c'est la victoire du Liban sur Israël qui est célébrée mais sur le terrain, c'est la victoire des musulmans sur les chrétiens».

Écrit par : demain | 09/05/2010

Le village de Lumna, sauf erreur, 600 chrétiens massacrés en une nuits par les milices de yasser, celui qui a laissé 25 milliards de Sfr, dans une banque genevoise, avant de rejoindre ses 70 petits garçons vierges au paradis, oui, lui, c'était les petits garçons et il avait comme avocat un certain Jean-Pierre !

Écrit par : Corto | 09/05/2010

la suisse raciste et xénophobe
on prend note de cet état de fait, que la suisse est raciste et xénophobe, mais elle doit pousser son raisonnement jusqu'au bout, a savoir ne pas héberger les comptes bancaires des ressortissants du moyen orient, des africains, des asiatiques...
ne pas heberger sur son sol les organisations internationales dont la suisse (c'est quand même incroyyable d'être xénophobe, islamophobe, antisémite,) et d'avoir sur son sol une organisation qui relève de l'ONU et qui concerne les droits de l'homme.
alors amis suisse, ayez le courage d'assumer vos responsabilités
de toutes les façons je n'ai jamais mis les pieds en suisse, et ce n'est pas demain la veille que je le ferai, et j'ai arrété de manger du chocolat suisse que je trouve maintenant ecoeurant
ibn jazzar

Écrit par : inb jazzar | 09/05/2010

ibn jazzar, vous n'avez pas compris, en Suisse il y a des êtres humains et des êtres angers !

Écrit par : Corto | 09/05/2010

@ibn jazzar, merci de vous intéresser à la Suisse aujourd'hui où,

vous voyez, il y a des islamistes comme vous, qui arrivent ici comme cette Patoucha et qui comme vous, parlent de pays qu'elles/ils n'ont jamais vu.

Pour vous c'est la Suisse et les suisses, et pour cette Patoucha, c'est l'Australie et les australiens. et les suisses.

qu'elle critique en bloc, sans rien en connaître, comme elle le fait des suisses, dont pourtant elle profite.

Face à ces postures d'islamistes aigris en Suisse - une place de vie pourtant bien confortable, profitez et vivez bien chez vous dans votre famille.

Écrit par : na...ya | 09/05/2010

@ibn jazzar

Merci de nous laisser notre chocolat, il n'y en a pas pour tout le monde !

1) Il y a en Suisse 20% de résidents étrangers ;

2) Parmi les 80% de Suisses, il y en a 20% par naturalisation ;

3) Ce recensement ne comprend pas :

- les nombreux clandestins, travailleurs ou délinquants ;

- les nombreux travailleurs frontaliers ;

- les nombreux touristes qui continuent - malgré vous - à aimer la Suisse !

4) À Genève, la majorité de la population RECENSÉE est étrangère !

=> Trouvez une ville ou un pays aussi accueillant pour les étrangers...

5) Soyez logique :

- c'est vous qui êtes un raciste et un xénophobe anti-suisse ;

- arrêtez aussi de lire gratuitement la Tribune de Genève
et d'y déposer les déchets de votre cervelle.

Écrit par : gugus | 09/05/2010

Il y a aussi plus de cent milles milliards de $ de fric plus ou moins sale dans les coffres ce pays !

Écrit par : Corto | 09/05/2010

Corto,
le hic étant que si on enlève le fric ripou et les gens qui le possèdent de Genève,
la ville serait vidée et laissée
marquée des cicatrices engendrées par les demandes de ces détenteurs de pouvoir et des employés qu'ils ont attiré

A ce propos:
que faites-vous des autorités qui laisseraient ce jeune Khazaque en passe d'avoir son pass suisse, prêt à s'offrir un bout du lac, en privant les genevois de derniers accès de plage,
privatiser ce bout de lac à sa guise, en boîte de nuit, hotel de luxe, spa & autres trucs payants?

Écrit par : na...ya | 09/05/2010

Une petite rose assassinée!

Israel : Ma fille méritait la mort pour être tombée amoureuse.

Par Yann le 12 mai 2008
Nous vous avions déjà parlé dans ce billet (cliquez ici) d’Aviva, jeune israélienne de 17 ans, morte dans des circonstances horribles dans un crime dit d’honneur, assassinée par son père, bon juif orthodoxe, qui l’a tuée « au nom de D.». Voyez le visage de cette jeune fille qui souriait à la vie, et qui est morte parce que son père et ses frères ont le cerveau décérébré à force de débilités talmudiques. Voici les dernières nouvelles et des extraits d’une interview du père. Accrochez-vous, c’est sordide.

Traduction exclusive Bivouac-ID

« Si j’avais su ce qu’elle allait devenir, je l’aurais tuée au moment même où sa mère a accouché d’elle »

Aviva crime d'honneur Yaacov Simha n’a qu’un seul regret : celui de ne pas avoir tué sa fille dès sa naissance. « Si j’avais su ce qu’elle allait devenir, je l’aurais tuée au moment même où sa mère a accouché d’elle » a-t-il déclaré sans la moindre trace de remords.

Deux semaines après que The Observer eut révélé la choquante histoire d’Aviva Simha, âgée de 17 ans et tuée car elle avait le béguin pour un militant Hamas à Gaza, son père reste provocant. Assis dans le jardin de sa maison bien entretenue à Sdérot, il demeure un homme libre, bien qu’ayant piétiné, étouffé et mortellement poignardé sa fille.

Yaacov, fonctionnaire de 46 ans, fut d’abord arrêté, puis relâché après deux heures. Etonnamment, raconte-t-il, la police l’a félicité pour ce qu’il avait fait. « Ce sont des hommes, et ils savent ce qu’est l’honneur » a-t-il dit.

Aviva, qui étudiait l’anglais à l’université de Jerusalem, fut considérée comme ayant causé le déshonneur de sa famille après qu’elle se fut entichée d’un jeune militan du Hamas âgé de 22 ans connu seulement sous le nom de Mohamed.

Elle est morte vierge, selon sa meilleure amie Abigaël. Et de fait, sa ‘relation’ avec Mohamed, qui commença alors qu’elle travaillait en tant que bénévole auprès de familles déplacées et que lui faisait la distribution d’eau, semble s’être limitée à des conversations à l’impromptu sur une période de moins de quatre mois. Mais la jeune et impressionnable Aviva en était tombée amoureuse, et confia ses sentiments et rêveries à son amie Sarah âgée de 19 ans.

Ce fut son premier béguin, et ce fut son dernier. Elle est morte le 16 mars après que son père eut découvert qu’elle avait été vue en public parlant à Mohamed, qui symbolisait l’ennemi, l’envahisseur et l’arabe. Alors qu’horrifiée, Rivqa Mizrahi, sa mère, appela les deux frères d’Aviva, Shlomo 23 ans et Gad 21 ans, afin qu’ils retiennent leur père Yaacov tandis qu’il étranglait sa fille en écrasant sa gorge de son pied, ils participèrent à l’assassinat. Son corps recouvert d’un linceul fut alors jeté dans une tombe de fortune sans autre cérémonie, tandis que ses oncles crachèrent dessus de mépris.

« La mort était bien le moins qu’elle méritait » déclara Yaacov. « Je n’ai pas de regret. J’avais le soutien de tous mes amis qui sont des pères, comme moi, et qui savent que ce qu’elle a fait est inacceptable pour tout juif qui honore sa religion » ajouta-t-il.

« Je n’ai plus de fille maintenant, et je préfère dire que je n’en ai jamais eue. Cette fille m’a humiliée devant ma famille et mes amis. En parlant avec un palastinien, elle a perdu ce qu’une femme a de plus précieux. Les occidentaux s’en offusqueront peut-être, mais nos filles ne sont pas comme leurs filles qui couchent à droite et à gauche et sont parfois même enceintes sans être mariées. Nos filles doivent respecter la religion, la famille et leurs corps . »

« Je n’ai désormais plus que deux garçons. Cette fille fut une erreur dans ma vie. Je sais que D. me bénit pour ce que j’ai fait » déclara-t-il, la voix gonflée de fierté. « Mes fils sont de mon côté, ils se sont comportés en hommes en m’aidant à mettre fin à la vie de quelqu’un qui avait couvert nos vies de déshonneur ».

Yaacov, un juif orthodoxe, déclara qu’il avait été relâché par la police, car « tout le monde sait bien que parfois on ne peut pas ne pas commettre un crime d’honneur ». Froidement, il ajouta : « Les policiers étaient de mon côté durant tout le temps que je suis resté là-bas, et m’ont félicité pour ce que j’ai fait.»

Des sources indiquent que Yaccov qui travaillait dans les services de santé s’est vu demandé de cesser son activité en raison de la mauvaise publicité. Il continue cependant de toucher son salaire.

Et selon un haut fonctionnaire de l’administration de Sdérot, il aurait touché une aide financière de la part d’un homme politique local afin de lui permettre de ‘disparaître’ en France quelques semaines, ‘le temps qu’on oublie l’affaire’, pratique habituelle dans la trentaine de crimes d’ ‘honneur’ qui ont été recensés depuis janvier.

Ce genre de choses est semble-t-il monnaie courante à Sdérot, que des milices contrôlent partiellement, surtout les districts de banlieue où vit Yaccov.


Source : Extraits de l’article de Afif Sarhan et Caroline Davies.

Écrit par : brie | 09/05/2010

L'article ci-dessus c'est produit avec d'autres nom et en Irak, c'est de la calomnie de Franz Fanon !

Écrit par : Corto | 09/05/2010

Voici le texte original !


Une petite rose assassinée!

Irak : Ma fille méritait la mort pour être tombée amoureuse.

Par Yann le 12 mai 2008
Nous vous avions déjà parlé dans ce billet (cliquez ici) de Rand, jeune irakienne de 17 ans, morte dans des circonstances horribles dans un crime dit d’honneur, assassinée par son père, bon musulman pratiquant, qui l’a tuée « au nom de Dieu ». Voyez le visage de cette jeune fille qui souriait à la vie, et qui est morte parce que son père et ses frères ont le cerveau décérébré à force de débilités coraniques. Voici les dernières nouvelles et des extraits d’une interview du père. Accrochez-vous, c’est sordide.

Traduction exclusive Bivouac-ID

« Si j’avais su ce qu’elle allait devenir, je l’aurais tuée au moment même où sa mère a accouché d’elle »

Rand crime d'honneur islamAbdel-Qader Ali n’a qu’un seul regret : celui de ne pas avoir tué sa fille dès sa naissance. « Si j’avais su ce qu’elle allait devenir, je l’aurais tuée au moment même où sa mère a accouché d’elle » a-t-il déclaré sans la moindre trace de remords.

Deux semaines après que The Observer eut révélé la choquante histoire de Rand Abdel-Qader, âgée de 17 ans et tuée car elle avait le béguin pour un soldat britannique à Bassorah au sud de l’Irak, son père reste provocant. Assis dans le jardin de sa maison bien entretenue du district d’Al-Fursi de la ville, il demeure un homme libre, bien qu’ayant piétiné, étouffé et mortellement poignardé sa fille.

Abdel-Qader, fonctionnaire de 46 ans, fut d’abord arrêté, puis relâché après deux heures. Etonnamment, raconte-t-il, la police l’a félicité pour ce qu’il avait fait. « Ce sont des hommes, et ils savent ce qu’est l’honneur » a-t-il dit.

Rand, qui étudiait l’anglais à l’université de Bassorah, fut considérée comme ayant causé le déshonneur de sa famille après qu’elle se fut entichée d’un soldat britannique de 22 ans connu seulement sous le nom de Paul.

Elle est morte vierge, selon sa meilleure amie Zeinab. Et de fait, sa ‘relation’ avec Paul, qui commença alors qu’elle travaillait en tant que bénévole auprès de familles déplacées et que lui faisait la distribution d’eau, semble s’être limitée à des conversations à l’impromptu sur une période de moins de quatre mois. Mais la jeune et impressionnable Rand en était tombée amoureuse, et confia ses sentiments et rêveries à son amie Zeinab âgée de 19 ans.

Ce fut son premier béguin, et ce fut son dernier. Elle est morte le 16 mars après que son père eut découvert qu’elle avait été vue en public parlant à Paul, qui symbolisait l’ennemi, l’envahisseur et le chrétien. Alors qu’horrifiée, Leila Hussein, sa mère, appela les deux frères de Rand, Hassan 23 ans et Haydar 21 ans, afin qu’ils retiennent leur père Abdel-Qader tandis qu’il étranglait sa fille en écrasant sa gorge de son pied, ils participèrent à l’assassinat. Son corps recouvert d’un linceul fut alors jeté dans une tombe de fortune sans autre cérémonie, tandis que ses oncles crachèrent dessus de mépris.

« La mort était bien le moins qu’elle méritait » déclara Abdel-Qader. « Je n’ai pas de regret. J’avais le soutien de tous mes amis qui sont des pères, comme moi, et qui savent que ce qu’elle a fait est inacceptable pour tout musulman qui honore sa religion » ajouta-t-il.

« Je n’ai plus de fille maintenant, et je préfère dire que je n’en ai jamais eue. Cette fille m’a humiliée devant ma famille et mes amis. En parlant avec un soldat étranger, elle a perdu ce qu’une femme a de plus précieux. Les occidentaux s’en offusqueront peut-être, mais nos filles ne sont pas comme leurs filles qui couchent à droite et à gauche et sont parfois même enceintes sans être mariées. Nos filles doivent respecter la religion, la famille et leurs corps . »

« Je n’ai désormais plus que deux garçons. Cette fille fut une erreur dans ma vie. Je sais que Dieu me bénit pour ce que j’ai fait » déclara-t-il, la voix gonflée de fierté. « Mes fils sont de mon côté, ils se sont comportés en hommes en m’aidant à mettre fin à la vie de quelqu’un qui avait couvert nos vies de déshonneur ».

Abdel-Qader, un chiite, déclara qu’il avait été relâché par la police, car « tout le monde sait bien que parfois on ne peut pas ne pas commettre un crime d’honneur ». Froidement, il ajouta : « Les policiers étaient de mon côté durant tout le temps que je suis resté là-bas, et m’ont félicité pour ce que j’ai fait.»

Des sources indiquent que Abdel-Qader qui travaillait dans les services de santé s’est vu demandé de cesser son activité en raison de la mauvaise publicité. Il continue cependant de toucher son salaire.

Et selon un haut fonctionnaire de l’administration de Bassorah, il aurait touché une aide financière de la part d’un homme politique local afin de lui permettre de ‘disparaître’ en Jordanie quelques semaines, ‘le temps qu’on oublie l’affaire’, pratique habituelle dans la trentaine de crimes d’ ‘honneur’ qui ont été recensés depuis janvier.

Ce genre de choses est semble-t-il monnaie courante à Bassorah, que des milices contrôlent partiellement, surtout les districts de banlieue où vit Abdel-Qader.

Tandis que les forces gouvernementales et britanniques contrôlent le centre, on peut voir en banlieue des miliciens partout dans les rues ou aux points de contrôle qu’ils ont érigés. Ils ont également imposé des codes comportementaux très stricts aux gens de la banlieue, y compris les vêtements qu’il est permis de porter et les pratiques religieuses à observer. On rapporte que des hommes y ont eu une main coupée pour avoir volé, et que des femmes y ont été tuées pour s’être prostituées.

L’homosexualité est punie de mort, une condamnation qu’Abdel-Qader approuve avec enthousiasme. « J’ai prévenu mes deux fils. Ils finiront comme Rand s’ils se souillent dans une relation homosexuelle. Ces crimes méritent la peine de mort, la mort au nom de Dieu » déclara-t-il.

Source : Extraits de l’article de Afif Sarhan et Caroline Davies pour The Observer via Dhimmi Watch. Traduction par Bivouac-ID.

Écrit par : Corto | 09/05/2010

@Corto, pas costaud du cortex :

Citation (à con paraître) :
"Il y a aussi plus de cent milles milliards de $ de fric plus ou moins sale dans les coffres ce pays !"

a) Donnez les sources de ces 100'000'000'000'000 $ ;

b) Donnez la liste des pays ayant bloqué les avoirs de :

- Abacha (Nigéria) ;

- Buttho (Pakistan) ;

- Duvalier (Haïti) ;

- Marcos (Philippines) ;

- Mobutu (RDC) ;

- ceux de divers prédateurs d'Angola, de Taïwan, etc...

c) Est-ce la Suisse qui a financé la prise du pouvoir par ces voleurs ?

d) La Suisse est-elle responsable des manoeuvres juridiques ayant empêché la restitution de ces fonds aux gouvernements spoliés ?

=> À force de vouloir chier sur la Suisse, vous ne faites que gonfler vos pampers d'immature :

Vous ressemblez à un Bibendum !
http://fr.wikipedia.org/wiki/Bibendum


Le compte est bon ?

Écrit par : gugus | 09/05/2010

Les commentaires sont fermés.