12/05/2010

Réadmission !

Il s'agit bien du mot clé, du sésame, de la vraie solution pour diminuer la surpopulation carcérale actuelle : Réadmission !

Seulement voila, sur le principe, tout le monde est d'accord, y compris la gauche.

Mais quand les modalités d'exécution se heurtent aux refus de pays du tiers monde, alors les bancs de la gauche crient au scandale, aux droits de l'homme, j'en passe et des meilleurs.

C'est l'objet d'un très bon article de ce jour sur swissinfo.ch :http://www.swissinfo.ch/fre/politique_suisse/Quand_la_politique_d_asile_bute_sur_la_readmission.html?cid=8785944&rss=true

Notre Conseiller National Jean-Pierre Grin, député UDC  à la Chambre basse,  est intervenu en ces termes :

«On se rend compte que certains pays ont signé ces accords, mais qu'ils ne les respectent pas, soit parce qu'ils n'acceptent pas de reprendre leurs ressortissants, soit parce qu'ils refusent de jouer le rôle de pays de transit», explique-t-il. Pour l'UDC, il faudrait donc augmenter la pression, par exemple en liant la réadmission à l'aide au développement.

Et d'une vérité pragmatique, de la gauche à la droite, on dénigre une solution qualifiée de politiquement incorrecte.

J'ai envie de provoquer en posant la question suivante :

Le confort social des délinquants étrangers doit il primer sur la sécurité et la tranquilité des citoyens et habitants de la Suisse ?

Que vos avis fusent !

11:10 Publié dans Politique | Lien permanent | Commentaires (1) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

Commentaires

Visiblement, les citoyens ont tellement l'habitude de se voir villipendés si ils osent réclamer l'application des lois que personne n'a osé s'exprimer!

À Genève, si je ne fais erreur, c'est seulement 2% des décisions de "réadmissions" qui sont exécutées - contre 70% à Zürich.

Il y à un bug au département de (l'in)Justice et Police!.

Mais pendant ce temps, M.Morisod prend la défense d'un Albanais du Kosovo qui séjourne en Suisse illégalement et a prouvé son manque de respect de nos lois!
(20 ans de séjour clandestin)

1 - pourquoi les employeurs de ce monsieur n'ont ils pas de sanctions (lois sur le travail au noir etc...)
2 - Pourquoi le fait d'avoir séjourné en tant que clandestin durant 20 ans et avoir fait venir sa famille en se moquant de l'avis des autorités serait-il vu comme une preuve d'intégration?

À une époque, j'ai engagé un Français et lui ai donné du travail avant la réponse quant à la demande de permis de frontalier(Cet homme avait de gros ennuis financiers et un besoin urgent d'argent pour régler son loyer) - j'ai été lourdement amendée!

Actuellement, il semble que ce soit ceux qui respectent les lois qui sont pénalisés.

Écrit par : Mireille Luiset | 16/05/2010

Les commentaires sont fermés.