28/06/2010

Information ou intoxication ?

Servir l'information devrait être la règle. Un évènement politique est couvert. Très bien, on relate les débats tenus, tous les débats puis l'on fait les commentaires, mêmes si ils sont peu favorables.

Mais desservir l'information est le fait de tronquer une partie des débats tenus. Séquencer par un montage malhonnête les prises de paroles dans le but unique de fabriquer une information visant à conforter le message orienté que veut diffuser au public le rédacteur.

Cela se nomme intoxication sous le couvert angélique de la censure maquillée en politiquement correct.

Ceci ont été les attitudes de la TSA et en partie de la TSR en relatant l'Assemblée des délégués UDC tenue samedi passé à Délémont.

Dénonçons avec force ces manipulations de l'opinion publique.

Ci-dessous, le communiqué rectificatif de l'UDC suisse.


Journalisme idéologique à la place de comptes rendus objectifs


Baltisser Martin, secrétaire général UDC Suisse


La Télévision suisse alémanique SF a donné samedi dernier un navrant exemple de journalisme idéologique dans son émission sur l'assemblée des délégués UDC. Tout spectateur du téléjournal devait penser que la réunion de Delémont était avant tout marquée par des disputes sur la manière dont le groupe parlementaire UDC avait voté concernant le traité d'Etat UBS. Or, il n'en était rien. Ce thème a fait l'objet de deux interventions et d'une brève réplique de la direction du parti, soit au total 10 minutes des trois heures de l'assemblée. Le sujet principal était bien plus un tour d'horizon sur l'UE et la libre circulation des personnes ainsi que l'adoption de la consigne de vote sur l'assurance-chômage. Mais la TV alémanique n'a pas jugé nécessaire d'en parler.


La rédaction du téléjournal alémanique et venue à Delémont dans une unique intention: réaliser une émission sur l'assemblée des délégués qui attise le conflit sur l'accord UBS au sein du parti et, surtout, mettre en évidence la divergence entre Romands et Alémaniques à ce sujet. L'assemblée n'a pas donné matière à une telle historiette médiatique, mais cela n'a nullement gêné les gens de la télévision. Deux délégués, dont un de Suisse romande, sont brièvement intervenus pour évoquer l'accord UBS. Une raison suffisante pour la TV alémanique de parler de "rumeurs", de "malaise" et de "colère". L'absence d'Yvan Perrin - pour cause d'obligations professionnelles - et d'Oskar Freysinger - en vacances - a été avancée comme "preuve" supplémentaire des tensions entre Romands et Alémaniques. Pas un mot pour rappeler qu'Yvan Perrin avait annoncé la semaine dernière dans le cadre d'une conférence de presse (crise libyenne) dirigée par Toni Brunner, président de l'UDC Suisse, qu'en cas de besoin il restait à disposition comme vice-président jusqu'à la fin de la législature. A la fin de la séquence télévisée, qui a duré plus de deux minutes, Christoph Blocher, membre de la direction du parti, a juste eu 11 secondes pour rectifier les allégations des journalistes de la télévision. Introduction du speaker en voix off avant l'intervention du vice-président de l'UDC: "Christoph Blocher tente de minimiser le conflit interne de l'UDC". Difficile de trouver un meilleur exemple de "journalisme" mélangeant sournoisement compte rendu et commentaire. On est loin d'une information objective sur l'assemblée des délégués de l'UDC. Le téléjournal de la télévision suisse romande s'est lui aussi concentré sur les affaires internes de l'UDC, mais son émission était tout de même un peu moins déséquilibrée en évoquant le thème réel de l'assemblée.


Trois heures durant les délégués ont eu une discussion d'un excellent niveau sur l'Europe et l'assurance-chômage. Preuve en sont ces discours que nous proposons ici à toutes les personnes qui ne se satisfont pas du prétendu service public de la télévision suisse SF.


Plus d'informations

http://www.svp.ch/g3.cms/s_page/81600/s_name/assembleesde...

12:37 Publié dans Politique | Lien permanent | Commentaires (7) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

Commentaires

Au cas où, j'ai la vidéo de l'interwiew non tronqué, de M. Blocher ^^

À votre disposition si vous souhaitez publier un clip vidéo.

Écrit par : Mireille Luiset | 28/06/2010

Ahh la fameuse thèse - qui ne convaint qu'elle - que les media publique helvétique sont gauchiste.

Les faucons républicains américains ont la même rhétorique, pour mieux masquer le fait qu'en réalité la presse américaine, aux main de grands groupes financier épousent 95% de leurs thèses.

Écrit par : Djinius | 28/06/2010

@Djinius
^_^....si seulement vous aviez raison!!!

Etant présente lors de l'assemblée des délégués,(et assistant à l'interwiew de M.Blocher) je confirme que l'article susmentionné est exact et le démenti provenant de M.Martin Baltisser justifié.

M.Blocher a justement relevé devant des journalistes un brin provocateurs,qu'en chaque groupe peut exister des frictions, mais qu'avec le dialogue, les choses s'apaisent.

Et pour citer ses mots au sujet de M.Yvan Perrin: " ...il est très content avec nous maintenant..." ;)

Il est indéniable que le côté "latin" des Romands est un peu plus "explosif" que celui des Alémaniques, qui ne souhaitent pas être impliqués dans nos "feuilletons" ;)
"Entre l'écorce et l'arbre, il ne faut pas mettre le doigt..."

Autre chose; certains problèmes sont spécifiques à certains cantons/régions, qui ont donc une position nuancée sur certains sijets.(Chômage, par exemple...)

Cela ne signifie pas qu'il y à mésentente.

Alors, votre insinuation quant au fait que les médias seraient aux mains de la droite....Si seulement vous aviez raison!!!

Amitiés

Écrit par : Mireille Luiset | 28/06/2010

Juste en passant par hasard: le fait que les médias sont "de gauche" a été démontré de manière assez concluante par l'Office fédéral de la statistique dans une étude intitulée "Elections au Conseil national de 2003. Les électrices et les électeurs sous la loupe."

http://www.bfs.admin.ch/bfs/portal/fr/index/news/publikationen.Document.89804.pdf

Citation (page 24/25, ch. 3.2.4): "En 2003, le PSS et les verts ont obtenu respectivement 38% (PSS) et 17% (verts) des voix des spécialistes socioculturels (professionnels de l’enseignement et du système de santé, travailleurs sociaux et journalistes), dépassant ainsi nettement, dans cette catégorie, leur force effective, qui était de 23,3% pour le premier et de 8% pour les seconds (…)."

Ce résultat indique que les gens qui votent à gauche sont presque deux fois plus nombreux dans la presse que dans la population en général. Ou, comme je l'avais noté à l'époque: "Concrètement, les rouges-verts forment ensemble 31,3% de l’électorat, mais ils possèdent une majorité automatique de 55%, soit près du double de leur représentation globale effective, dans les secteurs extrêmement influents des médias, des écoles et des institutions sociales."

Écrit par : Alain Jean-Mairet | 28/06/2010

C'est vrai ça, les média sont de gauches, les stroumfs sont bleus, c'est tellement plus réconfortant de pouvoir tout classifier dans des petits compartiments.

Écrit par : Djinius | 01/07/2010

http://www.monde-diplomatique.fr/2003/03/ALTERMAN/9978

Écrit par : Djinius | 01/07/2010

En 2003, on pouvait bien dire, en ce qui concerne les États-Unis, que les médias de gauche n’avaient guère de pouvoir, car les Américains ne semblaient pas croire à leurs mensonges. Aujourd’hui, après le raz-de-marée gauchiste (majorité démocrate au Congrès depuis 2007 et présidence depuis Obama), Kristol ne dirait sans doute plus cela. Mais quoi qu’il en soit, il n’y a pas un mot, pas une virgule dans cet article qui puisse contredire le travail de l’Office fédéral de la statistique sur l’orientation politique des journalistes suisses.

Une autre enquête sérieuse sur ce thème vient de paraître (mai 2010) en Allemagne, signée par l’Institut für Publizistik und Kommunikationswissenschaft der Freien Universität Berlin:
http://www.dfjv.de/fileadmin/user_upload/pdf/Politikjournalistinnen_und_Journalisten.pdf

Écrit par : Alain Jean-Mairet | 01/07/2010

Les commentaires sont fermés.