24/08/2010

Droits de l'Homme pour les tueurs. Devoir de victime pour les honnêtes gens.

Je ne peux me convaincre que ceux qui ont rédigé, à l'époque, la déclaration des droits de l'homme, pour sa version actuelle après la fin de la deuxième guerre mondiale, voulaient protéger, envers et contre tout, les êtres malfaisants et criminels.

Les utopistes humanistes actuels, de tous bords, dans leur vision dogmatique et fanatique de ces droits vous déclarent que chacun, quoi qu'il ait fait, a droit à une seconde chance pour se "réinsérer" dans la société.

N'essayez pas d'exprimer votre doute et votre réserve, vous êtes immédiatement insulté et taxé de "fasciste".

Pourtant la question se traduit dans cette formulation d'horreur :

"Le droit" à la réinsertion d'une vermine prime t-il et doit-il s'accommoder du massacre d'innocents , d'enfants, de femmes, de séniors ?

Répondre à cette question est aussi formuler des règles visant à déterminer le choix de la société dans laquelle vous souhaitez vivre en paix.

La libération anticipée de criminels dangereux est fréquente et "légale" avec comme conséquences, viols, meurtres sexuels,  pédophiles et assassinats d'enfants, crimes de malades dits "mentaux", etc.

Un nouveau cas terrible.  Il s'est passé samedi dernier dans un immeuble parisien.

Ci-dessous, je vous laisse prendre connaissance de l'article.


Un retraité tué chez lui à Paris: comment en est-on arrivé là?


le 23/08/2010 à 15:45, vu 241 fois, 0 nombre de réactions
Info publiée par la rédaction du Post

 

L'immeuble du drame, rue Curnonsky à Paris. (Max PPP - Montage Le Post)

L'immeuble du drame, rue Curnonsky à Paris.


Il y a 2 jours, un septuagénaire est mort, chez lui, à Paris dans le XVIIème, après avoir été violemment agressé par un homme. Ce dernier ne posséde pas "toutes ses facultés mentales" selon la police judiciaire de Paris, note Le Parisien.

Samedi, vers 19 heures, l'homme s'introduit dans l'appartement du retraité, après avoir suivi sa fille et sa petite-fille qui lui rendent visite. Il s'élance alors vers la cuisine, saisit un couteau et poignarde le locataire de 73 ans. Ensuite, il le roue de coups de poings, à mort.

La violence de cet acte gratuit a vivement choqué les voisins de la victime.

Dans Le Parisien ce lundi, un policier qualifie les faits de "particulièrement horribles".

Soigné il y a plusieurs années pour des troubles psychiatriques, l'auteur des faits n'avait depuis plus manifesté de signes montrant qu'il était malade, indique Le Parisien.

Joint ce lundi midi par Le Post, le parquet de Paris, désormais en charge de l'enquête, précise:

"Ce que l'on sait à l'heure actuelle, c'est que l'homme a connu un épisode psychiatrique fort il y a une dizaine d'années. (Après les faits de samedi), il a été hospitalisé d'office à Villejuif."

"Une information judiciaire a été saisie et l'enquête va être confiée à un juge d'instruction", a ajouté le parquet de Paris.

Quel "épisode psychiatrique fort" ce déséquilibré mental a-t-il subi il y a une dizaine d'années? Était-il suivi depuis? Prenait-il un traitement spécifique?

Autant de questions qui restent pour l'instant sans réponses.
(Sources: Le Post, Le Parisien)

11:37 Publié dans Politique | Lien permanent | Commentaires (0) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

Les commentaires sont fermés.