27/08/2010

Les médias ont-ils un "Droit de lynchage" ?

Je ne peux écrire un autre titre en lisant, ces derniers temps, notre presse.

Un éminent chroniqueur s'émouvait récemment du "jugement sans procès" fait par un quotidien "orange" à un homme politique romand.

Les exemples foisonnent mais je suis particulièrement interpellé, ces jours, par les articles condamnant, avant résultat d'enquête, la Police genevoise pour "Bavures".

Certains vont me dire que le titre comporte un point d'interrogation et que les verbes sont au conditionnel. Mais quel persiflage destructif dans le propos. Puis la photo de celui que l'on présente comme une "victime de la hargne policière", sans oublier la publicité pour ses deux avocats en arrière-plan.

Il est dommage que le rédacteur, si bien informé, ne se soit pas un peu plus étendu sur les circonstances qui ont motivé l'intervention de la police. Car le conte exprimé par "la victime" me semble très sommaire et omettant la description de ce qui s'est passé avant l'intervention de la gendarmerie.

Naïveté, protectionnisme immodéré de la police et de ses interventions ?  Non car l'institution est honnête et rigoureuse.  Comme toute société composée d'humains, il peut y avoir, vous me permettrez l'image, un "mouton noir". Mais c'est à l'issue de l'enquête que les circonstances et l'étendue de la faute seront déterminées et le coupable sera plus sévèrement condamné que le citoyen lambda pour la même faute.

Et il y a beaucoup d'autres cas où les policiers sont injustement attaqués, manchettes de médias, enquête, disculpation mais plus d'écho dans les médias.

Pour bien illustrer ce propos, un cas très fort et particulier mérite d'être rappelé.

Il y a quelques temps, les médias, avec gros titres, "dénonçaient" le martyr d'un détenu sud-américain, qui, après un "passage à tabac" par les gardiens de prison, avait dû être admis à l'hôpital, gravement blessé vu que l'on annonçait une tétraplégie...

J'espère que l'issue ne vous a pas échappé.  La version de ce détenu était fantaisiste de même que sa simulation de "tétraplégie".  Il est aussi apparu que cet homme avait quelques "soucis" psychiques.

Ce genre d'article, infondé car prématuré, conforte la jeunesse actuelle dans ses attitudes hautement provocatrices à l'encontre de la police, mais aussi de vous, Madame, Monsieur, si vous vous avisez de leur faire une remarque de comportement.

Puis nos policiers, dont le quotidien est maintenant d'insultes, provocations, voies de faits pour pratiquement chacune de leur réquisition, pensez vous que ce genre d'article favorise la motivation puis, pour d'autres citoyens, l'envie de s'engager ?

Pour tous ceux qui dénoncent, à raison, l'insécurité galopante, le danger la nuit venue de se promener avec des risques accrus pour les femmes, votre Police et surtout ses agents ont besoin de votre soutien, élément basique et fondamental de toute motivation et la leur est votre sécurité qui se traduit par liberté et bien être.

Soyons respectueux, rigoureux quand nécessaire mais, de grâce, cessons de mettre en avant sans cesse ce slogan éculé des soixante-huitard : "CRS = SS".

10:17 Publié dans Politique | Lien permanent | Commentaires (2) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

Commentaires

Cher Patrick

Toujours aussi pertinent.

Bravo. Il n'y à pas assez de voix pour s'élever contre ces situations Ubuesques où les délinquants et autres irrespectueux de la loi et société, se posent en victimes.

À croire qu'il suffit de crier et pleurer devant les médias pour automatiquement être blanchi de tous crimes!

Jouer sur l'affectif des lecteurs, auditeurs et téléspectateurs est bien loin de la déontologie que devraient appliquer un journaliste digne de ce nom.

Amitiés

Écrit par : Mireille Luiset | 27/08/2010

"Pour tous ceux qui dénoncent, à raison, l'insécurité galopante,"

..... que la Gauche "ignore" sciemment et hurle à la discrimination dès que.... c'est cette Gauche qu'il faut interdire pour la non expulsion des malfrats qui sèment la terreur et son "humanisme" à deux vitesses!

Écrit par : Patoucha | 31/08/2010

Les commentaires sont fermés.