10/11/2010

La Liberté d'Expression, seule garante de notre honneur, doit faucher l'obscurantisme.

Le politiquement correct,  c'est la peur d'offenser transformée en règle de vie.

Le politiquement correct est une disposition de l'esprit qui permet de tout accepter sauf son propre jugement.

Le politiquement correct c'est quand on dit joyeux Ramadan en s'excusant pour l'arbre de Noël.

Les islamistes voilent leurs femmes, Le politiquement correct voile le bon sens.

Le politiquement correct est à la liberté d'expression ce que la burqa est au bikini.

Le politiquement correct  c'est retourner sa langue dix fois dans la bouche avant de ne rien dire.

 

Et ce silence du politiquement correct permet les tueries.

Hier, mardi 9 novembre 2010, Bagdad, nouvelles tueries. Le nettoyage religieux antichrétiens se poursuit. 6 morts, 33 blessés.

La liberté d'expression ne concerne pas que les textes. Pour ceux qui ont le cœur accroché, quelques images non choisies et non retouchées du massacre de chrétiens dans la Cathédrale de Bagdad dimanche dernier :

http://atlasshrugs2000.typepad.com/atlas_shrugs/2010/11/s...

 

En lien avec ces massacres, j'offre à votre lecture, le texte d'un citoyen conscient et courageux :

Un Pape digne irait de ce pas rejoindre ses fidèles en perdition. Un geste pareil redonnerait du baume au cœur aux malheureux sur leur île déserte.

Des citoyens de seconde zone délaissés par la bienpensance, la meute des organismes à la mords moi le nœud dont l’unique tâche est la lutte contre une “islamophobie” dont une qualité est certaine : elle ne tue personne…

Détail qui semble perdre toute consistance une fois passé au crible des idéologues ou des lâches. Les victimes réelles ne pèsent pas bézef sur la balance. Car, l’unique gravité dans ce monde à l’écart des règles universelles du bon sens et de la logique, c’est la force des bourreaux, l’intimidation des prosélytes, avec la peur qu’elles engendrent et les réactions aberrantes qu’elles suscitent.

Tandis qu’en parallèle se développe un réel affront à l’humanité entière! Combien d’exactions, de massacres, de morts innocents au nom de l’lslam ?!
Quiconque, mis au défi, ne pourra établir le contraire. Les bourreaux eux-mêmes le crient haut et fort!

Et il se trouve toujours quelque illustre connard spécialiste en que dalle, donneur de leçons aux accents morgues qui verse une larme sur les plateaux. Parmi ces idiots, ces crapules de la pensée, drapés dans leurs avantageux idéaux qui s’offusquent d’une montée épouvantable de “l’islamophobie”. Tout en faisant l’économie d’une quelconque argumentation.

A croire que ces lâches ordures dédaigneuses se démarquent pour échapper à la fureur des fidèles de la religion de “paix” et de “tolérance”…

Peut être, est-ce un calcul à court terme qu’ils finiront par regretter! Quelques retournements de vestes sont ainsi à prévoir. Malgré cette pirouette vestimentaire, leurs manches seront-elles assez grandes et leurs poches assez profondes pour faire disparaître plusieurs décennies de sarcasmes et d’humiliations ?


Ils devraient commencer à y réfléchir. Après, il sera trop tard. Parce que notre patience a des limites.

 

18:48 Publié dans Politique | Lien permanent | Commentaires (1) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

Commentaires

Le politiquement correct, c'est aussi:

-S'indigner et faire de gros titres pour des enfants arrachés à leur mère.

- Mais c'est aussi oublier que le père n'a fait que respecter les us et coutumes,et lois religieuses de son pays d'origine, l'Algérie.
C'est aussi zapper très vite le fait que l'épouse et mère a accepté la soumission islamique, la soumission à son époux, qu'elle porte le voile et revendique certainement ses droits à sa liberté de pratiquer sa foi.

Alors qu'en Suisse, elle aurait pu oser revendiquer les droits accordés à la Femme!

-C'est oublier qu'en cautionnant l'implantation d'un islam radicale sous prétexte de "tolérance", c'est mettre en échec un Etat de droits.

- Et c'est laisser à penser à certains que RIEN ne les contraignent au respect des lois suisses.

Politiquement correct, combien d'abus commis en ton nom?

Écrit par : Mireille Luiset | 10/11/2010

Les commentaires sont fermés.