12/11/2010

L’effort d’intégration incombe aux étrangers

Hier, la liberté d'expression c'était le droit de dire tout ce qu'on pensait sans restriction.

Aujourd'hui, la liberté d'expression c'est oser dire ce qu'on pense à ses risques et périls.

Demain, la liberté d'expression ce sera de ne dire que du bien de ceux qui voudront la détruire, et ne dire que du mal de ceux qui voudront la préserver.

 

votez%20ainsi%202.jpg

Le contre-projet à l'initiative sur le renvoi contraint par la voie constitutionnelle la Confédération, les cantons et les communes à prendre et, surtout, à payer d'onéreuses mesures en faveur de l'intégration.

 

Ce texte mélange donc l'expulsion d'étrangers criminels et l'intégration, ce qui est complètement absurde et contraire au principe de l'unité de la matière. L'intégration des étrangers devient une tâche publique ancrée dans la Constitution. Or, l'effort de s'intégrer doit partir avant tout des étrangers. Sans la volonté des étrangers de s'intégrer, les mesures d'intégration les plus chères sont inutiles. Et si des étrangers tombent dans la délinquance, ils pourront prétendre que c'est la faute à l'Etat suisse qui ne les a pas suffisamment intégrés.

 

De ce point de vue, cet article sur l'intégration offre donc de la matière supplémentaire à des recours contre des expulsions de criminels. L'idée qui se cache derrière cet article sur l'intégration est claire: on ne veut pas expulser les étrangers criminels, mais les intégrer aux frais de l'Etat. Et lorsqu'ils auront vécu suffisamment longtemps en Suisse, ils pourront même être naturalisés.

 

La situation est donc évidente pour moi le 28 novembre prochain: NON au contre-projet hypocrite et OUI à l'initiative rigoureuse sur le renvoi!

 

11:16 Publié dans Politique | Lien permanent | Commentaires (15) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

Commentaires

Il n'y a pas si longtemps que cela un délinquant confédéré était expulsé dans son canton...

Écrit par : Ivan Skyvol | 12/11/2010

"Il n'y a pas si longtemps que cela un délinquant confédéré était expulsé dans son canton."

Et il n'y a pas si longtemps les femmes n'avaient pas le droit de vote. Prendre des bêtises du passé pour justifier de nouvelles idioties, quelle clairvoyance.

Et pour parler d'intégration, le respect de la loi suffit. Laissez les gens, Suisses ou étrangers, vivrent comme ils le souhaitent, dans le respect des autres bien entendu.

Écrit par : Patrick | 12/11/2010

@Patrick,

"Et pour parler d'intégration, le respect de la loi suffit. Laissez les gens, Suisses ou étrangers, vivrent comme ils le souhaitent, dans le respect des autres bien entendu." (sic)

Mais justement, le texte de l'initiative vise CEUX ET CELLES QUI ont oublié le respect d'autrui. (Et des lois, dans la foulée...)

Écrit par : Mireille Luiset | 12/11/2010

@Mireille

Vous faîtes erreur, l'initiative ne visent pas ceux et celles qui ont oublié le respect d'autrui, elle vise ceux et celles à conditions qu'ils soient ETRANGERS et non les Suisses. La loi actuelle suffit amplement et cette initiative, de même que le contre-projet sont complétement inutiles. La "justice" systématique est implicitement injuste. Je n'ai rien contre le fait de renvoyer un étranger criminel si cette décision découle du verdict d'un procès équitable.

Écrit par : Patrick | 12/11/2010

Voyons un peu:

"Je n'ai rien contre le fait de renvoyer un étranger criminel si cette décision découle du verdict d'un procès équitable."

Parce que ce que fait un criminel est équitable? On devrait aussi lui envoyer des roses avec des excuses durant son procès pour que ce dernier soit équitable?!!!!!!

Ah! ces bien-pensants qui aiment se distinguer et qui servent les étrangers criminels qui les traitent de pleutres, d'imbéciles et d'eunuques.... pour être polie!

Écrit par : Patoucha | 12/11/2010

@Patoucha

Vous ne semblez pas connaître le sens du mot équitable.

Pour rappel l'article 10 de la déclaration des droits de l'homme:

Toute personne a droit, en pleine égalité, à ce que sa cause soit entendue EQUITABLEMENT et publiquement par un tribunal indépendant et impartial, qui décidera, soit de ses droits et obligations, soit du bien-fondé de toute accusation en matière pénale dirigée contre elle.

Maintenant si vous remettez en cause la déclaration des droits de l'homme, ma foi c'est votre droit. Mais il a fallu des siècles d'évolution après des siècles de barbarie avant qu'elle ne soit rédigée et si votre vision d'avenir est une régression de la société, continuer à voter UDC.

Écrit par : Patrick | 12/11/2010

pour ceux ayant vécu la triste époque de la célèbre Stasi,ou ayant connu des gens ayant souffert sous un régime digne du tsarisme croyez bien qu'en suisse aussi dans certaines région règne un ostracisme de la part de certains étrangers envers des personnes isolées,qui ferait plaisir a Franco ou Mussolini,les saisonniers avaient du savoir faire,de l'intelligence pour s'adapter ,les suivants perdirent toute envie de s'adapter dommage car ce sont en fait les descendants qui font pression dans les cantons ou ils sont en majorité,en cherchant à humilier les gens seuls espérant les voir partir dans des EMS pour qu'enfin leurs enfants n'aient pas à quitter leur immeuble,il faut le vivre au quotidien pour juger du machiavélisme de leur part,s'agit- il de groupuscules néo-nazis en tous cas leurs méthodes d'intimidation y ressemblent fortement!et croyez le ou non,mais le simple fait d'écouter la célèbre Marche du Général Guisan,celle-ci peut vous faire subir des représailles,comme quoi chassez le diable ,il revient en courant!

Écrit par : Elena | 13/11/2010

@ Elena vous avez absolument raison de dénoncer publiquement les "secundo" !

C'est à espérer que la Suisse arrive à se débarasser des 20 % d'européens qui encombrent nos prisons. Quant aux autres il faudra les pousser vers les frontières de la Suisse : France et Italie !

Écrit par : Bordam | 13/11/2010

Un vote qui va facher l’Union EuropéenneLe peuple suisse s’apprête à voter le 28 novembre prochain sur le revois des criminels étrangers, vrai problème ou exagération ?
Le 28 novembre 2010 la Suisse votera sur le renvoi des criminels étrangers. Ce vote soumis au peuple à l’initiative de l’Union Démocratique du Centre parti d’extrême droite, ainsi que le contreprojet du gouvernement, va mettre la Suisse dans une position très dangereuse, en effet si cette votation passe, ce que l’on craint, 60% de la population y serait favorable, va une nouvelle fois se retrouver en contradiction totale avec les accords signés avec l’E.U sur la libre circulation des personnes, ainsi qu’une violation de la convention des Droits de l’Homme. Jusqu’à présent il est fort de constater que les Gouvernements Européens ne prennent pas en considération, les dérives et les interprétations abusives des accords signés par la Suisse et qu’il serait grand temps de remettre ce pays face à ses engagements. L’affaire des minarets était une violation de la CEDH, mais tout est resté sous silence et n’a pas été suivis •http://www.ch.ch/abstimmungen_und_wahlen/01253/02247/index.html?lang=fr
•http://www.swissinfo.ch/fre/politique_suisse/votations/novembre_2010/detail/Etrangers_criminels:_pomme_de_discorde_avec_l_UE.html?cid=28666418
•http://www.lenouvelliste.ch/fr/news/suisse/christoph-blocher-en-questions-10-232556
•http://www.tdg.ch/actu/suisse/initiative-fait-fi-contexte-social-culturel-personnes-visees-2010-11-03
Le contre-projet est superflu Au vu des fortes chances que, selon toutes les prévisions, l’initiative soit acceptée en votation populaire, le Parlement a décidé de présenter un contre-projet direct. Ce texte comprend pour l’essentiel deux articles. Le premier conditionne le renvoi à la gravité de la condamnation encourue pour une liste exhaustive de délits et à la prise en compte, dans tous les cas, du respect du droit international et du principe de proportionnalité. Le deuxième article formule quelques principes d’une politique d’intégration visant à la cohésion entre la population autochtone et étrangère. Le contre-projet entraîne lui aussi un durcissement de la politique envers les étrangères et étrangers. ce durcissement est superflu et la législation actuelle (loi sur les étrangers, droit pénal) suffit amplement pour renvoyer les délinquants étrangers. Il peut par ailleurs renforcer le risque, déjà existant dans le droit en vigueur, de violations des droits humains. Le contre-projet peut en outre contribuer à renforcer les préjugés contre la population étrangère établie en Suisse. Le contre-projet comporte en plus un danger de différentiation non objective. Le fait de lier le renvoi exclusivement à la gravité de la peine prononcée peut en effet entraîner une double peine discriminatoire. Les décisions devraient bien davantage être prises sur la base du risque de récidive et de la situation familiale et personnelle des personnes concernées. Le fait que le contre-projet ne garantisse pas la prise en compte automatique de ces éléments peut induire également des situations préoccupantes en terme de droits humains, comme par exemple, la séparation de familles ou le renvoi de personnes de la deuxième ou troisième génération, dans un pays qu’elles n’ont encore jamais vu et dans lequel elles n’ont absolument plus d’attaches. Question subsidiaire pour le contre-projet Il doit être clairement dit non à l’initiative et rejeter également le contre-projet, qui est considéré comme superflu et potentiellement contraire aux droits humains. Dans le cas d’une double acceptation de l’initiative et du contre-projet, la question subsidiaire revêt une importance décisive. Dans ce cas de figure il serait recommandé, malgré les réserves émises, de choisir le contre-projet, en tant que moindre mal, pour contrecarrer l’initiative. Quelle solution pour la Suisse, si la CEDH estime qu’il y a la une violation manifeste des Droits de l’Homme ? Ou que le Conseil de l’Europe met la Suisse en demeure de respecter ses engagements sur la libre circulation des personnes. Pour la violation des Droits de l’homme la Suisse devrait se retirer de la CEDH et reformuler une nouvelle demande d’adhésion en incluant des exceptions à la manière Suisse ce qui provoquerait indéniablement une catastrophe au niveau International et que surement les Etats signataires ne l’accepterait pas, il y a déjà trop d’exceptions suisses dans les différents accords bilatéraux et l’Union Européenne commence à en avoir assez de ces exceptions à la mode suisse. Le non-respect des accords bilatéraux signés par la Suisse sur la libre circulation des personnes, entrainera des sanctions évidentes, voir la dénonciation de ces accords qui aura de graves conséquences sur le plan Européen. Et que la Suisse aura énormément de peine à conclure de nouveaux accords, qui-là ne seront plus à la mode suisse mais à la sauce Européenne. Philippe Frioud

Écrit par : Frioud philippe | 13/11/2010

"Quelle solution pour la Suisse, si la CEDH estime qu’il y a la une violation manifeste des Droits de l’Homme ?"

Il n'y a pas de violation des droits de l'homme. Le séjour dans un pays étranger n'est pas un droit. C'est seulement une permission. Tout Etat a le droit de refuser le séjour d'un étranger sur son sol, notamment pour des motifs de sécurité. Et pour que la cdeh soit appelée à se prononcer, il faudrait qu'un criminel expulsé la saisisse. On peut toujours attendre. C'est dommage, car on rirait bien si cela arrivait.

Et puis vous ne dites rien sur les étudiants suisses condamnés à Rome et qui vont sans doute subir une double peine? Seuls les étrangers méritent vos égards?

Quelle hypocrisie!

Écrit par : Johann | 14/11/2010

"Quelle solution pour la Suisse, si la CEDH estime qu’il y a la une violation manifeste des Droits de l’Homme"?

Une mascarade que cet organisme quand on sait qui le chapeaute!

" Ou que le Conseil de l’Europe met la Suisse en demeure de respecter ses engagements sur la libre circulation des personnes."

Une mise en demeure? Et puis quoi encore! Libre circulation des personnes ne veut pas dire octroyer la libre circulation des criminels et malfrats de tout bord!

"....entrainera des sanctions évidentes, voir la dénonciation de ces accords qui aura de graves conséquences sur le plan Européen."

Et alors?!!!! Vous serez donc prêt à sacrifier nos libertés et notre sécurité par peur de "sanctions" d'une Europe qui perd son identité? Plus pleutre que ça on meurt!

Écrit par : Patoucha | 14/11/2010

@ Patrick


"Vous ne semblez pas connaître le sens du mot équitable."

Et vous, vous ne semblez pas avoir suivi des procès pour oser le prononcer!

"Maintenant si .... Mais il a fallu des siècles d'évolution après des siècles de barbarie avant qu'elle ne soit rédigée et si votre vision d'avenir est une régression de la société,

Je remets en question ceux qui chapeautent cet Organisme (c'est à lui que vous devriez rappeler le sens d'équité) dont une bonne majorité sont LA régression de la société. Ma vision d'avenir n'est pas, contrairement à la vôtre, embuée par des larmes pour les criminels et bouchée par des idées bien-pensantes.

Écrit par : Patoucha | 15/11/2010

@Patoucha

En effet, je n'ai pas suivi de procès. Il me semble cependant que nos prisons sont bien remplies, malheureusement. J'en déduit quand même que les juges ne sont pas aussi laxistes que vous laissez croire. Il y a déjà aussi plusieurs centaines d'expulsions de criminels chaque année. Je ne fais pas d'angélisme, et j'admets volontiers que la gauche a tendance à faire trop d'angélisme. Mon seul souhait en l'occurrence est que la justice appliquée en Suisse soit juste et digne d'un état de droit moderne. Je pense quand à vous que vous devriez vous installer dans un pays islamiste appliquant la charia. Au moins leur "justice" est expéditive et devrait convenir à vos principe.
IL est bien triste de constater que ce sont les extrémistes qui sont le plus virulents envers les autres extrémistes, leurs idées sont proches mais il ne font pas partie du même groupe et par conséquent se détestent mutuellement. Quand on voit les idées de "justice" et de "femme au foyer" chez de nombreux UDC, elles sont tristement compatibles avec celles des intégristes islamistes.

Écrit par : patrick | 15/11/2010

@Patrick

"J'en déduit quand même que les juges ne sont pas aussi laxistes que vous laissez croire."

A quel moment ai-je dit qu'ils l'étaient?

"Je pense quand à vous que vous devriez vous installer dans un pays islamiste appliquant la charia. Au moins leur "justice" est expéditive et devrait convenir à vos principe."

Vous savez lire Patrick ou bien vous ne postez que pour VOUS lire?!! Avant de me "renvoyer"... Je vous conseille de prendre des cours de Français. Lire est une chose, comprendre en est une autre!

Pathétique!

Écrit par : Patoucha | 15/11/2010

@Patoucha

La seule chose dont je sois sûr dans notre débat, c'est que je sais mieux lire que vous.

Quand j'écris:
"J'en déduit quand même que les juges ne sont pas aussi laxistes que vous laissez croire."
Vous répondez:
"A quel moment ai-je dit qu'ils l'étaient?"

Je n'ai pas écris que vous avez dit qu'ils l'étaient, j'ai écris "vous laissez croire".

Mais bon, tout ceci devient grotesque et qu'il est complétement inutile et surtout sans espoir d'essayer vous faire comprendre quoique ce soit.

Je vous laisse avoir le dernier mot si ça vous chante, personnellement j'en reste là.

Écrit par : Patrick | 15/11/2010

Les commentaires sont fermés.