16/11/2010

Limiter la liberté d’expression, c’est comme mettre un impôt sur l’air.

besancentvoilee-18.jpg

Bien des interrogations, contrées par les réponses du "politiquement correct" se gaussant d'avoir museler la liberté d'expression, persistent et leurs sagacités amènent l'ampleur de bien des mouvements, dans nos civilisations judéos chrétiennes et occidentales, que la naïveté bien pensante nomme populistes.

Ce message, pour ceux qui voudront bien le lire dans son intégralité, n'a pour objectif que de vous interpeller, moins sur la forme que sur le fond, sur des textes utilisant sans restriction la liberté d'expression. Ceci semble envoyer leurs auteurs devant des tribunaux.

Donc, à mes risques et périls, mais pour la liberté d'expression, je vous les soumets.

Pour commencer une citation

Le relativisme culturel c'est quand : « aimez vos ennemis, priez pour ceux qui vous persécutent (évangile) » et : « tuez les infidèles partout où vous les trouverez (coran) », c'est bonnet blanc, blanc bonnet.

Le relativisme culturel c'est quand on compare l'excision des filles à la première communion.

 

Puis ces textes :

L'objectif de ces procès fustigeant la liberté d'expression est de réduire au silence toute opposition. De montrer que vous serez, vous aussi, traité comme un criminel si vous osez exprimer une opinion négative sur la religion la plus arriérée, la plus violente et la plus intolérante de la planète.

 

L'Europe d'aujourd'hui est pour le monde entier l'exemple éclatant de comment "l'on pisse dans sa propre eau potable".

Partout sur ce continent, des lois sont votées pour étouffer la liberté d'expression, et les gens sont traînés devant la justice pour avoir exprimé leur opinion.

En Autriche, bientôt, Elisabeth Sabaditsch-Wolff passera au tribunal : elle est accusée d'avoir dénigré une religion, une accusation toute droit sortie de l'Inquisition. Son crime ? Avoir pointé du doigt les passages du Coran qui autorisent un homme à battre sa femme. Elle encourt pour cela une peine de trois ans de prison.

Voilà la nouvelle justice, style Eurabia.

Pendant ce temps, des politiciens hollandais s'inquiètent de la réputation de leur pays dans le monde car le Parti de la Liberté (Wilders) est aujourd'hui impliqué dans le gouvernement. lls ont tort de s'inquiéter. La réputation de leur pays ne pourrait être plus mauvaise qu'elle l'est maintenant, et ce grâce à eux.

Grâce aussi à une loi scélérate qui autorise à traîner l'homme politique le plus populaire du pays devant la justice pour avoir dit la vérité, et y être jugé par une commission de juges clairement partisans qui n'ont même pas été capables de tenir correctement leur rôle dans ce procès médiatique truqué, car ils n'ont eu ni la sagesse, ni la rigueur nécessaire pour garder secrète leur partialité.

Au moment même où le monde entier avait les yeux tournés vers la justice hollandaise, les juges véreux d'Amsterdam se sont montrés à la hauteur : il ont donné une telle démonstration d'incompétence et de partialité que le procès a dû être stoppé.

Plus soucieux d'idéologie que de justice, ils se sont révélés incapables de présider ne serait-ce qu'un concours du plus beau bébé. L'un d'entre eux à même eu le culot d'accuser Wilders de saper la justice ! Ils n'ont guère besoin de lui pour cela : ils le font très bien eux-mêmes. Ils sapent non seulement le système judiciaire hollandais, mais les fondations mêmes de la civilisation occidentale.

Le ministère public souhaite abandonner les poursuites, car il n'y a pas d'infraction caractérisée. Mais les juges veulent continuer, et faire un nouveau procès, car ils sont bien décidés à faire tomber Wilders.

L'objectif visé dans cette affaire, de même qu'en Autriche, n'a jamais été de faire un procès équitable. L'objectif est de réduire au silence toute opposition, en faisant des "exemples". De montrer que vous serez, vous aussi, traité comme un criminel de droit commun si vous osez exprimer une opinion négative sur la religion la plus arriérée, la plus violente et la plus intolérante de la planète.

Voilà où nous en sommes en Europe aujourd'hui, comme au beau temps de l'Union Soviétique. Je suis surpris qu'ils n'aient pas encore essayé d'interner Wilders en hôpital psychiatrique. Ca viendra peut-être.

Pour rendre les choses encore pires, bien pires, il faut composer non seulement avec des juges véreux et des législateurs veules, mais aussi avec des journalistes paresseux et sectaires, qui tordent les mots pour mieux masquer la vérité, et accusent quiconque se lève pour défendre les valeurs occidentales d'extrême-droitisme, de fascisme, d'incitation à la haine, de racisme (c'est le sens du mot extrême-droite).

La vérité, c'est qu'en Europe aujourd'hui, la gauche est bel et bien devenue la nouvelle extrême-droite.

Cela se manifeste très crûment, en Grande-Bretagne, par cet étrange assortiment de gens qui se haïssent eux-mêmes, d'anti-démocrates, de relativistes, d'étudiants boutonneux, d'islamistes, d'antisémites et de fascistes d'extrême-gauche, qui composent l'organisation ironiquement dénommée "Unis contre le fascisme".

Son mode d'action principal est d'attaquer violemment les manifestations pacifiques avec lesquelles ils sont en désaccord, comme le feraient des casseurs et des gros bras nazis Ils craignent la liberté d'expression, car ils savent qu'ils défendent l'indéfendable. "Unis contre le fascisme", mais pas contre le fascisme religieux... Cela pourrait offenser les fascistes. Il ne faut pas y songer !

Ne vous inquiétez pas... Inutile de vous sentir coupable (comme si c'était possible) Nous le faisons à votre place, et nous payons, avec intérêts...

Et tout ça se passe partout en Europe.

Quiconque organise une manifestation pacifique pour défendre la démocratie ou les valeurs européennes doit s'attendre à être physiquement agressé par des bandes de bigots et de tarés belliqueux, qui doivent leur propre liberté à d'autres qui la défendent, et dont le maigre horizon se limite à la censure de contestations légitimes. Quelle avancée !

Ces gens ne sont bien sûr en rien "anti-fascistes". Ils sont contre la liberté, contre la libre pensée, contre la libre parole anti toute liberté, sauf bien sur celle de recevoir des subsides de l'état. Les gauchistes et les islamistes partagent ce profond désir d'être reconnu par une société qu'ils font semblant de mépriser.

Et ils sont unis dans l'hypocrisie, l'intolérance, l'ignorance, la stupidité, et la haine. Le multiculturalisme en Europe est mort, et bien mort. comme l'ont montrées toutes les élections récentes.

Même les hommes politiques l'admettent aujourd'hui.

Certains s'accrochent encore à cette illusion, comme les Soviets s'accrochaient au communisme. Mais c'est terminé. Ces procès médiatiques et ces violentes attaques de manifs sont les symptômes de son agonie.

Ce sont les actes désespérés de gens aux abois, prêts à tout, et totalement égarés.

Criminaliser les opinions revient à admettre ouvertement que le législateur a perdu le contrôle. Il a créé une situation qu'il ne peut plus gérer. C'est ce qui arrive quand jamais on ne demande leur opinion aux gens, ou quand cette opinion est ignorée quand ils l'expriment.

Désormais, on ne peut plus l'ignorer, et cette opinion ne sera pas ignorée. Quoi qu'il arrive lors de ces deux procès, ce n'est que le début.

En Europe, le génie est sorti de la bouteille, et aucun fasciste de la diversité multiculturelle ne pourra l'y remettre. Des milliers de gens donnent déjà de la voix et se font entendre, pour s'opposer à l'incessante islamisation de la société.

Et ils seront bientôt des millions : des gens qui en ont assez du politiquement correct, qui en ont assez qu'on leur dise ce qu'ils ont le droit de dire ou de penser, et qu'on leur ordonne de respecter une religion qui ne respecte absolument personne.

Ces gens découvrent, lorsqu'ils s'expriment, qu'ils ne sont pas seuls, et qu'ils ne sont en rien des fascistes, des agitateurs haineux, ou des racistes, malgré ce que ne cesse de répéter une presse lâche et malhonnête. Comme beaucoup de ces gens, moi, je m'oppose à l'islam.

Pour la simple raison que l'islam s'oppose à moi, et à tout ce je crois juste. Et je me fiche de ce qu'éprouvent les musulmans, ou n'importe qui d'autre. Et personne ne devrait me dire que j'ai à m'en soucier.

Je pense que le traitement infect des femmes dans l'islam est un crime contre l'humanité, et rien de moins. Il est totalement immoral. Il n 'y a pas de zone intermédiaire. Il est injustifiable, impardonnable, et empoisonne la terre entière. Il n'est pas différent, ou à relativiser. Il est arriéré et inhumain. Rien ne peut l'excuser, et rien ne peut excuser qu'on le défende.

Voila ce que je pense, et je le pense très, très fortement. Vous pouvez ne pas être d'accord. C'est votre droit. Comme j'ai le droit de le dire. Et j'INSISTE sur ce droit à le dire aussi ouvertement, aussi souvent, et aussi fort que je le veux.

Et tous ceux qui se sentent offensés peuvent continuer à l'être  et aller se faire foutre, avec tout le respect que je leur dois. Tout particulièrement en République islamique d'Autriche.

Limiter la liberté d'expression, c'est comme mettre un impôt sur l'air. Personne n'en a le droit, qui qu'ils soient, ou qui qu'ils pensent être, quel que soit le badge à la mode qu'ils portent, et quel que soit le livre sacré qu'ils tiennent dans leurs mains malpropres.

Qu'ils passent toutes les lois qu'ils veulent ! Ils peuvent en faire des guirlandes, ou les agiter comme autant d'étendards du haut des minarets de chaque mosquée. Nous résisterons à ces lois, et nous les renverserons. Car ce sont des lois de lâches, d'amadoueurs, dont les mensonges multiculturels frelatés ne seront bientôt plus qu'une embarrassante souillure de l'histoire.

 

 

 

 

 

10:41 Publié dans Politique | Lien permanent | Commentaires (2) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

Commentaires

Bravo pour votre billet ! Vous avez tout juste...

Cela dit, pas besoin d'aller voir en Autriche ou ailleurs, la censure existe aussi à Genève.

Ainsi par exemple, le C.A. interdit l'accès internet à certains sites d'opinions, de mouvements politiques et de minorités spirituelles sur les ordinateurs publics dans les bibliothèques municipales ainsi que sur le réseau WiFi genevois gratuit.

Parmi les "sages" du C.A., Pierre Maudet et Patrice Mugny en tête défendent et assument cette pratique...

Écrit par : Dolorès | 16/11/2010

Merci Dolorès d'avoir pris le temps de lire ces textes.

Votre message est intéressant. Vous savez, les gens que vous mentionnez préfèrent se voiler la face, pratiquer la politique de "l'autruche" du politiquement correct.

Ils sont déjà les "domestiques" de cette "idéologie" politique s'appuyant sur une religion, qui tente de nous envahir.

Écrit par : Le Plébéien | 16/11/2010

Les commentaires sont fermés.