28/12/2010

Oui, les médias romands censurent !

Oh !  Le politiquement correct encensera ces médias qui défendent l'oligarchie au détriment de la démocratie...

Mais le net n'est pas censuré, et publie cet article de Monsieur Uli Windisch, refusé par les rédactions : L'Hebdo, Le Temps et La Liberté.

Evidemment, le titre est :

Comment faire gagner l'UDC ?

Cet article est très fin. Lisez-le !

 

Les opposants aux initiatives  de l'UDC   n'apprennent rien. Au contraire, ils s'entêtent fièrement  et réussissent ce tour de force  de créer  des effets contraires et pervers.

Quelques  règles pour provoquer des effets pervers, à la lumière de la votation sur l'expulsion de criminels étrangers du 28 novembre:

Suisse-Landsgemeinde.jpg

- Parler d'autre chose que de l'objet dont il est question. En l'occurrence, il s'agissait de réagir plus fermement  contre les criminels étrangers  en  les expulsant de manière automatique. Il est évident que l'UDC n'avait pas l'intention d'expulser  toute la famille d'un enfant qui oublie de payer un bonbon. Tout le monde l'avait compris, sauf ceux qui veulent à tout prix  dénigrer l'UDC en montrant "l'aberration" de  ses propositions, d'émission en émission... et on a continué ainsi  pendant des semaines.

- Accuser les adversaires des pires maux  dont ils ne sont pas coupables. Si on veut être plus sévère avec les criminels,  l'on se fait traiter de xénophobe et de raciste ! Là, le citoyen ordinaire, qui mène une vie difficile et souvent exemplaire n'en peut plus. C'est cela  qui l'amène finalement à voter UDC et non un racisme congénital. Ce sont  1′400′000 votants qui ont approuvé ce vote. Oser dire,après cela, qu'il s'agissait d' un vote raciste...

- Demander aux médias internationaux de condamner la Suisse. La quasi-totalité des médias internationaux ont repris  de manière  pavlovienne  le  verdict des commentateurs suisses autoproclamés experts en antiracisme. A côté de  ces médias  accusateurs  et  paresseux, il y a toujours quelques belles exceptions,  qui disent et redisent  leur admiration pour un système politique  qui permet  au peuple de s'exprimer. A ces minoritaires s'ajoute un nouvel acteur qui compte: les internautes, qui s'opposent de plus en plus  au système médiatique traditionnel.

Des sondages effectués dans une douzaine de pays européens après la votation  sur l'interdiction des minarets(29.11.2009) auprès de milliers  et parfois de dizaines de milliers de personnes, ont montré que c'est entre 60% et 80% des sondés qui auraient voté pour ce genre d'initiative, et non 57,5%.

- Chercher à montrer l'inutilité et l'inapplicabilité des propositions  des udécéistes, et toujours  minimiser les dangers  et les «peurs» (ah, ces fausses peurs du peuple) et considérer le peuple comme incompétent et manipulable. Le peuple  est nécessairement  irrationnel, émotif  et se laisse manipuler  par les méchants démagogues. Grave erreur, le peuple  fait preuve d'une qualité rare et vitale et qui fait  défaut aux exaltés  du cri moral: le bon sens. Bon sens qui fait moins de dégâts que la croyance   en la perfection morale ou idéologique.

La libre circulation des personnes  ne devrait  pas être  la  libre circulation des criminels, rétorque  du tac au tac  ce bourru de citoyen ordinaire.

- Quand il s'agit de lutter contre la criminalité, parler d'intégration. Le manque d'intégration serait la cause de tous les maux. Du côté des bien-pensants, on  ne semble pas comprendre qu'il existe une logique criminelle: certains  individus ont  choisi délibérément  la criminalité comme mode vie et sont déjà organisés  en groupes de malfaiteurs très déterminés. L'intégration? Ils en rigolent. Et le péquin s'énerve.

- Evoquer précisément comme arbitre suprême  le droit international et les droits de l'homme. A quand une charte des devoirs de l'homme? entend-on du côté des "ignorants",  en fait  du bon sens. Dans la campagne électorale,  on a plus parlé des droits  de l'homme (nombreux ont compris  les droits des criminels) que ceux des victimes  de ces  criminels sanguinaires.  Quand j'ai soulevé ce genre de questions lors d'une émission de TV (Infrarouge du 30 novembre 2010), on m'a coupé la parole à deux reprises.

- Culpabiliser  les «mal-pensants». Quelle image la Suisse donne-t-elle  en approuvant  ce type de votation? C'est une autre préoccupation des bien-pensants, alors qu'en réalité l'effet réel est très largement  positif. Sauf auprès de... ?

- Pratiquer l'autoflagellation et l'excuse sociologique. Quel que soit le problème , c'est de notre faute, celle de notre société si injuste et criminogène. On en rirait si  la criminalité ne  touchait pas  aux fondements de notre société, aux  institutions  qui sont   créatrice de civilité, de civilisation.

- Ne jamais proposer  de mesures fermes et déterminées  contre la criminalité et la violence. A gauche, après avoir pendant longtemps minimisé, voire moqué l'insécurité, parlé de fantasme sécuritaire ,  du danger raciste que comporte l'expression criminalité étrangère, on propose soudain plus de policiers , même si certains prétendent, sans rire, qu'il faudrait des «médiateurs culturels» plutôt que des policiers. Mais il est tard et le mal fait profond.

 

De vraies  solutions existent pourtant. Pourquoi a-t-on réussi  à transformer le coupe-gorge qu'était New York  en ville plutôt sûre ? Il est vrai que ce  n'est pas la gauche donneuse de leçons qui y est parvenue. Comme on ne peut pas changer  le peuple, ne pourrait-on pas changer la vision prétentieuse, arrogante, accusatrice et contre-productive  de certaines  élites et de nombreux médias ? Chercher à comprendre les «autres», plutôt que de les braquer en le dénigrant, et les amener à voter...

 

00:12 Publié dans Politique | Lien permanent | Commentaires (8) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

Commentaires

C'est une évidence que, lors des votations, la presse romande a un parti pris. Il n'est même plus caché, on appelle même à voter de tel ou tel façon dans un éditorial en culpabilisant celui qui, par tout hasard, penserait à voter autrement.

Écrit par : Antipathique | 28/12/2010

proche de l'UDC et de certaines de leurs idées mais non membre,ce mot censure me fait frémir,tout n'est que censure depuis 39-45,de fait le fameux Anschluss qui nous fut remis par nos pairs en était une aussi,et combien sommes nous nombreux ce matin à dire merci aux historiens comme monsieur Marco Wyss mettant en lumière des faits véridiques reliés au passé de notre pays,et mis en exergue et laissés au boin soin du lecteur par les éditions Cabédita,va et découvre ton pays disait le général Guisan il aurait pu ajouter lis et tu découvriras ton pays,je me joins à votre texte pour la censure détestable mot ,mais peut-être ne signifiant rien pour ceux ignorant tout de notre pays,et ils sont nombreux,mais comme dit la chanson,la vie est expériences,parfois cruelles, grâce aux historiens on peut se dire,même ardue,elle valait la peine d'être vécue,alors censure ou pas,les partis sont responsables qu'ils soient de droite de gauche le peuple qui ressent des difficultés financières ,je parle des petites gens,de grâce Messieurs censurez vos sommes d'argent mises en jeu pour les élections,de grâce pour eux ,ne leur infligez pas des camouflets auréolés de millions juste pour conforter votre orgueil,si censure il devait y avoir concernant ces sommes faramiseuses dépensées juste pour voir son nom briller au haut des affiches croyez bien que pour une fois le mot censure serait fortement apprécié!
bien à vous et bonne journée

Écrit par : lovsmeralda | 28/12/2010

Lorsque j'attaque ouvertement l'ennemi no.1 des retraités, des invalides et des malades tous mes commentaires sont systématiquement censurés.
C'est que le neuch' est un "romand de souche" et qu'il faut le défendre contre vents et marées.

Écrit par : Hypolithe | 28/12/2010

Il faut être sacrément gonflé pour accuser les médias de censurer l'UDC. l'omniprésence dans les journaux, radios télé,des Freyssinger-Perrin Stauffer MCG atteste au contraire du Buzz que représente pour les médias , la présence de ces agitateurs de café du commerce.Tous les partis totalitaires à l'image de l'UDC et du MCG se drapent dans le rôle de victime dans lors que l'on ne leur sert pas la soupe à leur goût. Windish utilise abusivement son titre de professeur à l'UNIGE pour recouvrir d' un verni "scientifique* ses articles de petit propagandiste. j'ajoute pour terminer les millions que l'UDC placent dans les campagnes électorales faussent complétement le dispositif démocratique au dépend des autres formations PS Verts qui n'ont pas la manne d'économie suisse. et malgré cela à Genève avec son grand pourcentage d'étrangers ,son minaret l'UDC se ramasse des râteaux.

Écrit par : briand | 28/12/2010

"Mais le net n'est pas censuré, et publie cet article de Monsieur Uli Windisch, refusé par les rédactions : L'Hebdo, Le Temps et La Liberté."
Etrange, car l'analyse que fait Uli Windisch est parfaitement exacte. Au lieu de la censurer, il faudrait, dans un pays comme le nôtre du moins, soit l'infirmer par des arguments valables, soit montrer en quoi l'expression d'une vérité est nuisible.
Tout le reste ne fait que renforcer le phénomène qui dénonce l'auteur.

Écrit par : Mère-Grand | 28/12/2010

@Hypolithe,bien dit et tout à fait juste!
bonne journée pour vous!

Écrit par : lovsmeralda | 28/12/2010

Je ne suis pas de l'udc, mais ce politoloque été invité a infrarouge, la présentatrice ne l'a pas laissé parler. Les médias parlent de l'udc tous les jours, nous bombardent d'articles sur l'udc pour démolir l'image du parti. C'est son droit. Elle ne le fait pas pour les autres parti, allez savoir pourquoi...... Les médias ne font pas d'article pour mais contre l'udc. Encore une fois elle en a le droit. Et c'est une secret pour personne que la presse n'aime pas l'udc. Je n'ai pas à juger ses prises de positions. Par contre, ne pas accepter les avis contraire ou les censurer est justement ce que la presse dénonce. Faites ce que je dis pas ce que je fais !

Écrit par : posk | 28/12/2010

Uli Windisch qui est certainement le sociologue ou "spécialiste" le plus invité dans les médias se plaint d'être censuré ? Une bonne blague.

Surtout que ce qui est écrit dans cet article est le discours habituel et classique de Windisch que l'on retrouve dans toutes ses apparitions médiatiques et dans tous ses livres. Ce ne sont pas des révélations Wilkileaks, non plus...

Écrit par : Roméo et Juliette | 29/12/2010

Les commentaires sont fermés.