07/01/2011

Notre devoir : DÉ-ISLAMISER nos démocraties.

Dé-islamiser devient un devoir de fond, de concept pour un avenir de conscience, de liberté d'expression. C'est participer philosophiquement et non par racisme comme certains le prétendent, à maintenir et renforcer les principes de notre démocratie directe, de prédominance de la Raison sur les dogmes.

Cessons d'abord de parler d'une '' religion '' quand il s'agit d'une '' idéologie totalitaire ''. En parler comme d'une '' religion '', revient à admettre comme  naturel de se prosterner devant les valeurs négatives de l'intolérance.

Dé-islamiser également par un gros effort à obtenir des médias.

RassFemmesVoilées.jpg

Pour y parvenir il faut rappeler ce que nous ne voulons plus revoir, par exemple, le cas du Chevalier de la Barre :

 

Chevalier de la Barre

Le Chevalier de La Barre fut torturé et décapité à 19 ans pour " ne pas avoir salué une procession "

1766

1 juillet Le chevalier de La Barre a le poing coupé, la langue arrachée avant de se faire décapiter et d'être jeté au bûcher. Il paye ainsi un blasphème qui a consisté en une mutilation de crucifix, acte qu'il n'a d'ailleurs certainement pas commis. En effet, le jeune homme de dix-neuf ans possédait ce jour là un solide alibi. Mais les preuves sont ailleurs : il ne s'est pas dévêtu la tête au passage d'une procession et possède trois ouvrages interdits, dont le "Dictionnaire philosophique" de Voltaire. Ce dernier, comme l'ensemble des Lumières, dénoncera cette accusation, au point qu'il devra fuir pour échapper à une arrestation. Son ouvrage brûlera d'ailleurs avec le chevalier sur le bûcher. Symbole de l'intolérance religieuse et de la défaillance de la justice du XVIII ème siècle, cette affaire est l'un des dernier procès pour blasphème en France. La Révolution approche et elle réhabilitera de La Barre en 1793.

Hors l'idéologie musulmane [ la religion ] génère en de nombreux pays, chaque fois qu'un incroyant '' se fait prendre '' exactement le même type de criminalité émanant du clan ou de l'État - déclaré ennemi de dieu, (par exemple en Iran, le blasphémateur risque la mort) . Elle enclenche décennies après décennies un nettoyage ethnique commencé avec les juifs et se poursuivant avec les chrétiens.

Ne pas comprendre qu'il n'y aucun enrichissement culturel à espérer d'une idéologie xénophobe, raciste, fondée sur des préjugés, sorte de manifeste d'appel à la haine de l'autre, c'est accepter à moyen terme une pollution durable de notre société.

Soumis aux textes, la plupart des musulmans sont dans l'incapacité de faire la différence entre ce qui relève de la misogynie masculine et les notions d'égalité les plus élémentaires entre homme et femmes lié à l'inévitable rejet de toutes les autres options spirituelles philosophiques ou religieuses.

Il est faux de dire que la majorité des musulmans sont des démocrate. Seule une petite minorité s'est dé-islamisée en se contentant, comme beaucoup de gens que l'on pourrait pratiquement qualifier d'ex catholiques, de vivre loin des textes... qui en tous cas ne confondent plus l'affabulation religieuse avec les lois qui régissent la vie de la cité.

Oui la laïcité autorise la liberté de pratiquer le culte quelque soit la religion. Là, nous n'avons plus affaire à '' une religion '' mais à une dictature théocratique et dogmatique imposant ses préceptes d'un autre âge dans le quotidien légal, pénal, alimentaire, culturel, scolaire, vestimentaire, ludique, etc., s'acharnant à la déconstruction de nos sociétés  occidentales démocratiques et laïques d'origine judéo-chrétienne.

 

10:39 Publié dans Politique | Lien permanent | Commentaires (6) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

Commentaires

La démocratie est incompatible avec l'islam qui, comme son nom l'indique, prescrit la soumission à Allah (le Coran, première source du droit) et à Mahomet (la sunnah - tradition de Mahomet - est la deuxième source du droit.

Contrairement au christianisme dont les textes fondamentaux ne prescrivent pas de normes juridiques, l'islam est une religion normative réglant pratiquement tous les aspects de la vie. Or, la démocratie signifie justement le pouvoir du peuple de décider des normes qui le régissent...

Les musulmans qui optent pour la démocratie doivent pratiquement remettre en question le fondement même de leur religion et accepter la mise en question des normes que cette religion dicte. Or, de tels musulmans seraient qualifiés de laïcs --- et donc apostats passibles de la peine de mort.

Voilà ce qu'écrit Al-Qaradawi (un modéré!!):

Le laïc [musulman] qui refuse le principe de l'application du droit musulman n'a de l'islam que le nom. Il est un apostat sans aucun doute. Il doit être invité à se repentir, en lui exposant, preuves à l'appui, les points dont il doute. S'il ne se repent pas, il est jugé comme apostat, privé de son appartenance à l'islam - ou pour ainsi dire de sa "nationalité musulmane", il est séparé de sa femme et de ses enfants, et on lui applique les normes relatives aux apostats récalcitrants, dans cette vie et après sa mort.

Al-Qaradawi ajoute:

La laïcité estime qu'elle a le droit d'établir la loi pour la société, et que l'islam n'a pas le droit de gouverner et de légiférer, de dire ce qui est licite et ce qui est illicite. Ce faisant, la laïcité usurpe le pouvoir absolu de Dieu dans le domaine de la législation et le donne à l'être humain. Elle fait ainsi de l'homme un égal de Dieu qui l'a créé. Bien plus, elle place la parole de l'homme au-dessus de la parole de Dieu, lui accordant un pouvoir et une compétence confisqués à Dieu. L'homme devient de la sorte un dieu gouverné par ce qu'il veut [...]. La laïcité accepte le droit positif, qui n'a ni histoire, ni racine, ni acceptation générale, et récuse le droit musulman que la majorité considère comme loi divine, équitable, parfaite et éternelle.

(Yusuf Al-Qaradawi: Al-islam wal-'ilmaniyyah wajhan li-wajh, Mu'assa-sat al-risalah, Beyrouth, 3e éd., 1992, p. 73-74 et 118-119. Ouvrage sur le site d'Al-Qaradawi: http://qaradawi.net/site/topics/article.asp?cu_no=2&item_no=772&version=1&template_id=90&parent_id=12. Al-Qaradawi est le Président du Conseil Européen de la Fatwa et de la Recherche. Il dirige des émissions religieuses à la télévision Al-Jazeera et a écrit une centaine d'ouvrages).

Alors que faire pour intégrer les musulmans dans un système démocratique comme la Suisse? La réponse est simple: il faut changer la nature même de la religion musulmane. Nous allons de ce fait vers une confrontation idéologique inévitable entre deux systèmes: le système théocratique islamique... et le système démocratique.

Question: Que fait l'Occident pour éviter une telle confrontation?
Réponse: Rien. Et de ce fait, les islamistes grignotent continuellement le terrain de la démocratie... et ceux qui osent critiquer ou remettre en question cet état de fait sont taxés d'islamophobes tant par les musulmans que par les idiots utiles. Il n'y a qu'à voir l'acharnement avec lequel la Tribune de Genève s'attaque à mon modeste blog http://blogdesamialdeeb.blog.tdg.ch/ sous la pression des islamistes, m'obligeant ainsi à aller bloguer sous des cieux plus cléments et moins asservis aux islamistes.

Écrit par : Sami Aldeeb | 07/01/2011

Merci M. Aldeeb de ces précisions qui n'ont que le "tort" d'être rigoureusement exactes.

Écrit par : Le Plébéien | 07/01/2011

Si les femmes musulmanes s'émancipent et découvrent l'égalité des sexes....le problème est résolu.

Écrit par : Mireille Luiset | 07/01/2011

Premièrement, le Jihad est une réalité.
Aussi toute l'EUROPE y.c. La Suisse sont en grand danger; les Musulmans se considèrent déjà en Terre d'ISLAM. Ils sont chez nous chez eux. CQFD

P.S. Enfin, il faut interdire les voiles dans tous les espaces publics. Dire NON tout le temps, point barre, être ferme, pas besoin de faire une loi ! Ce serait pire.
Plus on cèdera, plus ils nous mépriseront. [tu cèdes, tu décèdes]


Je m'inquiète de ce qui se passe dans le monde contre tous les Chrétiens en réalité... Crimes gratuits, beaucoup de profanations ET
un génocide annoncé ! Voir
www.prophetie-biblique.com

La 3e guerre mondiale se profile. Un fascislamisme, d'envergure mondialisée grandit en Europe, via l'Allemagne. L'immigration massive des faisait partie du programme d'islamisation.

L'histoire des agendas, c'est exprès, "un signe".

On peut fermer les mosquées, mais on pourrait retrouver les muzz dans la rue !

Par ailleurs, j'ai consulté bien des sites sur le sujet de l'islam ...
Je peux dire que ça commence par le voile - la bannière du jihad - et la Charia est la fin.

Écrit par : Vanessa | 08/01/2011

"L'illicite et le licite en Islam", ouvrage de référence rédigé par Al-Qaradawi, est disponible en anglais à l'adresse internet (url) suivante :

http://www.witness-pioneer.org/vil/Books/Q_LP/index.htm

Si Al-Qaradawi est président du Conseil européen de la fatwa, le premier imam de la principale mosquée de Genève, mosquée saoudienne, est membre de ce conseil et a été formé en la très wahhabite Arabie saoudite.

Le Tribunal administratif genevois a établi qu'il est arrivé à cet imam de donner des avis de droit islamique à Hani Ramadan, qui est à la tête de l'autre mosquée de Genève.

Écrit par : CEDH | 09/01/2011

"Cessons d'abord de parler d'une '' religion '' quand il s'agit d'une '' idéologie totalitaire ''."

Exactement: une idéologie POLITIQUE totalitaire qui avance masquée sous les traits opportunistes de la religion. S'il est possible d'être anti-fasciste, anti-impérialiste, il est tout à fait possible d'être - pour les mêmes raisons - anti-islamiste.


"Dé-islamiser également par un gros effort à obtenir des médias."

A commencer par la tdg qui exerce une sorte de censure - pas moins pernicieuse - du blog de M. Aldeeb en le privant de visibilité de telle sorte qu'il n'y ait plus de nouveaux intervenants.

Ce n'est que de la lâcheté.

http://blogdesamialdeeb.blog.tdg.ch/

Il n'est qu'à lire la manière insultante dont est traité M. Aldeeb. C'est pitoyable de lâcheté.

Écrit par : Johann | 10/01/2011

Les commentaires sont fermés.