17/03/2011

Les bobards d’or 2011.

Nous devrions également créer cette distinction dans notre chère République et Canton de Genève.

 

bobard2.jpg

Que n’avons-nous pas lus, entendus, vus, cette semaine dans les grandes manœuvres de prétendues alliances des partis politiques en vue d’obtenir le « Graal », une place dans les exécutifs communaux.

 

 

Les électrices et électeurs se rendent ils compte de cette désinformation du « totalitarisme doux », de ces mensonges du « politiquement correct », ce système où les clichés mensongers sont répétés à l’infini et finissent pas s’imposer ?

 

Ma tendance naturelle au politiquement incorrect m’incite à donner le premier prix au parti PDC et le deuxième au parti Radical, version Maudet.

 

Car vous l’avez compris, en mars 2011 simplement énumérer les faits de la criminalité et de ses auteurs, dénoncer une solidarité sociale excluant de plus en plus ceux qui la financent, intervenir en faveur de nos entreprises, donc de l’emploi, face à une concurrence étrangère favorisée par les ouvertures de la mondialisation… vous êtes catalogué de « Fasciste dangereux et irresponsable ».

 

Mais, bien entendu, ce sera l’électeur qui décidera.

 

Pour illustrer ce que beaucoup nomment un bobard médiatique, je vous propose l’exemple suivant :

 

RTL - Joseph Macé Scaron :
Cuistrerie mensongère sur les référendums suisses

Lors de l’émission « On refait le monde » du 29 novembre 2010, Joseph Macé-Scaron, directeur adjoint de Marianne, condamne le référendum suisse sur le renvoi des étrangers criminels. Il affirme de manière péremptoire : « Le référendum a été institué en Suisse pour des avancées démocratiques ; pas pour être posé sur des questions de société; c’est une perversion de ce qu’a été le référendum en Suisse. »
Le vocabulaire est prétentieux et frise l’anachronisme (on ne parlait pas d’ « avancées démocratiques » en Suisse au XIXe siècle) mais, derrière la cuistrerie, un gros mensonge se cache : car le référendum en Suisse donne au peuple les mêmes pouvoirs législatifs qu’au Parlement, y compris donc sur les sujets de société. Et il y a eu des référendums sur les sujets de société  dès l’origine.
Joseph Macé-Scaron ramène donc sa science de manière mensongère.

 

Relevé sur le site des bobards d’Or

 

12:34 Publié dans Politique | Lien permanent | Commentaires (0) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

Les commentaires sont fermés.