20/06/2011

Union Européenne, Euro, Grèce. Il n’y a plus de bonnes solutions !

C'est la conclusion, non dénuée de bon sens, qu'exposait Eric Zemmour,  dans sa chronique matinale sur RTL.

Ecoutez le par ce lien.

Certes son propos irrite les suppôts du politiquement correct, inconditionnels de la mondialisation libérale et des diktats des marchés financiers.

 

UEdominos.jpg

Le commentateur de la TSR, ce soir au journal, affirmait que « Les Marchés » ne font plus confiance à la Grèce pratiquement en état de banqueroute...

 

Nous en sommes au stade dramatique où ce sont « Les Marchés » qui dictent leurs conditions aux « ministres européens », pour que l'impôt, prélevé aux peuples de Grèce et de l'Europe, étanche leur soif de profit sans foi ni loi.

 

Que va t'il advenir, dans ce carnage financier, de la population grecque dont peu voire pas d'oligarque semble se préoccuper ? Qui doit perdurer, le peuple ou "les marchés" ?

 

Opportuniste me direz-vous quand je rappelle que l'UDC est la seule formation politique qui vous décrit, depuis des années, les dangers et l'inadéquation, pour notre pays, d'une adhésion à l'UE.

 

Ce sera un des choix cruciaux, pour votre qualité de vie, que vous devrez décider lors des élections fédérales de cet automne en déterminant à quelle formation politique vous donnerez votre suffrage : adhérer ou ne pas adhérer à l'UE. A voir et écouter l'actualité, avons-nous vraiment le choix ?

 

Seule l'UDC vous garantit une action ferme pour refuser toute adhésion à l'UE, seul moyen de nous prémunir de ces désastres programmés qui affligent déjà les populations de bien des pays de l'UE.

 

 

 

08:30 Publié dans Politique | Lien permanent | Commentaires (0) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

17/06/2011

Vers une légalisation des esclaves sexuelles pour lutter contre l’adultère ?

Et oui, c'est le titre d'un article publié le 4 juin 2011.

Provocation machiste ?  Pamphlet réactionnaire suite à l'affaire DSK ?

Pas du tout. Il s'agit d'une intervention et proposition d'une FEMME politique  koweitienne qui recommande la légalisation des esclaves sexuelles féminines pour les hommes musulmans afin, dit-elle, de prévenir l'adultère ou le péché.

Quelle différance avec les femmes occidentales et leur revendications exprimées notamment le 14 juin !

Très provocateur, permettez-moi de rappeler que ce sont les mêmes milieux politiques, dont sont issues ces revendications égalitaires féminines, qui défendent, soutiennent, favorisent l'essor du communautarisme musulman dans nos contrées...

L'angélisme ne mène pas qu'à la béatitude, surtout sous les lois de la Charia. Pourront elles, alors, revendiquer avec le même vigueur ?  Je suis impatient de les entendre.

 

EsclavesFém.jpg

Voici une traduction de ce « crédo féminin koweitien » :

 

Salwa Al-Mutairi, dans une vidéo diffusée sur internet, dit qu'elle a été informée par certains responsables religieux, qu'il serait préférable, du point de vue islamique, que les riches musulmans achètent des femmes  à des fins sexuelles, par le biais d'une agence d'esclaves, s'ils craignent d'être séduits ou tentés par un comportement immoral à cause de la beauté de leurs servantes, ou même à cause des «sorts» que leurs employés leur auraient jeté.

"Nous voulons que nos jeunes soient protégés contre l'adultère", a déclaré Al-Mutairi, suggérant que ces filles pourraient être importées de pays dévastés par la guerre, comme la Tchétchénie, puis confiées ensuite à de pieux marchands chargés de les vendre.

"Il n'y a pas de honte à ça et ce n'est pas haram (interdit) en vertu de la charia (loi islamique), " dit Mutairi s'appuyant sur le récit de la vie du  Calife Haroun Al-Rachid (766-809) qui été marié mais possédait quelque 200 esclaves concubines.

Madame Mutairi préconise l'ouverture d'agences pour le commerce des esclaves sexuelles qui fonctionneraient sur le modèle des agences de recrutement qui fournissent des employées de maison.

Les références originales en anglais :

Kuwait Times

Indian express

 

19:52 Publié dans Politique | Lien permanent | Commentaires (3) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

01/06/2011

Sexe et politique : débauche post soixante-huitarde, pudibonderie féministe et hypocrisie

Ouvrir les yeux.

Voici Un article quittant les chemins battus, intéressant par le fait qu'il laisse les lampistes de côté pour présenter une facette plausible de cette affaire : notre société sait-elle encore comment se situer ?

 

Scandale DSK, affaire Tron, le sexe et la politique sont à la une. Mais avant le désordre des comportements, il y a le désordre dans les esprits. Et la formidable contradiction entre le « jouir sans entraves » de 1968 et la demande de pénal des féministes.


Explications :

Georges-Tron.jpg

La France et l'Europe vivent encore dans l'idéologie soixante-huitarde. Le grand carnaval libéral/libertaire impose encore ses normes : la « nouvelle morale » recommande de « jouir sans entraves » et banalise les expressions marginales de la sexualité et les comportements longtemps jugés déviants.

Le grand carnaval de 1968 continue de dominer l'esprit des médias

Ainsi, Daniel Cohn-Bendit a pu impunément se vanter de se faire tripoter par des petits enfants ; les pédophiles du Corral ont été puissamment défendus dans les médias ; Jack Lang est un parangon de vertu ; Frédéric Mitterrand doit une partie de sa carrière à son livre autobiographique La Mauvaise Vie où il narre des rencontres avec des mineurs ; de BHL à Finkielkraut, Polanski a bénéficié d'un prestigieux comité de soutien ; les mêmes hommes se sont retrouvés derrière DSK pour son histoire de « troussage de domestique », selon l'élégante expression de Jean-François Kahn. Au fond, tous ces gens-là n'ont fait que suivre la ligne idéologique dominante en l'adaptant à leurs orientations, à leurs goûts et à leurs amitiés. On en viendrait presque à comprendre qu'ils soient indignés des poursuites ou des critiques dont ils sont l'objet. Car eux sont fidèles à l'idéologie dominante, l'idéologie soixante-huit.

L'Etat donne des cours de sexualité dans les écoles

Longtemps l'éducation morale et surtout l'éducation sexuelle relevait de la famille. L'Etat se gardait d'entrer dans la chambre à coucher ou de recommander des « bonnes pratiques » sexuelles aux adolescents ou préadolescents. Cette époque est révolue. Les programmes obligatoires de l'Education nationale pour les lycées et les collèges (y compris privés) enseignent la sexualité.

Avec un triple biais :

  • -celui d'un choix relativiste qui serait à effectuer par chacun entre différentes orientations qui se valent toutes ;
  • -celui d'une prévalence de la fonction plaisir de la sexualité débouchant sur une quasi-négation des autres fonctions, qu'il s'agisse du lien sentimental inscrit dans la durée ou de la procréation ; et donc de la relation profonde entre la sexualité et la famille ;
  • -celui d'une vision simplement mécanique et purement prophylactique de l'acte sexuel.

Ministres de l'Education nationale et présidents de région et de conseil général partagent cette même vision parfaitement réductionniste : une vision, certes, différente mais aussi difficile à contester que celle de la police religieuse de l'Arabie saoudite ! ...

Et les chiennes de garde du féminisme réintroduisent le pénal dans les comportements privés

Dans le même temps, la législation a évolué dans un sens répressif. Jusqu'en 1968, le doyen Vedel, éminent professeur de droit, expliquait à ses étudiants que « dans un viol, il y a toujours consentement » : un propos macho qui ne l'empêcha pas de poursuivre une carrière brillante et de devenir membre du Conseil constitutionnel.

Aujourd'hui - et c'est heureux - le viol est réprimé. Les violences conjugales et sexuelles aussi, même si ce type de délit est parfois plus délicat à définir. Mais, sous la pression des féministes, le législateur est allé plus loin : il a créé les délits de « harcèlement sexuel » et de « harcèlement moral ».

Les intentions étaient sûrement bonnes : protéger les faibles, affaiblir les forts. Mais les dangers sont grands :

  • -d'abord, parce qu'il s'agit de délits éminemment subjectifs ;
  • -ensuite, parce que c'est une invasion du pénal dans la sphère privée ;
  • -enfin, parce qu'un « geste déplacé », un « mot grossier » ou un « comportement inapproprié » sont, certes, regrettables mais ne relèvent pas du domaine pénal... déjà très encombré.

Le dernier propos d'homme libre de DSK, c'est « Quel beau cul ! », adressé à la cantonade à propos d'une hôtesse d'Air France. C'est certes un mot de malotru mais cela ne devrait pas relever de la correctionnelle !

La grande hypocrisie de la classe politico-médiatique

Or ces lois sur le « harcèlement » ont été votées ou soutenues par l'intégralité de la caste politico-médiatique. DSK et Georges Tron ont approuvé les lois sur le harcèlement sexuel. Les Amis de Polanski ont approuvé les lois sur le harcèlement sexuel. Les graveleux défenseurs socialistes de DSK ont voté les lois sur le harcèlement sexuel. Jean-François Kahn et ses amis de Marianne ont approuvé les lois sur le harcèlement sexuel. A côté de ces messieurs, Tartuffe était un amateur !

Ce constat met en évidence trois faits saillants :

  • -d'abord, le déni de cohérence de l'oligarchie dirigeante ;
  • -mais aussi sa logique totalitaire : multiplier les infractions pénales pour mieux contrôler la société, d'autant qu'on ne fait qu'un usage sélectif des poursuites pénales ;
  • -l'omerta protège le système : dans la caste politico-médiatique, à propos de DSK, tout le monde savait mais... personne ne parlait.

Les Français ne peuvent plus avoir confiance dans leurs médias

Ils ne peuvent pas avoir davantage confiance dans leur oligarchie politique qui recommande à leurs enfants la licence sexuelle tout en criminalisant de simples paroles ou gestes déplacés chez les adultes.

Le grand renversement

Dans le domaine des mœurs comme dans les autres, on ne voit guère de solutions sans un grand renversement. Moins de textes, moins d'ingérence de l'Etat, un meilleur respect des lois essentielles et une vision plus naturelle, plus humaniste de la vie et de la sexualité. Bref, le renversement du libéral/libertaire par le conservateur/identitaire. Sortons de la crise du sens.

Andrea Massari

 

Lu dans Polemia

 

 

17:24 Publié dans Politique | Lien permanent | Commentaires (1) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook