16/08/2011

Courage politique, où es-tu ?

C'est un euphémisme d'affirmer qu'à Genève la sécurité ne se porte pas au mieux. Agressions, cambriolages, mendicités...

Cependant on vous assure que tout va BIEN et que vous devriez faire un effort de lucidité pour vous rendre compte qu'en fait, vous êtes victime de votre exagération de perception qui vous donne le « sentiment d'insécurité » !

Puis pour faire bonne mesure, on n'oublie pas de vous rappeler, période électorale oblige, qu'un certain parti politique  vous dupe  et utilise, comme fond de commerce, ce « sentiment d'insécurité » qui vous submerge pour le profit d'une politique nauséabonde ...

Cependant  en lisant ou en écoutant les médias, les quelques bribes de réalité quotidiennes que l'on daigne bien vous prodiguer (car vous n'avez JAMAIS le détail quotidien complet des activités délictueuses et criminelles commises), là encore, vous devez décoder le langage du « politiquement correct ».

Exemple, hier dans votre Tribune au sujet du bilan des Fêtes de Genève », le titre :

« Les organisateurs des Fêtes déplorent la «recrudescence des incivilités »

Le comité d'organisation des fêtes s'est plaint de la présence de pickpockets et de joueurs de bonneteau ainsi que de la recrudescence des incivilités. Tags, déprédations et même endommagement des groupes électrogènes.

MairePhiladelphie.jpg

Mais revenons au « courage politique » et citons, comme exemple, le Maire afro-américain de Philadelphie/USA, Mr Michael NUTTER.

Courageux, il a décidé d'intervenir avec rigueur contre les bandes de jeunes dits « Flash mob », auteurs d'agressions, vols et autres délits créant une insécurité préoccupante dans sa ville.  Il a décidé et fait appliquer  un « couvre-feu » le soir à l'encontre des mineurs.

Ses discours ne font pas dans la dentèle du politiquement correct :

« Vous nuisez à votre race » dit ce Maire aux gangs de noirs. !

Evidemment, rien à voir avec les atermoiements que nous assènent nos dirigeants...

L'article du Washington Post à ce sujet : lien

La traduction en français par Jean Patrick Grumberg : lien

 

 

Et pour ceux qui ne l'auraient pas lu, je joins ce commentaire d'un lecteur au sujet de l'article TG de ce jour sur les Fêtes de Genève. C'est un must du « sentiment d'insécurité » infondé ressenti par les habitants de notre belle Ville de Genève :

 

RR.jpg« Que faut-il faire ? La grève des impôts ? Une manif inutile ? Blablater sur un forum ? Voter correctement la prochaine fois ? Qui sait.
En tout cas, le silence radio de la "cheffe" de la police est édifiant.
Bien avant les fêtes on pouvait voir 3 ou 4 groupes de joueurs de bonneteau par quai en train d'escroquer des touristes. Pas un pandore à 10 km. Ou si, ils devaient coller un pauvre gars pour une infraction à 20.--, ou se balader au ralenti en prenant leur regard de cadors. Bref, inutiles et trop chers pour la prestation. Mais de nouveau, il faudra l'exemple d'un autre pays qui lui a osé agir, pour que les suisses/genevois se bougent le train.
Souvenez vous des émeutes de Genève pendant le G20 (tout le monde libéré), et comparez avec celles de Londres et les arrestations (ou visiblement, un bon nombre resteront en taule). Pas photo. »

 

 

 

 

 

08:30 Publié dans Politique | Lien permanent | Commentaires (2) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

Commentaires

Bravo Patrick, il est temps de réagir, j'essaie aussi de le faire de mon côté, mais sera-t-on écouté ?

Écrit par : christina meissner | 16/08/2011

LA DICTATURE DES DUPONT

Les caniches ont pris le pouvoir.

Journalistes, éditorialistes, intellectuels, penseurs, célébrités, faiseurs d'opinion et bien évidemment présentateurs de télévision : tous des poules mouillées, des couilles molles, des lavettes !

Leur esprit totalement corrompu par un système, une sensibilité, une mentalité dévirilisés a perdu toute vaillance. La force, la vérité, la hauteur de vue choquent ce siècle de frileux.

Fuyant toute aspérité et aspirant au nivellement dans tous les domaines de la vie, mes contemporains ne sont plus que les produits calibrés, formatés, allégés de la pensée des gourous lénifiants qui les manipulent : hommes politiques populistes terrifiés à l'idée que la vérité heurte les sensibilités; démagogues hyper consensuels soucieux de flatter les minorités comme les majorités pour des raisons purement personnelles, professionnelles, financières (ne surtout pas ternir son image aux yeux du peuple, acheteur insatiable de produits inutiles) ou pour des raisons idéologiques de brève portée (être en phase avec l'état d'esprit dominant est toujours plus confortable); industriels obsédés par leurs chiffres d'affaires et désireux d'initier les consommateurs aux goûts infâmes, insipides, artificiels de leurs produits; économistes écoutés comme de véritables prêtres avec leur religion de l'argent imposée comme unique salut pour le citoyen-client avide de sécurité matérielle, piégé par sa propre imbécillité...

Tout tirer vers le bas au nom d'une certaine idée de l'égalité, tel est le mot d'ordre général. Rien ne doit dépasser la ligne sacrée du "politiquement congru". Rien ne doit offenser le coeur laïc des clones français de plus en plus épris d'uniformisation forcenée. Jusque dans les termes spécialement revus pour atténuer leur sens originel, amoindrir leur connotation, raccourcir leur portée, qu'elle soit humaine, sociale, politique, raciale, sexuelle, psychologique ! Mais surtout, décupler leur charge émotionnelle liée à leur signification commerciale : dans ce monde de productions toute cause morale doit si possible avoir une finalité économique.

Ainsi les vieux, les Noirs, les sodomites, les mongoliens, les femmes obèses n'existent plus.

Tous remplacés par des SENIORS, des BLACKS, des GAYS, des PERSONNES DIFFERENTES, des RONDES ! Termes aboutissant d'une manière ou d'une autre à des produits marketing dérivés (promotion de modes vestimentaires issus de la sensibilité homosexuelle, retraités ciblés par des publicistes, les magazines spécialisés, etc.).

Et c'est ce même phénomène qui se passe à travers tous les aspects de cette société inodore, incolore, stupidement égalitaire...

Voici donc la démocratisation de la bêtise, le règne de la vulgarité, la promotion de la laideur érigées comme normes.

Le triomphe des DUPONT.

Afin d'établir les critères de base de cette nouvelle pensée dénuée d'aspérité, il a nécessairement fallu viser le plus bas possible. Plaire aux maximum de gens, c'est opter pour le plus petit dénominateur commun. Le mensonge, l'hypocrisie, la flagornerie des masses sont bien plus vendeurs que la gifle cinglante de la vraie pensée.

L'air du temps est à l'édulcoration généralisée, à l'avachissement des âmes, à l'attiédissement des caractères, à l'effacement des personnalités, au discrédit de la pensée originale. Bref, notre époque est incontestablement celle des citoyens-esclaves rassurés par leurs chaînes, satisfaits de leur alignement, heureux de se ressembler tous dans la mollesse.

Dans ce contexte médiatique, intellectuel et social lisse, plat, fade, la faiblesse, la médiocrité, l'insignifiance sont de véritables vertus, les clés de la réussite, laquelle se résume à accéder à des biens matériels superflus.

Dans cette société émasculée aux fondations bouleversées, aux bornes rétrécies bien définies -et surtout solidement verrouillées-, la pression ambiante insidieuse, souveraine, totalitaire, est réellement écrasante. Quoi qu'on dise. Même pour les plus forts caractères. Penser à contre-courant du troupeau peut cruellement disqualifier l'individu trop naïf dont la flamme même richement alimentée par une juste, saine et sainte fureur s'éteindra immédiatement face au raz-de-marée de sottise et de paresse mentale des DUPONT dérangés dans leur confort de légumes béats. Le bel esprit aux nobles vues mis en échec par l'effroyable indigence dupontesque passera alors pour un ennemi de la société, un abject paria, un horrible misanthrope. Il est imprudent de sous-estimer la bêtise des masses : elle représente une contrainte terrible. L'apathie phénoménale de ces montagnes d'inanité résiste aux forces de feu de l'intelligence la plus éclatante, surtout si cette intelligence opère de manière isolée, ponctuelle, lointaine.

Ces âmes dénaturées, pleutres, esprits "modernes" à la solde des féministes, eunuques, épiciers, publicistes, opportunistes et autres promoteurs de la pensée aseptisée et défenseurs des causes dérisoires qui se croient respectueux, civilisés, moraux parce qu'ils adoptent le floutage intellectuel ne sont que des larves.

Ce siècle où partout dans la société française prévaut le "politiquement correct" est en réalité le royaume démocratique des loques. C'est la revanche des minables autrefois sans voix.

Aujourd'hui les DUPONT ont leurs représentants au gouvernement.

Raphaël Zacharie de IZARRA

Écrit par : Raphaël Zacharie de IZARRA | 19/08/2011

Les commentaires sont fermés.