02/09/2011

L’annihilation de votre discernement pour le contrôle, par d’autres, de vos raisonnements !

Considérations d'un UDC égaré ?

Peut-être, mais surtout le constat navrant d'une journée d'invectives prononcées, lors de la séance du Grand-Conseil, par les adeptes du politiquement correct dont le vocabulaire déjà appauvri des mots forts nous, vous font prendre « des vessies pour des lanternes ».

Le « must » ayant été, lors de la présentation de notre résolution pour un renforcement du contrôle à nos frontières,  je cite : « Vous avez une conception à la grand-papa du contrôle frontière, nous n'avons plus les effectifs pour contrôler ceux qui passent des plaques de beurre en fraude »...

Un de mes collègue député, également responsable dans l'association ASIN, me faisait remarquer avec pertinence que les effets dévastateurs du « novlangue » ,sur les narrations de faits, en étaient la meilleure explication.

Novlangue.jpg

1947, G. Orwell, parution de son célèbre roman 1984.  Explications Wikipédia :

« La novlangue (Newspeak en anglais) est la langue officielle d'Océania, inventée par George Orwell pour son roman 1984 (publié en 1949). C'est une simplification lexicale et syntaxique de la langue destinée à rendre impossible l'expression des idées subversives et à éviter toute formulation de critique (et même la seule « idée » de critique) de l'État. »

La finalité de la novlangue est, bien entendu, de permettre la mise en place d'une dictature « librement voulue et décidée » par un peuple anesthésié par sa langue.

Et cette phrase en est la meilleure définition :

« Ne voyez-vous pas que le véritable but du novlangue est de restreindre les limites de la pensée ? À la fin, nous rendrons littéralement impossible le crime par la pensée car il n'y aura plus de mots pour l'exprimer. »

 

Voici les moyens définis par Orwell pour arriver à cette fin, à savoir contrôler la population en appliquant cinq règles :

1. une télévision perpétuellement allumée ;

2. une histoire révisée en permanence en fonction des intérêts idéologiques et politiques du moment ;

3. la condamnation de la mal-pensance ;

4. la diabolisation des opposants ;

5. la manipulation du langage par la Novlangue.

Entre l'analyse visionnaire de 1947 et les propos, écrits, vidéos, des grands médias et de la Caste politique au pouvoir, le titre de ce blog est plus que jamais d'actualité.

 

Un Procureur Général (selon un article de ce jour) qui émet une directive secrète laxiste pour les petits (le sont-ils vraiment, petits ?) consommateurs dealers de drogue.

Un jeune américain, même si il est consommateur de drogue, cela minimise t'il le fait que d'autres (un peu moins qu'annoncés) aient tentés de le jeter par dessus un pont ?

A force, par cette censure bien-pensante, d'interdire de prononcer un certain nombre de mots, la population finit par ne plus discerner, comprendre, la réalité et la gravité des actes commis.

Nous sommes actuellement face à une crise criminelle grave. Cependant les médias et le politiquement correct ont pratiquement radiés l'expression « crimes graves » pour des mots genre : délits, petits-délinquants, sentiment d'insécurité, etc.

On ne qualifie plus par des mots réels.

Cette situation illustre également un propos du logicien Bertrand Russell assurant que nul problème ne pourra être résolu, voire perçu, si l'on prend soin d'éliminer au départ toute possibilité de le poser.

 

 


 

Quelques exemples de cette novlange tirés du site Polémia

  • Ne dites plus clandestin mais candidat à l'immigration (Figaro)
  • Ne dites plus clandestin, immigré illégal, ni même sans-papiers, mais privés de papiers (source)
  • Ne dites plus discrimination positive mais encadrement différencié (Belgique) (voir)
  • Ne dites plus quartier à majorité immigrée mais quartier populaire (tous les médias)
  • Ne dites plus ni crimes, agressions, violences, mais plutôt actes de délinquance ou incivilités. Et encore mieux bêtises (source) ou faux-pas (France 2). Récent : les inconduites (CNRS)
  • Ne dites plus émeutes ou guerre des gangs mais incidents (partout)
  • Ne dites plus immigration mais mobilité européenne (Frattini, commissaire européen) (voir)
  • Ne dites plus immigré mais client (autorités finlandaises) (voir)
  • Ne dites plus bandes mais identités de quartier(LCI.fr)
  • Ne dites plus des bandes de noirs et d'arabes mais des jeunes qui se regroupent souvent sur des considérations ethniques » (Belgique) (voir)
  • Ne dites plus  enfants d'immigrés mais enfants issus de familles d'éducations éloignées (source)
  • Ne dites plus attraper les voleurs mais lutter contre les délits d'appropriation (France) (voir)
  • Ne dites plus des vauriens font des graffitis mais des graffeurs habillent la ville de couleurs ». (source)
  • Ne dites plus un voyou notoire mais un individu défavorablement connu de la justice (tous les médias)
  • Ne dites plus mosquée mais centre culturel et religieux. (partout)
  • Ne dites plus fusillade mais bagarre par balles (source)
  • Ne dites plus Français moyen attaché à sa culture mais raciste (source : FDS)

 

 

 

13:50 Publié dans Politique | Lien permanent | Commentaires (2) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

Commentaires

difficile d'y voir clair ici,
dans votre objectif & dans vos motifs

mais je m'insurge
contre ce statut d'un être annihilé que vous proposez à la volée
au gvois que je suis

En ces jours, ce sont des élections à la Cour des Comptes, opaques, nous sont proposées
où vous pouvez agir. Faites-le!

Écrit par : et ensuite? | 03/09/2011

C'est dingue, mais c'est vrai!

Écrit par : bol chantant | 03/09/2011

Les commentaires sont fermés.