30/09/2011

Non au système politique de l’Union européenne.

 

LesSuissesVotentUDC.jpgEngagement de longue date répété avec vigueur comme action prépondérante des candidats UDC pour les prochaines élections au Conseil National, législature 2011 -  2015.

Pourquoi, depuis tant d'années, cette constance ?

Mon propos, aujourd'hui, n'est pas de vous ressasser les erreurs, errements, faillites du système Union Européenne que les médias vous comptent, à leur manière « orientée » tout au long  des informations diffusées.

Le fait majeur, incontournable, irremplaçable qui motive notre position se nomme la Démocratie Directe.

 

Le système politique de l'Union Européenne n'en veut pas.  Ce refus n'est pas à chercher dans une hypothétique difficulté de gouverner. Nous sommes l'éclatante démonstration du contraire.

 

Il vous importera peut-être, pour renforcer votre connaissance du sujet, de lire les critiques de fond que des intellectuels européens font sur le système politique retenu pour construire l'Union Européenne.

 

Monsieur Yvan Blot est l'un de ceux-ci :

Eliminer l'obstacle de la démocratie

Pour que l'homme soit une matière première docile, il est finalement nécessaire d'éliminer l'obstacle de la démocratie. La monarchie ne permettait certes pas l'interchangeabilité absolue des hommes et l'oligarchie, pour s'installer, a du l'abattre, en se trouvant pour elle-même, une nouvelle légitimité : la démocratie fut alors mise en avant au 19ème siècle. Mais par la suite, la démocratie fondée sur la nation et la participation active des citoyens s'est montré un obstacle à l'interchangeabilité mondiale des hommes, donc à l'utilitarisme au service de l'oligarchie.

Il a donc fallu vider la démocratie de son contenu réel. Cela consiste à dissoudre le cadre national qui est un cadre d'enracinement, le cadre historique d'enracinement de la démocratie. Le parlementarisme a été affirmé et en même temps vidé de son contenu : il n'y a plus de séparation des pouvoirs et le soit disant pouvoir législatif est totalement dominé par l'exécutif. Le vrai pouvoir est dans les mains des dirigeants oligarchiques des grands partis politiques en liaison avec de puissants lobbies syndicaux, bancaires, culturels et cultuels. La démocratie directe est bannie (sauf en Suisse et avec de grandes restrictions aux USA, en Italie et en Allemagne) car le citoyen doit être réduit à la condition de spectateur, non d'acteur, de la politique. Le citoyen est magnifié en paroles mais il est réduit dans les faits à n'être qu'un agent économique, une matière première de premier choix, un « animal technicisé » (autre formule de Heidegger).

oligarchie1-240x300.jpgTout d'abord, l'oligarchie, jouant les apprentis sorciers, cherche à enlever aux hommes leurs racines pour les rendre plus interchangeables ; c'est ce que Heidegger appelle « la destruction de la terre » produite par le Gestell. La race a été la première à être mise aux gémonies, au nom des horreurs commises lors de la deuxième guerre mondiale. Puis c'est le tour de la nation, de son histoire (qui doit devenir l'occasion de repentance), de la famille (dont l'existence serait une insulte aux homosexuels, semble-t-il) ! L'immigration a été encouragée pour affaiblir ce qui restait de racines. Les résistants ont été diabolisés, traités de « populistes » voir de « racistes », l'accusation suprême. Tout cela se fait au nom d'une morale politique imposée qui n'a jamais fait l'objet du moindre référendum ! Sous ces prétextes moraux, il y a en réalité la volonté de ramener l'homme à sa condition sujette de matière première disponible pour le pouvoir oligarchique.

 

Les régimes politiques qui dominent à présent l'Occident sont des oligarchies, bien plus que des démocraties, la Suisse étant sans doute la seule véritable exception. Mais qu'est-ce qu'une oligarchie ? Relisons à ce sujet Aristote. Dans le monde moderne toutefois, l'oligarchie gouverne selon une logique nouvelle qui est celle du « Gestell », de l'arraisonnement utilitaire, selon la formule de Heidegger. La logique du Gestell conduit à traiter l'homme comme la plus précieuse des matières premières, et à rendre autant que possible tous les hommes interchangeables, en mobilisant pour cela les ressources des passions égalitaires. Enfin, pour achever le processus de domination oligarchique, il faut éliminer l'obstacle de la  démocratie au profit d'une « gouvernance » de soit disant experts, tout en gardant la fiction de la démocratie pour désarmer les oppositions. Il faut alors voir s'il est possible de se libérer de cet engrenage fatal.

L'oligarchie régnante.

Il y a bien des sortes d'oligarchies : militaires, marchandes, politiques, religieuses, voire ethniques. Mais elles répondent toutes à une définition unique : c'est le gouvernement de quelques uns dans leur intérêt propre et non dans l'intérêt du peuple. Si l'intérêt du peuple coïncide avec l'intérêt de l'oligarchie (assurer la croissance économique pour favoriser sa propre réélection), tant mieux ! S'il y a conflit d'intérêt, celui des oligarques l'emporte : on en a des exemples avec le niveau de la fiscalité, avec le laxisme en matière d'immigration, avec l'endettement public, avec la politique européenne entre autres. Dans une société où les valeurs militaires de l'aristocratie demeurent importante, le souci de l'intérêt général l'emporte souvent (gaullisme de la Résistance). Dans une société marchande où les fonctions altruistes (religieuses, militaires notamment) sont en retrait, l'oligarchie est le trait dominant du pouvoir car chacun ne cherche que son intérêt propre, le politicien comme les autres.

La suite ici, en cliquant.

 

11:21 Publié dans Politique | Lien permanent | Commentaires (0) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

Les commentaires sont fermés.