30/11/2011

La Suisse a baissé sa garde. Attaquons !

Sans caricature, mais avec d'autres mots,  ce titre de blog image les propos du dernier « petit Napoléon » engoncé dans les soubresauts finaux de son « Waterloo ».

Dans sa chute,  cet « empereur républicain monarque européen », dans une volonté honteuse de pillage,  exige des pogroms  à l'encontre des cantons suisses, pour une finalité confiscatoire de notre droit démocratique à décider et fixer l'organisation de notre fiscalité.

EuroCaricature.jpg

C’est du moins la relation faite par nos journalistes sur les derniers soubresauts de la zone euro. Les dirigeants de Bruxelles attendaient le résultat de nos élections fédérales avant de lancer cette nouvelle attaque.

 

Le « Lion UDC » a été remis en cage, la voie est libre, allons piller les milliards suisses.

 

Prétentions, incompétences, suffisances, insuffisances, convoitises, avidité, jalousie, ces quelques mots décrivent, à peine, la mentalité des fantoches politiques et des sbires technocrates zélés de l’Union Européenne.

 

La Suisse, en refusant d’adhérer à la mascarade dévastatrice et ruineuse de cette union, doit être détruite.

 

Ne vous y trompez pas, chers lectrices et lecteurs, après « l’OPA mafieuse » pratiquement réussie sur nos banques et notre place financière, c’est maintenant le tour de nos industries, de notre tissus économique, de notre attractivité qui est en ligne de mire avec une menace précise :

 

Si avant juin 2012 vous ne venez pas, humblement, discuter. Nous prendrons des sanctions.

 

Et en plus de ceci, le ver est dans le fruit. La 5ème colonne est en place, organisée, structurée et elle mène la désinformation. Je nomme le parti socialiste. Pour édification, un passage d’article lu ce jour dans la presse romande :

 

Les pressions et menaces européennes sont bien entendu relayées avec dévotion par le Parti socialiste suisse qui, fidèle à son obsession du nivellement et son horreur de la tête qui dépasse, voudrait mettre tous les cantons et toutes les régions du pays au même barème fiscal. Ces pressions et ces manœuvres sont détestables, mais elles ont le mérite de nous rappeler sans cesse les risques d’un rapprochement excessif avec l’Union européenne.

Pot de fer contre le pot de terre. Sommes nous condamnés à plier le genou ?

 

Capituler sans résister n’est pas dans la mentalité suisse.

 

Bruxelles veut supprimer nos régimes fiscaux cantonaux…

 

Et si nous faisions quelques « provisions » avant la famine fiscale ?

 

N’oublions pas que des accords ratifiés mais non votés par le suzerain, permettent, annuellement une rétrocession d’impôts perçus à la source, pour les travailleurs frontaliers, aux municipalités françaises environnantes, d’un ordre de grandeur de 800 millions de nos francs par an !

 

Déficit annoncé de notre budget cantonal 2012 : plus de 500 millions de francs !

 

Et si nous refusions cette rétrocession lors du vote du budget en décembre prochain ?

 

Les flibustiers de Bruxelles nous piratent.

 

N’avons nous que la servilité et la légalité comme réponse ?

16:22 | Lien permanent | Commentaires (1) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

Commentaires

@ Patrick Lussi,

Très bien écrit.

Le PSS rime avec Parti du Suicide Suisse.

Avec un peu de patience l'Union Européeenne se sera écroulée avec sa monnaie de singe avant que nous ayons eu à ouvrir notre code fiscale.

Quand ils seront dans la 3ème Guerre Mondiale il nous supplirons pour renforcer notre Saint Secret Bancaire pour les protéger des vols et spoliations mutuelles.

Écrit par : anonyme | 01/12/2011

Les commentaires sont fermés.