17/02/2012

Nos « gai » incohérences !

Qu'ai je écrit, parler de l'homosexualité, pour un homme politique UDC, est un suicide politique programmé.

Goethe disait :  « Je préfère une vérité nuisible à une erreur utile : la vérité guérit le mal qu'elle a pu causer. »

Cette préférence de « vérité nuisible » n'est pas dirigée contre l'homosexualité mais contre nos édiles politiques et médiatiques.

humanrightscouncil.jpg

Les (anciennes) lenteurs de notre Grand-Conseil permettent, pour une fois de commenter l'actualité.

La Commission des droits de l'homme de notre Grand-Conseil traite ces temps (certains diraient enfin vu que le texte a été déposé ne 20 avril 2004) la Pétition 1474 en faveur de la défense des droits des homosexuel-le-s.

(un clic pour ceux qui veulent la lire)

 

On peut adhérer ou pas aux demandes, les sensibilités politiques humanistes en feront de belles envolées verbales.

 

Mais, dans le même temps,  c'est le propos de ce blog, silence complet de ces mêmes sensibilités humanistes genevoises sur un cas grave de négationnisme des droits des homosexuels.

 

Selon un article de FoxNews du 13.2.2012 (recours à la presse étrangère pour savoir ce qu'il se passe chez nous) à Genève, au Conseil des droits de l'homme de l'ONU, le nouveau représentant du gouvernement de la Libye, vous savez ces "braves gens" issus du printemps arabe, a déclaré :


"les homosexuels menacent la reproduction de la race humaine"

le clic pour lire

 

Evidemment, comme l'Islam condamne et exécute les homosexuels...

Il semblerait « équitable » que de temps à autres, nos humanistes béats montent aux barricades et réclament, avec indignation, le renvoi immédiat de ce genre de personnage.

 

Je termine avec cette citation de Paul Carbone :

« Vous détenez la vérité ? Gardez-la. »

 

 

 

14:43 Publié dans Politique | Lien permanent | Commentaires (1) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

16/02/2012

Roms : déclaration socialiste « exemplaire » !

Rassurez-vous, je ne vais pas maltraiter mes honorables adversaires politiques suisses, quoi que...

Mon attention a été émue et surprise de lire, dans le journal Libération, l'affirmation du candidat socialiste à l'élection présidentielle française, expliquée sur la chaine TV canal+ dimanche passé.

Elle est trop belle pour la résumer et je vous la livre :

 

RomsLib.jpeg

« Propos de François Hollande, dimanche sur Canal+, préconisant «d'organiser une solution» pour les Roms en France en créant «des camps» pour éviter que «ces populations ne s'installent n'importe où».

 

«L'origine du mal, c'est-à-dire de cette circulation d'une population qui n'est acceptée nulle part et qui vit dans des conditions indignes, c'est de ne pas avoir fixé une règle européenne pour (la) garder là où elle doit vivre, en Roumanie», a déclaré le candidat PS. Il faut donc «des règles européennes pour éviter que nous reconnaissions cette circulation encore et encore, et ensuite qu'il y ait des camps qui puissent être ceux de notre propre décision, c'est-à-dire éviter que ces populations ne s'installent n'importe où», a ajouté le candidat PS.

 

«Comment voulez-vous que les riverains puissent accepter que, à côté de chez eux, il y ait ainsi un foyer qui s'installe ?», a demandé le député de Corrèze au sujet des campements illégaux de Roms. Il a prôné qu'«on organise une solution» jugeant que «c'est à l'Etat de le faire» car les collectivités locales ne peuvent «assumer seules une telle responsabilité».

Un clic pour lire l'article

 

Je ne peux m'empêcher d'essayer d'imaginer, le tollé, l'indignation voire les demandes de démission immédiate qu'auraient suscités, dans notre environnement suisse médiatiquement et politiquement correcte, ces propos prononcés par un représentant politique de l'UDC...

 

Et si nous quittions la polémique dans l'esprit de nous interroger, lors de campagnes électorales, sur l'obligation qu'ont les « prétendants » à un mandat, de décrire et proposer des solutions visant à améliorer la qualité de vie des citoyens autochtones ?

 

D'avance, je me délecte des éventuelles propositions en la matière que notre « gôche » genevoise présentera lors de la campagne pour les élections au Grand-Conseil en 2013 (ou 2014 si le souverain accepte la nouvelle Constitution).

 

 

 

11:13 Publié dans Politique | Lien permanent | Commentaires (1) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

15/02/2012

Revenir à 1991



 

 

La Tribune nous apprend dans son édition du 7 courant que les opposants à l'introduction du mercredi matin (le plus souvent des enseignants directement concernés par ce nouvel horaire) regrettent les années 90. Des années où les conditions d'enseignement leur semblaient nettement plus agréables.

Ah bon ? Jusqu'en 1991, les enseignants travaillaient 4,5 jours par semaine, samedi matin compris. A cette époque, cela représentait 1'405 minutes de cours par semaine. Aujourd'hui, nous en sommes à 1'300 minutes (y compris les temps d'accueil où aucun cours n'est dispensé), soit 1h45 de moins. Le nombre de jours de travail par année est actuellement de 151, soit moins de 1 jour sur 2. Et le tout pour un salaire oscillant entre 97'000 francs en début de carrière et 130'000.-.

Un petit effort pour élever la qualité de l'école ne semble donc pas totalement déraisonnable, d'autant que, grâce à l'octroi de 120 postes supplémentaires, les enseignants ne travailleront in fine pas davantage.

 

14:14 Publié dans Genève | Lien permanent | Commentaires (0) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook