05/03/2012

C’est mon ami et c’est mon maître

Je ne peux qu'emprunter ces quelques mots du texte de la chanson de Serge Lama pour te remercier Soli de ces quelques années politiques partagées avec toi, tout d'abord au comité central puis au comité directeur de l'UDC dans lequel tu étais notre Président.

 

3 dossiers UDC octobre 2009 025.jpg

 

 

Grandeur distante, amitiés profondes, solitude recherchée, désarçonnaient souvent ceux qui te côtoyaient mais cimentaient également les liens tissés entre nous.

Ton exemple, ton expérience, ta vision politique ont permis à beaucoup de se sentir à l'aise dans cette « droite de valeurs » que tu aimais et dont tes arguments pourfendaient ceux qui nous traitaient d'extrémistes, voire plus.

J'implore tous ceux qui m'aiment d'aimer ma solitude

Cette phrase de  Rainer Maria Rilke m'a permis de mieux te comprendre et, puisque tu pars, permet moi de te proposer  cet extrait tiré du livre de la pauvreté et de la mort du même auteur :

 

Fais, Seigneur, qu'un homme soit saint et grand

et donne lui une nuit profonde, infinie,

où il ira plus loin qu'on ait jamais été ;

donne -lui une nuit où tout s'épanouisse,

et que cette nuit soit odorante comme des glycines,

et légère comme le souffle des vents,

et joyeuse comme Josaphat.

 

Fais qu'il parvienne enfin à la maturité,

qu'il soit si vaste que l'univers suffise à peine à le vêtir ;

et permet lui aussi d'être aussi seul qu'une étoile

pour qu'un regard ne vienne le surprendre

à l'heure où son visage change, bouleversé.

 

 

A sa famille, à ses proches, je présente mes sincères condoléances.

 





01:06 Publié dans Politique | Lien permanent | Commentaires (0) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

Les commentaires sont fermés.