11/07/2012

Désinformation : Les délinquants sont gentils ! Qui ose les persécuter ?

Mieux que la propagande des pires pays totalitaires: la transformation homéopathique de la pensée par les mots (ou le mécanisme de la désinformation).

 

Intrus-500x250.jpg

CHARLEVILLE-MEZIERES (Ardennes). Vendredi soir, un habitant du quartier de Manchester a ouvert le feu sur trois personnes qui s'étaient aventurées en pleine nuit dans sa cour. L'un des intrus a été grièvement blessé à la cuisse.

Vendredi soir, un homme d'une quarantaine d'années - domicilié quartier Manchester - a ouvert le feu à l'arme de guerre sur trois individus qui s'étaient introduits dans la cour de sa maison. Il aurait tiré à trois reprises avec un revolver allemand de type Mauser de la seconde Guerre Mondiale, blessant grièvement à la cuisse un des intrus. Cloué au sol par le projectile, la victime - âgée de 18 ans - a été conduite au centre hospitalier par les secours.

Les deux autres intrus - mineurs - ont été interpellés.
Le tireur présumé a lui aussi été placé en garde à vue.

 

Analyse:

Le titre: « Il tire à l'arme de guerre sur un intrus »

Certes il y a le substantif « intrus » (« ...qui s'introduit quelque part sans avoir la qualité pour y être admis » écrit une édition du Petit Larousse), mais le titre est tout de même porteur d'une disproportion entre « arme de guerre » (non ce n'est pas la Kalashnikov répandue dans les quartiers aux mains de « chances pour la France »), mais un pistolet tirant du 9mm, soit une arme classée en première catégorie.

Le corps du texte est dans le même registre :

« Il aurait tiré à trois reprises avec un revolver allemand de type Mauser de la seconde Guerre Mondiale, blessant grièvement à la cuisse un des intrus » : oui, si on tire avec une arme, quelle qu'elle soit et a fortiori avec un gros calibre, on peut blesser grièvement, mais le problème est-il là, ou dans le fait que trois individus (dont on aimerait connaître les noms ou au moins les prénoms) se sont introduits chez un citoyen, de nuit et que celui-ci a fait usage d'une arme au regard de ce que l'on risque lorsque des malfrats s'introduisent chez vous, par ailleurs nuitamment, aujourd'hui où on tue dans la rue pour une cigarette non donnée ?

Il aurait probablement dû s'adresser à eux en leur disant « Messieurs » (car on ne tutoie plus les truands de par les nouvelles consignes de l'actuel gouvernement) « je vous serais obligé de sortir de chez moi et j'appelle votre attention sur le fait qu'au cas où vous ne le feriez pas je téléphonerai à la police pour vous inviter à sortir » .

« Cloué au sol par le projectile, la victime - âgée de 18 ans - a été conduite au centre hospitalier par les secours ». L'expression « cloué au sol » est ici volontairement employée. Son sens figuré est évidemment puissant et sert à émouvoir les âmes sensibles. Notons d'ailleurs que ce n'est plus un des malfrats qui est « cloué au sol », mais « une victime », et par ailleurs « de 18 ans » ( pauvre garçon !!!). Que les âmes sensibles se rassurent : elle a été conduite au centre hospitalier de secours (ses jours ne sont donc pas en danger).
[NDLR : "trois personnes qui s'étaient aventurées" n'est pas mal non plus, elles voulaient sans doute simplement vivre des aventures nocturnes]

[...]

Il faut dénoncer ces mots qui travestissent en permanence la réalité modifient notre pensée de façon homéopathique à travers la presse aux ordres et la télévision, donc sans qu'on s'en rende compte. Il convient de leur dire qu'ils commencent à nous casser les pieds tous ces manipulateurs (seul un électrochoc par les mots nous permettra de sortir de notre torpeur mortifère, de notre sida mental).
[...].

Pierre Falconetti.


 

23:50 Publié dans Politique | Lien permanent | Commentaires (15) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

Commentaires

Vous avez trouvé un filon qui ne tarira jamais et qui trouve son origine proverbiale dans "Parler c'est mentir." Avec toutes les nuances et précautions oratoires que l'on peut y apporter, évidemment.

Écrit par : Mère-Grand | 12/07/2012

Il y a surtout un hiatus énorme entre la population et les 3ème et 4ème pouvoirs.
Les juges et les journalistes vont-ils finir par se battre pour devenir les seuls Maîtres du Monde en manipulant les criminels (c'est à qui se montre le plus complaisant envers eux...), sous le regard ahuri des citoyens ???

Écrit par : Géo | 12/07/2012

Les USA ont vécus ce même genre d'escalade de la violence, où le moindre voleur se fait tirer comme un lapin : résultat, le moindre voleur qui venait il y a quelques années commettre un larcin sans violence ne se déplace plus non plus sans son pistolet (pas bête, la bête !) et allume tout ce qui bouge devant lui.

Écrit par : Djinus | 12/07/2012

"Il faut dénoncer ces mots qui travestissent en permanence la réalité modifient notre pensée de façon homéopathique à travers la presse aux ordres et la télévision, donc sans qu'on s'en rende compte": je propose donc que l'on retire le mot "centre" de l'UDC...

pourquoi souhaitez vous connaître ne nom et le prénom de ces 3 personnes?

accessoirement le gouvernement n'a pas demandé aux policiers de ne plus tutoyer les truands... mais de bien vouloir vouvoyer les citoyens... il y a une nuance que votre propension à vouloir combattre la désinformation aurait dû vous permettre de distinguer...

matthieu

Écrit par : matthieu | 12/07/2012

@Djinus

À New York, le taux de criminalité est en baisse depuis la fin des années 1990 et les réformes de Rudy Giuliani ce qui a fait de cette ville l’une des plus sûres au monde. Au niveau national, les homicides ont baissé de 25% en 2009 et les vols de voitures de 20%. Et cela ne s'est pas fait avec des théory de psychiatres.

Même si l'UDC n'a apporté aucune solution, il faut dire que l'on attend toujours les premiers résultats d'une éventuelle baisse de la criminalité (peut importe d'où elle vient de gauche ou de droite). Mais ce qui est sûre c'est que les grandes théories de certaine personne issue du milieu de la gauche (tu remarqueras l'effort de précision pour ne pas dire la "gauche"/"gauchiste", etc...)) n'ont pour l'heure, amené aucun résultat positif.

Écrit par : DdD | 12/07/2012

"À New York, le taux de criminalité est en baisse depuis la fin des années 1990 et les réformes de Rudy Giuliani ce qui a fait de cette ville l’une des plus sûres au monde. Au niveau national, les homicides ont baissé de 25% en 2009 et les vols de voitures de 20%. Et cela ne s'est pas fait avec des théory de psychiatres."

Oui c'est l'application de la "tolérance zéro". Cette application est une réponse face à la théorie de la vitre cassée. Attention des chiffres à manipuler avec des pincettes! Les études disent beaucoup de choses. La criminalité du débuts des années 90 n'était pas la même que maintenant et le crack sévissait avec tout ce que la drogue amène. Les Etudes disent ceci :

"La baisse très importante de la criminalité dans la ville de New York n'est pas due uniquement à l'application de la politique de « tolérance zéro ». Durant les années 1990, nombre d'autres grandes villes aux États-Unis ont connu des baisses importantes, pour certaines comparables à New York. On peut citer notamment Boston, Houston, San Diego ou encore Dallas. Pourtant, ces villes n'ont pas pratiqué la tolérance zéro, certaines d'entre elles ont même pratiqué une politique inverse (réduction des effectifs policiers, dialogue avec les citoyens, etc.). Le cas du Canada est aussi intéressant, le comportement du policier et du criminel est différent et pourtant la criminalité a baissé aussi durant cette période.

Il est également à noter que la criminalité avait déjà commencé à baisser à New York dans les années 1991 et 1992, soit avant la mise en place de la politique de la tolérance zéro. Dans leur ouvrage Freakonomics — A Rogue Economist Explores The Hidden Side of Everything, Steven Levitt et Stephen Dubner corrèlent cette baisse avec l'arrivée à maturité des enfants nés avec la légalisation de l'avortement ; ils expliquent cette corrélation par le fait que lorsqu'un enfant n'est pas désiré, il a plus de risque de basculer dans la criminalité. Selon eux, la baisse de la criminalité est donc « mécanique ».

En prenant en compte tous ces facteurs, la tolérance zéro n'a pas été la méthode miracle présentée durant de nombreuses années. Peut-être a-t-elle participé à la baisse de la criminalité, mais elle n'en a pas été la cause principale. Durant les années 1990 le taux de chômage a baissé, le niveau de vie a augmenté du fait de l'importante croissance économique des États-Unis, et l'"épidémie" de crack, important facteur criminogène, fut quasiment annihilée. Ces facteurs ont très certainement participé bien plus à la baisse de la criminalité que la pratique de la tolérance zéro"

"De nombreuses personnes critiquent cette politique de tolérance zéro car elle entraîne plusieurs effets pervers :

Le premier et le plus visible est l'augmentation des plaintes contre les policiers, qui est de 41 % pour New York. La cause est que les policiers sont pressés par leur hiérarchie de « faire du chiffre » [réf. nécessaire]. Cette pression engendre une attitude agressive des policiers lorsqu'ils s'adressent aux personnes qu'ils contrôlent. Leur agressivité peut entraîner une réaction hostile des personnes contrôlées et une réplique de la part de la police. L'inverse est également valable, à la moindre agressivité de la part des personnes contrôlées, les policiers répliquent de manière disproportionnée, alors que la meilleure méthode est plutôt de chercher à calmer la personne agressive.
Le second est que, paradoxalement, les membres des minorités ethniques voient la police comme des fauteurs de troubles et ont peur lorsqu'ils se font contrôler par les forces de l'ordre (selon un sondage réalisé en août 2000 à New York, 61 % de l'ensemble des sondés estimaient que la police faisait un bon travail, mais 42 % des noirs et 36 % des hispaniques disaient avoir peur lorsqu'ils étaient abordés par un policier). Cette peur vis-à-vis des policiers vient du fait que ces derniers les considèrent a priori comme des délinquants, leur réaction est donc hostile, que la personne soit coupable ou non.

Le troisième est que la police considère toute personne, et principalement les groupes considérés comme à risques (voir plus haut), comme des délinquants ou des criminels en puissance. La présomption d'innocence risque ainsi de disparaitre. Des personnes qui n'ont strictement rien à se reprocher peuvent avoir maille à partir avec la police".
http://fr.wikipedia.org/wiki/Tol%C3%A9rance_z%C3%A9ro

Il y a tout ce qu'il faut pour en tirer des conclusions. Bien pensé mais l'idée est au bout vu les effets pervers!

Écrit par : plume noire | 12/07/2012

Ce que je voulais dire, c'est que si l'autodéfense à l'arme à feu pour des violations de domicile se répend, il y a fort à parier que les voleurs se muniront eux-même plus souvent d'arme et abattrons les propriétaire au moindre doute ... ce processus créant ainsi une escalade de la violence des plus nuisibles pour notre société.

Je ne prétend pas disposer de la solution, mais j'attire l'attention sur le fait que certaines solutions peuvent avoir des effets de bords non-négligeables.

Écrit par : Djinus | 12/07/2012

@Djinus,New York a peut-être moins de banditisme mais toujours autant de criminels en cols blancs qui organisent de faux procès lors d'investiture comme ce fut pour DSK ,ou comment s'attirer des regards et des voix

Écrit par : lovsmeralda | 12/07/2012

lovsmeralda,

En plus d'être un peu à côté du sujet, il me semble que verser dans la théorie du complot ne sert jamais à grand chose ...

Écrit par : Djinus | 12/07/2012

" En prenant en compte tous ces facteurs, la tolérance zéro n'a pas été la méthode miracle présentée durant de nombreuses années. Peut-être a-t-elle participé à la baisse de la criminalité, mais elle n'en a pas été la cause principale. Durant les années 1990 le taux de chômage a baissé, le niveau de vie a augmenté du fait de l'importante croissance économique des États-Unis, et l'"épidémie" de crack, important facteur criminogène, fut quasiment annihilée. Ces facteurs ont très certainement participé bien plus à la baisse de la criminalité que la pratique de la tolérance zéro" "

Vous avez probablement raison qu'il y a d'autres facteurs comme celui de la baisse du chômage qui est influent sur la baisse de la criminalité. Mais les récentes période d'aggravation de la conjoncture n'a pas eu non plus un effet inverse sur le taux de criminalité à New York. Elle a continué à décroître. La tolérance zéro fut bel et bien le facteur principale de la forte baisse de la criminalité. Comme évoquez plus haut sur l'obligation fait aux policier de faire du chiffre; il faut savoir qu'en contrepartie, la police est fortement soutenu par les autorités ( et la population ) et ils ont carte blanche. Il faut savoir également que les procureurs à New York sont élus par le peuple. Cela compte aussi dans l'obligation de résultats.

Quand à Boston; il ont aussi mené des politiques plus répressives comme celui où tout délits même mineurs commis par un seul membre d'un gang et c'est tout les membres du gang qui ramasse la sanction.

D.J

Écrit par : D.J | 12/07/2012

Je suis désolé, mais ce n'est pas parceque la baisse de la délinquance continuerait malgré la baisse de la conjoncture, que cela fait de la politique de la tolérance zéro le facteur déterminant.

Écrit par : Djinus | 12/07/2012

@Djinus ce fut je regrette concernant DSK ,révélé sur Arte et ce afin de démontrer le mécanisme aux USA lors des investitures! de toutes manières en politique on nous dit tout mais on nous cache tout.

Écrit par : lovsmeralda | 12/07/2012

Les journalistes sont des idiots utiles à la cause de la migration mondiale, envisagée par le socialisme internationaliste.

Écrit par : Victor Winteregg | 12/07/2012

@Plumenoire

"Oui c'est l'application de la "tolérance zéro". [...]"

Tout à fait, je suis d'accord avec toi. Cependant un moment il faut savoir ce que l'on veut, car malgré tout, même si s'il faut prendre des pincettes, il est aujourd'hui plus rassurant de se promener tranquillement dans la ville de New York qu'il y' 15 ans.

Le gens sont devenu malgré tout bien plus "cool". Vous n'avez plus cette agressivité et cette méfiance face à l'autre individu.
Mais je reconnais qu'il y'a eu beaucoup de victime collatéral. Cependant cela aurait du être à la justice de demeler les erreur ou non des autres. Ce à quoi la justice américaine répond par de l'asburdité total promulguée par le Clan Clinton, qui a fait des avocats une industrie juteuse.

Alors effectivement la "tolérance zero" américaine est pleine de mauvais côté. Cependant, au regard des résultat de la qualité de la ville de New York et la baisse de celle de la Suisse, il n'y a pas photo, ce n'est pas en Suisse que l'on applique les bonnes méthodes.

Vous vous rendez compte que des plus en plus de villes dans le monde retire Genève de leur lieu touristique à visiter!?!
C'est grave quand même!?!

Écrit par : DdD | 13/07/2012

@Djinus

"Ce que je voulais dire, c'est que si l'autodéfense à l'arme à feu pour des violations de domicile se répend, il y a fort à parier que les voleurs se muniront eux-même plus souvent d'arme et abattrons les propriétaire au moindre doute ... ce processus créant ainsi une escalade de la violence des plus nuisibles pour notre société."

Je te donne partiellement raison sur ce point. Cependant il faut prendre en compte aussi le fait qu'un environnement serrein, amène aussi moins d'agressivité et donc... moins de violence.
Certainement qu'à court terme tu auras raison. Mais à moyen terme je ne pense pas.

"Je ne prétend pas disposer de la solution, mais j'attire l'attention sur le fait que certaines solutions peuvent avoir des effets de bords non-négligeable"

Et tu as bien raison de relever ce point. Ce que l'on ne peut pas nier.
Mais comme je le dis à PlumeNoire, au vu de l'Etat empirique de la situation en Suisse (et surtout Genève) on ne peut pas dire que l'on a utilisé les bonnes methodes.

Pour cette question, il est primordiale d'appliquer TOUTES les propositions, qu'elles viennent de gauche, de droite. Aujourd'hui ont tendance à prendre que UNE seule partie des solutions. Il faut prendre les solution en avale ET en amont.

Cela peut paraitre un double travaille mais du temps que l'on a pas résolu le problème en amont, il faut quand même trouver des olution pour ce qu'il se passe en avale.

Écrit par : DdD | 13/07/2012

Les commentaires sont fermés.