19/02/2013

Discours sécurisants, les élus fédéraux ergotent sans fin mais pour régler le concret…

Agressions à mains armées, attaques de commerces, cambriolages, vols, etc., les statistiques démontrent que la majeure partie des auteurs de ces crimes et délits franchissent notre frontière sans peine (Merci Schengen).

Le corps des gardes frontières, a sollicité et obtenu, une aide technique pour augmenter l’efficacité des contrôles aux postes frontières et alentours. Il s’agit d’un système de dépistage "véhicules délinquants" automatique fonctionnant sur le concept de caméras vidéo reliées à un programme informatique très puissant, le tout en liaison avec les bases de données de la Police.

timthumb.php.jpeg

Selon notre enquête, ce système largement testé,   fonctionne magnifiquement bien.

 

Seulement voilà, actuellement il n’est pas en service et ne peut détailler et transmettre  les informations attendues !

 

Pourquoi ?  

 

La réponse est à pleurer de rage : " Les Chambres Fédérales", dont font partie les Conseillers Nationaux et aux Etats,  tardent à valider la base légale adéquate.  Cette base légale pourtant déjà formalisée et rédigée semble être laissée volontairement « en souffrance ».

 

Force nous est faite de constater que les "grands humanistes" du politiquement correct préfèrent protéger la gente des délinquants que sa population qui ne demande qu'à pouvoir vivre, travailler en paix et sécurité.

 

Le groupe UDC au Grand-Conseil a déposé la Résolution annexée demandant à l'Assemblée fédérale de valider rapidement, pour votre sécurité, la base légale pour l'utilisation de ce système  performant de caméras.

Lire la suite

15:44 Publié dans Politique | Lien permanent | Commentaires (1) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

11/02/2013

Les limites de l’Etat social sont elles atteintes ?

L’article de la TG :

Nervosité à Berne. Toujours plus de citoyens européens à l'aide sociale, est bien au delà du simple indicateur d’alarme.  (lien)

Sur le fond, cet article remet en cause la libre circulation.

En quoi cet article est il différent des mises en garde régulières et récurrentes de l’UDC ?

Simplement par le fait qu’il décrit une situation réelle, actuelle, préoccupante, alors que l’UDC vous l’annonce, vous donne ses solutions depuis des années…

Que les perplexes et donneurs de leçons jettent un regard sur le site UDC consacré à la politique sociale et les  interventions rédigées :  (LIEN)

Les chiffres annoncés par l’Office fédéral de la statistique (décembre 2012) sont implacables :

GraphiquePrestSoc.jpg

En 2010, les prestations sociales se sont élevées à 139 milliards de francs. Pendant la période d’observation allant de 1990 à 2010, les dépenses relevant de la protection sociale n’ont cessé d’augmenter. En 1990, 55 milliards de francs de prestations sociales avaient été distribués, et ce montant avait plus que doublé en 2010   (LIEN)

La conclusion de l’article de la TG est préoccupante car elle admet une situation figée :

« Il est évident que la libre circulation des personnes a un coût pour les institutions sociales», note Walter Schmid, président de la CSIAS. Les citoyens européens au bénéfice d'une autorisation de séjour ont les mêmes droits aux prestations sociales que les Suisses. C'est un des principes de la libre circulation des personnes «auquel on ne peut rien changer».

La quintessence de l’action politique est pourtant de considérer et d’analyser ce qui ne va pas ou ce qui ne va plus puis d’intervenir pour le changer !

Les règles actuelles de la libre circulation desservent, par le hold-up économique (les pays de l’UE trouvent leur compte à envoyer leurs chômeurs chez nous) de nos ressources la pérennité de notre système de prestations.

Les règles actuelles de l’espace Schengen par la suppression des contrôles migratoires, permettent la désintégration de notre sécurité, de notre intégrité corporelle, de nos biens  en détruisant la légitime quiétude due aux honnêtes citoyens, puis ces délinquants émargent, avec fortes revendications, aux largesses de notre système social.

Par dessus tout,  par ponctions sur leurs impôts, taxes et autres, les acteurs économiques et travailleurs de notre pays ont l’obligation de financer ces aberrations.

Mais, comme l’usage dit : C’est à vous de voir.

16:46 Publié dans Politique | Lien permanent | Commentaires (2) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

02/02/2013

Fête de La Chandeleur

Il est bon, aussi, de sortir de notre politique locale qui a, sans aucun doute, une propriété sclérosante…

Première lecture du jour, le calendrier m’indique que ce 2 février est la Fête de la Chandeleur.

Un premier souvenir de mes jeunes années ressurgit avec le visage d’Annie Girardot, actrice féminine principale du ce film « Les Feux de la Chandeleur » sorti  en 1972, œuvre que j’avais appréciée.

Puis, plus pratiquée actuellement dans ma famille (je culpabilise) cette tradition du jour des crêpes pour cette Chandeleur.

Une petite incursion sur mes sites favoris m’a permis de « mettre à jour » mes souvenirs et l’oubli de l’origine de cette tradition.

 Chandeleur.jpg

La Chandeleur commémore le 2 février la Présentation de Jésus au Temple, à Jérusalem, 40 jours après sa naissance. Ce faisant, ses parents se conformaient à une coutume hébraïque qui voulait que les premiers-nés fussent consacrés au Seigneur.

 

La Chandeleur était autrefois appelée « Purification de la Vierge Marie » car elle rappelait le rituel des relevailles consécutives à tout accouchement.

 

La fête de la Chandeleur, ou fête des chandelles, débutait à Rome, au VIIe siècle, par une procession du Forum à la basilique Sainte-Marie-Majeure. Les fidèles se mettaient en route avant l'aurore, en portant des chandelles, d'où le nom de la fête. Ils allaient de cette manière symbolique à la rencontre de Dieu.

 

D'aucuns pensent que cette fête chrétienne aurait pris la place des Lupercales romaines vers le Ve siècle. Les fêtes en l'honneur de Lupercus, ou Pan, dieu de la fécondité, donnaient lieu à une procession aux flambeaux aux alentours du 15 février.

 

Selon une autre interprétation, la Chandeleur se serait substituée à une fête en l'honneur de Proserpine, alias Perséphone, déesse des moissons et de la fécondité. Cette fête se célébrait à la lumière des torches et autour d'une galette de céréales. Aujourd'hui encore, le 2 février, il est de tradition de faire des crêpes.

 

En Amérique du nord, une légende probablement d'origine amérindienne fait du 2 février le jour de la Marmotte (Ground Hog Day). À midi, ce jour-là, la marmotte sort de son terrier et inspecte les environs. Si elle aperçoit son ombre et juge que le ciel est suffisamment ensoleillé, elle flâne et prend son temps avant de retourner se mettre à l'abri pour tout juste six semaines, autrement dit jusqu'à l'arrivée du printemps. Si elle trouve le ciel trop couvert et rentre rapidement à l'abri, c'est le signe d'une arrivée plus tardive du printemps.

 

Bon Week-End de La Chandeleur à tous.

09:44 Publié dans Politique | Lien permanent | Commentaires (3) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

01/02/2013

Feuilleton des données sensibles : bonne gestion ou scandale ?

Pour ma part, je qualifie cette affaire, comme d’autres qui vont suivre, d’angélisme naïf, de subordination sans discernement et analyse critique aux accords bilatéraux et autres contraintes issues de l’Union Européenne qui seraient incontournables faute de quoi les foudres du « Droit supérieur » annihileraient notre économie…

C’est le résultat de ces années de campagnes culpabilisantes menée par  l’Entente genevoise (PLR, PDC), les Verts, les Socialistes, contre ceux qui osaient s’inquiéter puis reprocher à la classe politique dirigeante cette allégeance coupable à l’internalisation au dépend de ses propres résidents.

9319085-concept-symbolique-de-dictature.jpg

C’est aussi le constat du déclin de notre démocratie directe au profit de celle dite représentative. Celle ou tous les pouvoirs sont en main des élus des exécutifs, pour Genève les Conseillers d’Etat et les Conseillers Administratifs.

 

Ces derniers s’arrogent tous les pouvoirs et décisions, en abusent et exercent surtout ces prérogatives sans se soucier beaucoup des parlements.

 

Ces Magistrats ont des « fans club » leur formations politiques d’où ils sont issus lesquelles,  par l’impact de leur nombre majoritaires, verrouillent et refusent tous les textes issus de partis qualifiés de  populistes  voire, plus infâmant, de nationalistes.

Je ne reviendrais pas, dans ce texte, sur les dernières affaires ayant défrayé la chronique (Président des TPG, HUG, projets de lois demandant que les cadres n’aient plus l’obligation d’être suisses, etc.)

 

Ce qui suit n’a jamais été relaté ni publié :

Commissaire à la Commission de Contrôle de gestion je suis certes astreint à une certaine confidentialité. Mais quand je lis ce commentaire :

« En l’état actuel, la Cour ne pourra pas enquêter au sein de l’administration fiscale. La loi lui oppose en effet le secret fiscal, comme le confirme Stanislas Zuin. Même une enquête sur l’organisation ou le fonctionnement au sein du fisc lui est impossible. La situation va toutefois changer avec la nouvelle Constitution. Mais il faut encore que le Grand Conseil adopte une loi d’application. »  (lien)

Je ne résiste pas au devoir de transparence. Ainsi, le Président de la Cour des Comptes , en date du 21 décembre 2011, confiait par écrit au Grand-Conseil cet impossibilité qui empêchaient la Cours de Comptes d’enquêter au sein du Département des Finances.

Sans entrer dans le détail des propos trop de monde tergiversaient et ne désiraient pas entrer en matière sur cette demande…

En conséquence, le 21 février 2012, l’UDC a déposé le Projet de Loi 10928 modifiant la loi instituant une Cour des comptes (LICC) (D 1 12)  (Accès par la Cour des comptes à des données couvertes par le secret fiscal).

Je vous laisse en prendre connaissance tout en vous affirmant qu’à ce jour, ce projet de loi est, comme on le dit, gelé…

(Lien PL 10928)

Ce blog ne résout rien sans doute. Mais les témoignages de ce qu’il se passe réellement peuvent inciter nos citoyens à réfléchir

Autrement, au mois d’octobre, vous en aurez cette fois-ci pour cinq ans.

13:57 Publié dans Politique | Lien permanent | Commentaires (0) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook