18/06/2013

Nécessaire de le dire !

Effectifs policiers : en panne d’idées, le Conseil d’Etat sortant vampirise des projets UDC

 
En août 2010, l’UDC déposait deux textes demandant une hausse des effectifs policiers. Profitant du gel de ces textes depuis des années en Commission judiciaire et de la police, le projet de loi du Conseil d’Etat présente des aspects très similaires.

inspiration_road.jpg
 
Le projet de loi 10706 déposé en août 2010 par l’UDC entendait fixer les effectifs minimaux de la police. Dans la résolution 630, il s’agissait d’augmenter les effectifs de la gendarmerie de 500 personnes dans un délai de 10 ans. Malgré les protestations de nos commissaires, ces deux textes sont toujours gelés en commission. La durée anormalement longue de traitement en commission aura permis au Conseil d’Etat de sortir de sa léthargie et de présenter son propre projet.
 
Venant de l’UDC, les propositions visant à augmenter les effectifs policiers apparaissent aussi saugrenues qu’irréalisables. Pourtant, quand le Conseil d’Etat propose  d’engager d’ici à 10 ans 600 policiers, ces idées similaires, inspirée des textes de l'UDC, acquièrent une légitimité et deviennent subitement réalisables.
 
« La véritable inspiration suppose du souffle. Ce n'est souvent que du vent. »
 
A ce jour, bien des Présidents de département différents, mais pour la sécurité, les habitants de notre canton n'ont vu que du vent…
 
 

08:41 Publié dans Genève, Politique | Lien permanent | Commentaires (0) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

09/06/2013

Nous continuerons à vouloir donner la parole au peuple

Tout démocrate doit accepter le résultat du scrutin de ce dimanche.

Comme peu de médias le publieront in extenso et que toutes les réactions officielles méritent d'être lues, je vous propose, ci-dessous, le communiqué de l'Union démocratique du Centre :

placecitoyens.jpg

 

Le peuple doit garder le dernier mot dans notre pays.

En disant NON à l'élection du Conseil fédéral par le peuple, les citoyennes et citoyens suisses ont suivi l'argumentation selon laquelle il n'est pas nécessaire de changer la procédure d'élection du gouvernement national. Tous les autres partis politiques n'ont cessé de clamer que le Parlement est le corps électoral le plus digne et le plus capable pour cette élection. L'UDC n'hésitera pas à leur rappeler ces belles déclarations lors des prochaines élections complémentaires ou générales au Conseil fédéral et à dénoncer les intrigues et magouillages qui accompagnent habituellement ce scrutin.
 
L'UDC continuera de s'engager pour le renforcement des droits des citoyennes et citoyens suisses. Elle s'opposera notamment aux intentions du Conseil fédéral de conclure des accords avec l'UE qui placent le droit européen au-dessus du droit suisse et qui contraignent la Suisse à reprendre automatiquement les réformes du droit UE. Il est aussi hors de question pour l'UDC de soumettre la Suisse à la juridiction de la Cour européenne de justice. On citera à ce propos Yves Rossier, secrétaire d'Etat, interrogé sur les mandats de négociation concernant les questions institutionnelles: "OUI, ce sont des juges étrangers." L'UDC se battra donc avec tous les moyens à sa disposition contre des "juges étrangers" et pour la sécurité du droit suisse, clé de la prospérité de notre pays. L'UDC veut que les citoyennes et citoyens suisses aient le dernier mot dans leur pays, et non pas des conseillers fédéraux et autres autorités à côté de la réalité qui veulent pousser la Suisse dans l'UE. Les conséquences tragiques du non-respect de la volonté populaire par ses milieux sont désormais connues: les étrangers criminels ne sont pas expulsés, les criminels sexuels sont prématurément relâchés et une industrie d'asile prospère profite des abus systématiques dans droit d'asile en Suisse.

18:56 Publié dans Politique | Lien permanent | Commentaires (1) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook