22/08/2013

Le Conseil fédéral lance la procédure d'adhésion à l'UE, Qui doit répondre ?

« Selon l'avis de droit qu'il a demandé au professeur Thürer, le Conseil fédéral veut même atteindre cet objectif sans consulter le peuple".

UDCSuiSorte.jpg


C’est la finalité de la procédure lancée, sous rhétorique « langue de bois » par le Conseil fédéral.

 

Vu les incidences catastrophique pour notre pays, sa démocratie directe, le bien de nos concitoyens, les dommages que cela causera aux cantons, il est indispensable de se poser la question :

 

L’actuel Conseil d’Etat , dont le mandat échoit en novembre de cette année a t’il la légitimité pour formuler une réponse à cette procédure ?

 

L’UDC ne le pense pas et notre actuelle députation au Grand-Conseil interviendra en ce sens.

Le Conseil Fédéral n’écoute plus les citoyens de notre pays. Cette citation d’André Malraux lui va à ravir :

 

« Le mépris des hommes est fréquent chez les politiques, mais confidentiel. »

 

Pour mieux saisir la finalité des enjeux le communiqué de ce jour de l’UDC suisse est joint ci-dessous.

L'UDC rejette avec détermination le mandat de négociation pour un rattachement institutionnel de la Suisse à l'UE que le Conseil fédéral a mis en consultation aujourd'hui. Le Conseil fédéral cherche à pousser la Suisse dans l'UE et il lance cette procédure par la reprise dynamique du droit UE et la soumission de la Suisse à la juridiction UE. Pour atteindre cet objectif, le gouvernement n'hésite pas à conclure avec Bruxelles un traité colonial qui fera de la Suisse un satellite de Bruxelles. Le pas suivant sera l'adhésion définitive à l'UE. Or, la Suisse n'a pas besoin d'un rattachement institutionnel à l'UE.

 

Le projet de mandat de négociation mis en consultation aujourd'hui par le Conseil fédéral vise la reprise dynamique du droit UE dans tous les domaines importants, la soumission de la Suisse à des juges étrangers ainsi qu'une restriction massive de la souveraineté et de la démocratie. En fin de compte, il n'est pas important de savoir si la Suisse se soumet à la juridiction de la Cour européenne de justice comme l'envisage le Conseil fédéral ou à la juridiction de l'EEE comme le suggèrent quelques professeurs de droit désintéressés à leur patrie. Dans un cas, l'UE devient dans les faits l'instance judiciaire suprême de la Suisse, dans l'autre cas, elle choisit la voie de l'EEE que le peuple suisse à rejeté et qui, selon le Conseil fédéral, ne serait qu'une étape vers l'adhésion à l'UE. Les deux voies sont inacceptables pour un Etat indépendant. La Suisse n'a absolument pas besoin d'un rattachement institutionnel à l'UE. Bien au contraire, elle doit sa liberté et sa bonne situation économique à la conception indépendante de son Etat, principe que le Conseil fédéral cherche à détruire par sa procédure.

 

Si la Suisse conclut un traité avec l'UE selon le mandat de négociation mis en consultation aujourd'hui, elle entame une adhésion en cachette à l'UE et perdra son indépendance. Selon l'avis de droit qu'il a demandé au professeur Thürer, le Conseil fédéral veut même atteindre cet objectif sans consulter le peuple. L'UDC se battra avec tous les moyens à sa disposition contre ce développement désastreux pour la Suisse.


18:52 Publié dans Genève, Humeur, Politique | Lien permanent | Commentaires (3) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

Commentaires

Mais que fait donc notre Président (UDC) Ueli Maurer ?

Écrit par : Victor DUMITRESCU | 23/08/2013

Il me semble clair que si le CF veut passer par dessus la volonté du peuple, la volonté du souverain, un referendum, ou une initiative ou tout autre moyen devront être étudiés pour le contrer. Il faudra, entre autres, rappeler sans cesse aux députés qui élisent le Conseil fédéral qu'un député élu pour nous représenter et que s'il ne nous représente plus, nous n'avons plus besoin de lui.

Écrit par : Charles Pantet | 23/08/2013

Etre le vassal du suzerain de Bruxelles,
C'est un peu comme devoir des comptes à Bercy,
Vu de Genève, de Gruyères, d'Avusy ou de Rüti,
Non merci, Sieur Moscovici.
Jean Murith, A. Maire de Cologny

Écrit par : Jean Murith | 23/08/2013

Les commentaires sont fermés.