26/09/2013

Une trop grande sensibilité à la médisance entretient la malignité du monde, qui ne cherche que cela.

Titre :  une citation de Pensées diverses (1678) ,  Pierre d' Ailly

Les 10 derniers jours d'une campagne électorale sont toujours les plus abjectes car les arguments et slogans ne suffisant plus, les candidat(e)s sont personnellement attaqués par ce qui se rapproche de la délation :

la-medisance-sur-internet.jpg

"Tournée contre un individu ou un groupe d'individus, la délation est faite par un délateur, individu ou groupe de personnes, pour son gain propre (s'enrichir et accaparer les biens d'autrui) ou pour lui nuire de manière malveillante (jalousie, envie, haine). Le délateur peut être rémunéré par un pouvoir qui cherche à obtenir des avantages contre ses adversaires ou ses ennemis."

 Je m'équipe donc d'un casque et d'un protège-dents pour les coups réguliers et d'une "coquille" pour les coups bas.

 Mais ces jours d’attaques personnelles, pour le fond d'une campagne, n'ont aucune valeur !

 Les paroles ne sont représentatives que de l'instant et du contexte éphémère où elles sont prononcées et du sérieux à géométrie variable de celui qui les commente. La profondeur de proposition politique n'y est plus.

Adoptons donc  une attitude stoïque et appliquons cette belle maxime de Marc Aurel :

« La meilleure façon de se venger d'un ennemi, c'est de ne pas lui ressembler.  »

L’Union démocratique du centre, j’en suis fier, ne ressemble à aucun de nos adversaires politiques. Sa force réside dans la pertinence de ses propositions largement partagées dans notre pays.

Ce qui fait foi sont les programmes, analyses et proposions, documents écrits que l’on compulse sur le site de notre parti (Lien)

Toutes formations a ses « intellectuels » qui improvisent sur un thème connu.

Ce qu’il faut compulser, avant votre décision et choix, ce sont les programmes politiques publiés qui eux ont valeur d’engagement formel.

Notre « Journal des élections » est la seule référence UDC.  Il a été distribué auprès des ménages genevois. Vous trouvez sa version électronique par ce lien

Et en la matière, cette citation de Milan Kundera est tellement adaptée :

« Concevoir le diable comme un partisan du Mal et l'ange comme un combattant du Bien, c'est accepter la démagogie des anges. »

11:03 Publié dans Genève, Humeur, Politique | Lien permanent | Commentaires (3) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

Commentaires

Hé oui, Patrick, ce n'est pas à toi qu'il faut expliquer les méandres de la politique.
Je ne peux m'empêcher de comparer 2 actualités:
1 - l'idée de lieux d'accueil pour retraités au Maroc. (ce qui déchaîne des huées comme si il était envisagé de déporter nos aînés!...lol)

2 - l'article TdG concernant les personnes isolées, âgées et/ou souffrantes, squattées, menacées, rackettées par des clandestins et autres vautours.

Ayant du régler un cas sordide au sein de ma famille (ma soeur aînée atteinte dans sa santé squattée et molestée par un clandestin africain)j'ai pu mesurer les possibilités qu'ont les victimes de ces prédateurs de se faire entendre des autorités:
Aucune!

Ma question est la suivante:
À quel endroit est-ce que ces personnes seraient le plus en sécurité et auraient la meilleur qualité de vie?

À Genève, où elles sont soit des "vaches à lait" pour les services d'aide à domicile, services sociaux ou EMS - soit à la merci de prédateurs sans scrupules et sans possibilités de garantir leur sécurité voir même ce qui est leur droit absolu; l'intimité et la paix dans leur propre foyer?

Ou ailleurs? - que ce soit au Maroc ou comme certains l'ont déjà choisi; en Espagne, Portugal ou Italie.

En période électorale, même l'idée la plus humaine, la plus sensée peut être détournée en négatif - il suffit de le vouloir et une bonne dose de mauvaise foi ;)

P.S.

Le squatteur de ma soeur était très sur de lui, d'autant qu'il était soutenu par l'ex-avocat Pierre Rumo,conseiller municipal EàG, mais oui,celui qui hébergeait des clandestins dans des caves pour un loyer de 350.-/mois.

Amitié et bon courage!

Écrit par : Mireille Luiset | 26/09/2013

Mireille Luiset, de votre commentaire je relève votre attention aux personnes isolées, âgées, et/ou souffrantes... En période électorale, par exemple, vous-même vous présentant vous trouveriez immédiatement attaquée par vos adversaires politiques... accusée de "vulgarité" et de "populisme", non? Myriam Belakovsky

Écrit par : myriam belakovsky | 26/09/2013

@Myriam Belakovsky, merci pour votre commentaire.
Si c'est du populisme que de dénoncer des faits réels, prouvables et injustes, alors OUI, je suis populiste. Bien avant de m'impliquer en politique, je me suis toujours engagée dans la défense des droits de la population.
Je cite simplement un poème de Prévert en réponse au fiel des médisances...

"-. Vous
Je ne vous regarde pas
Ma vie non plus ne vous
regarde pas
J’aime ce que j’aime
et cela seul me regarde
et me voit
J’aime ceux que j’aime
je les regarde
ils m’en donnent droit "

Et pour le reste, la seule urgence est de faire le bien, pour le mal, ça peut attendre. ;)

Amicalement

Écrit par : Mireille Luiset | 27/09/2013

Les commentaires sont fermés.