04/10/2013

Grand-Conseil : Refus de l'urgence de la motion sur l'uniformisation des peines

L'actualité dramatique récente nous oblige à réagir également sur le plan législatif.

Pour ceci, nous avons déposé la Motion 2176  le 27 septembre 2013.

alcatraz-prison-picture.jpg

Le groupe UDC au Grand Conseil a demandé le 3 octobre 2013 l'urgence sur sa motion M 2176 demandant d'uniformiser l'exécution des peines au niveau romand et donc de revoir d'urgence le concordat latin qui régit les règles en la matière. Le magistrat (PLR) en charge de la sécurité a tout intérêt à obtenir un appui fort du législatif pour pouvoir revoir les pratiques d'exécution des peines et pour pouvoir répondre à l'attente de sécurité légitime de la population.

Eh bien, le PLR a refusé l'urgence. Bel exemple d'aveuglement partisan stérile qui ignore le service à son propre magistrat et surtout à ceux qui attendent du parlement de jouer un rôle responsable, les habitants de notre canton.

L'UDC garde une ligne claire, cohérente et commune au niveau inter-cantonal romand et espère que les autres parlements romands, face à la même proposition issue de l'UDC, sauront faire preuve de davantage de maturité et de responsabilité citoyenne.

N'hésitez plus, la sécurité sans rigueur est une illusion qui coûte chère en vies humaines innocentes.

L'UDC est le seul parti qui exige une application juste, légale mais dans toute l'ampleur de sa rigueur les lois et initiatives que vous avez démocratiquement votés.

6683_UDC_GE_AFFICHES_GRAND_CONSEIL_ELECTROCHOC_LISTE_6_F4_NET.jpg

16:43 Publié dans Genève, Humeur, Politique | Lien permanent | Commentaires (0) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

03/10/2013

La Laïcité, vecteur principal de mon action politique pour lequel je demande votre suffrage.

Le préambule de la constitution fédérale de 1999 commence par une invocation de la puissance divine : « Au nom de Dieu tout-puissant ! »

Les situations cantonales sont diverses, certains cantons reconnaissant la prééminence de certaines Églises (catholicisme, protestantisme, vieux-catholiques et/ou judaïsme), d’autres respectant le principe de séparation entre Église et État. En outre, l'hymne national comporte de nombreuses mentions de dieu ("[…] notre cœur pressent encore le Dieu fort").

Notre Constitution genevoise, votée le 14 octobre 2012, fixe dans l’article 3

Alinéa 1 

L’Etat est laïque. Il observe une neutralité religieuse.

Alinéa 2

Il ne salarie ni ne subventionne aucune activité culturelle.

Alinéa 3

Les autorités entretiennent des relations   avec les communautés religieuses.

Opinionb.jpg

La laïcité  est l’amarrage à quelques valeurs universalistes : le libre examen, la liberté de conscience, d’expression et de création ;

Elle est aussi la tolérance réciproque qui, en dehors, de tout laxisme (vis à vis des intolérances dogmatiques) permet la compréhension mutuelle, le droit à la différence ne devant pas être confondu avec la différence des droits.

Elle est surtout, l’indépendance absolue des affaires publiques et civiques par rapport au domaine, (strictement privé), du religieux et du sacré et aussi la stricte séparation des Églises et des États, avec toutes les implications pratiques qui en découlent.

N’oublions pas que la laïcité vise à préserver l’égalité de traitement des citoyens, indépendamment de leurs religions ou absence de religion.

Cela rend nécessaire de refuser les perversions cléricales et fondamentalistes. Par exemple :

  •  censures réclamées par les intégristes, tentatives politiques rétrogrades.
  •  prétendue supériorité des lois "divines" sur les lois votées démocratiquement.
  •  accaparement de subventions indues, soumission à la "pensée unique" et aux idées dominantes reprises par la presse et les médias, elles-mêmes soumises aux forces politico-sociales dominantes.

Ces refus  laïques visent à préserver une certaine conception de l’intérêt général. Ils permettent la promotion de valeurs positives :

  • L’esprit critique, l’attachement à la raison, à la lucidité d’esprit, l’honnêteté intellectuelle.
  • Le respect des différences dans le cadre de la loi, le refus du machisme, le sens de la solidarité, l’attachement prioritaire à l’intérêt général et au bien public.
  • Le respect des différences va de pair avec le respect des valeurs laïques hors desquelles certaines "différences" ne sont pas acceptables, comme par exemple la condition féminine au sein de l’islam traditionnel.

Ce sont l’ensemble des valeurs que je suis fier de porter et de défendre.

Pour ceux qui les partagent, merci de me soutenir en votant pour la liste 6 UDC.

 

UDC_GE_GRAND_CONSEIL_ELECTROCHOC_LISTE_6_F4_NET.jpg

Les solutions de l'UDC par ce lien.

11:47 Publié dans Genève, Humeur, Politique | Lien permanent | Commentaires (2) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

02/10/2013

Notre sécurité sans le renvoi des criminels étrangers : Une Mascarade.

Avant toute polémique, le constat officiel : Prison de Champ Dollon, Rapport activités 2012, page 12, (lien pour ce rapport)

Le tableau 6 analyse la population carcérale sur la base de la nationalité et de la région.

3250_6680_UDC_GE_Annonces_thematiques_92poucent_94x90mm_4.jpg

8.7% des personnes détenues à la prison de Champ-Dollon sont de nationalité suisse.

29.4% des détenus proviennent de l'Europe de l'Est, des pays balkaniques, du Caucase

ou de la Russie.

Le continent africain représente 39.3% de la population détenue, dont 20.2% de l'Afrique du Nord et 19.1% du reste de l'Afrique.

12.4% des détenus sont des ressortissants de l'Union Européenne et 4.9% du

Moyen Orient.

109 nationalités différentes étaient représentées en 2012 à la prison de Champ-Dollon.

Il serait coupable d’oublier de mentionner le tableau 5 de ce rapport, détenus par confession :

Musulman     1394                          53.6 %

Catholique     574                            22.1 %

Orthodoxe     189                              7.2 %

Sans religion  96                                3.7 %

Protestant     33                                1.3 %

Autres          315                               12,1 %

Oublions la nationalité, pour ceux que cela dérange, Ce chiffre du tableau 7 est le plus explicite pour étayer notre politique UDC :

71,4 % sont des étrangers résidants hors de nos frontières…

Non, pour l’UDC, le pénitentiaire n’est pas en crise comme le dit la TG d’aujourd’hui.

Ce sont nos édiles politiques qui cèdent aux chantages de nos bobos de la gauche permissive trop soucieux d’assurer la survie de leurs fonctionnaires électeurs du secteur social et assimilé qui créent la crise !

N’oublions pas le cortège d’avocats à la traque de chaque virgule manquante pour déposer un recours. Remarquons  que cette grandeur d’âme « droit de l’hommiste » n’est pas gratuite et est payée par vos impôts.

Monsieur André Kuhn, Professeur de droit et de criminologie a une réponse, sur la forme, similaire à l’UDC. Quand il lui est demandé:


La solution posse-t-elle par la construction de 550 places de détention d’ici à 2017 ?

 Il répond NON, car cela ne fait que repousser le moment où l'on devra véritablement réfléchir.

 

Devons nous, suite à une interprétation partiale et erronée des droits de l’homme par une gauche dangereuse et un politiquement correct angélique, doubler notre capacité actuelle carcérale pour « accueillir » la délinquance mondiale dans nos prisons ressemblant de plus en plus à des « camps de vacances » avec en plus, comme cerise sur le gâteau, l’obligation de payer largement tout ceci alors que 71,4 % des détenus ne devraient plus être sur notre territoire ?

 

La solution est dans le renvoi, pas dans l’augmentation de la capacité carcérale.

C’est notre cadre de vie qui doit être préservé, non celui de la délinquance.

 

L ‘UDC est opposée à ces constructions, pour le moins sur le canton de Genève (nous n’avons plus de place) Les habitants, ceux de Puplinge en particulier, ont également de droit d’affirmer qu’ils ne veulent plus de prison supplémentaire.

 

Nous affirmons qu’engager 500 policiers de plus pour courir chaque jour courir après les délinquants qu’ils ont arrêtés la veille et déjà relâchés par une justice permissive, le but recherché n’est pas atteint.

 

Ces 500 policiers sont indispensables pour la quiétude de notre population et non pour des « ersatz » de mission.

Enfin, le concept de notre politique carcérale et de lois qui s’y rapportent doivent entièrement être revus.

Notre sécurité ne peut tolérer des failles, des erreurs, des utopies malsaines qui conduisent à « tolérer » comme erreur à accepter, tout sacrifice humain de victime innocente pour « réinsérer » des incurables criminels dangereux dont une initiative acceptée par le peuple demande qu’ils soient internés à vie, c’est à dire jusqu’à leur mort.

La résolution de ces problèmes graves passe par le rejet des « bonimenteurs »

Regardez les textes déposés, les initiatives déposées, SEUL l’UDC répond à vos attentes

Désirez vous réellement la tranquillité ?

N’hésitez plus, votre choix doit se porter sur les listes UDC 

6683_UDC_GE_AFFICHES_GRAND_CONSEIL_ELECTROCHOC_LISTE_6_F4_NET.jpg

6683_UDC_GE_AFF_CONS_ETAT_SUJET_CHOC_LISTE_5_F4_NET.jpg

17:42 Publié dans Genève, Humeur, Politique | Lien permanent | Commentaires (3) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

01/10/2013

« Abstention, piège à cons » !

Le titre est une version retournée du célèbre slogan » de Jean-Paul Sartre qui, en 1973 déjà, avait lancé le slogan :  « Élections, piège à cons ».

abstentionnistes.jpg

 

S’abstenir, c’est ne pas s’exprimer, mais c’est aussi dès lors favoriser les minorités agissantes… et donc favoriser ceux pour qui vous n’auriez pas voulu vous exprimer !

C’est là que s’abstenir est un piège à cons.

 

S’abstenir, c’est non seulement ne pas s’exprimer, mais c’est en plus aider ceux qui obtiennent au bout du compte le plus de voix par le vote de leurs militants.

C’est vraiment un piège à cons !

Certains militent pour que les abstentions, les votes blancs et/ou les votes nuls soient pris en compte dans les calculs.

 Le problème est cependant qu’on ne peut jamais vraiment interpréter le sens de ces (non-) « votes ».

Une abstention peut par exemple résulter d’un désintérêt total pour la vie politique ou au contraire correspondre à un choix politique actif en voulant montrer son désaccord.

Comment dès lors considérer de la même manière ces deux significations différentes, voire opposées ?

Bref, qu’on le veuille ou non, la meilleure manière de faire est sans doute d’aller voter.

Dans l’élection pour le Conseil d’Etat, au premier tour, voter pour les « petits candidats » permet d’exprimer d’une certaine manière son mécontentement sans favoriser les « grands candidats » tout en exprimant une certaine direction.

Évidemment, au second tour, c’est différent !

Finalement, que chacun fasse comme il sent devoir le faire tout en étant conscient que les « non-choix » sont en matière d’élection bien plus dangereux que les « choix exprimés»…

 

Voici mon choix : 

UDC_GE_GRAND_CONSEIL_ELECTROCHOC_LISTE_6_F4_NET.jpg

6683_UDC_GE_AFF_CONS_ETAT_SUJET_CHOC_LISTE_5_F4_NET.jpg

Et le lien pour obtenir toutes les informations sur notre programme.

 

 

 

 

 

 


 

 

09:45 Publié dans Genève, Humeur, Politique | Lien permanent | Commentaires (0) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook