21/01/2014

N’oublions pas les conséquences de l'immigration de masse sur la consommation d'énergie !

Résumé de ce que l’on ne vous dit pas…

Immigration de masse. Pourrons nous absorber le surplus de consommation d’énergie induit ?

marionettes.jpg

Des gros problèmes de capacité se poseront aussi dans l'approvisionnement électrique. Ils existent en fait aujourd'hui déjà, car la Suisse est depuis quelques années importatrice nette d'électricité.

Dans un proche avenir, la Suisse devra non seulement se passer de ses trois plus anciennes centrales nucléaires (Beznau I et II, Mühleberg), mais aussi des contrats de fourniture avec la France.

La Suisse s'approche à grands pas d'une authentique pénurie énergétique d'autant plus vite que la constante électrification de divers domaines et le remplacement du pétrole par l'électricité génèrent des besoins supplémentaires.

Des problèmes s'annoncent également pour les autres agents énergétiques. Malgré l'hiver doux de 2012 et nonobstant des constants gains de rendement, la consommation d'énergie finale a augmenté de 3,7% pour atteindre 882 280 terajoules.

La croissance démographique est une des principales causes de l'augmentation de la consommation énergétique.

 


stimmzettel-f.jpg

La consommation d'énergie finale augmentera aussi à la suite de l'abandon forcé du nucléaire voulu par le Conseil fédéral et le Parlement.

Pour combler cette lacune, il faudra sans doute recourir à des agents énergétiques fossiles importés (le gaz, notamment), ce qui poussera encore une fois à la hausse, le bilan énergétique global.

Le remplacement de l'énergie nucléaire par d'autres agents énergétiques se répercutera aussi sur les prix. Selon les déclarations de la Confédération, il faut compter avec un coût d'environ 200 milliards de francs pour la transformation du système énergétique d'ici à 2050. Ce calcul ne tient même pas compte des effets de la croissance démographique incontrôlée!

Les prix de l'électricité augmenteront de toute manière dans les années à venir en raison des nouvelles taxes et redevances et de l'augmentation de la demande. L'abandon du nucléaire les ferait littéralement exploser: à elle seule, l'industrie prévoit des coûts annuels supplémentaires de 5 à 7,5 milliards de francs.

Jamais en effet les énergies renouvelables ne permettront de compenser la production nucléaire qui couvre aujourd'hui près de 40% de la consommation

Conséquences: une suppression massive d'emplois, notamment dans les branches de l'acier, du ciment et du recyclage qui seraient le plus durement touchées par ce développement.

Conclusion: il ne sert à rien de faire économiser l'électricité à la population résidente si, parallèlement, chaque année la population suisse s'accroît de l'équivalent de la ville de St-Gall, faisant augmenter la consommation d'électricité de quelque 630 millions de kWh, soit 20% de la production annuelle de la centrale nucléaire de Mühleberg.

 

immigration_massive.jpg

 

N'omettez pas de lire cette excellente analyse  (clic)

 

 

10:28 Publié dans Genève, Politique | Lien permanent | Commentaires (1) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

Commentaires

Excellent !
En espérant vivement que la Doris s'en rend compte ainsi que les Verts Nuisants de ce que l'Avenir nous réserve.

Écrit par : Victor-Liviu DUMITRESCU | 21/01/2014

Les commentaires sont fermés.