09/02/2014

Arrogants, suffisants, dédaigneux alors qu’ils ont faillis. Honte à eux.

Oui, la honte m’envahit en écoutant les commentaires PLR & Cie sur la TSR et en venant de lire le blog d’un député PDC dont le titre est « HONTE ». Ce parti, notamment, en « magouillant » avec les Verts sont de ceux qui jubilaient, il y a huit ans, après avoir intrigué contre la réélection du Conseiller Fédéral C. BLOCHER, et favorisé l’élection de la fossoyeuse de notre pays, Mme EWS (article de Bilan).

Hillary-Arrogance-33849.jpg

Vous avez faillis, Mesdames et Messieurs les élus à votre serment d’œuvrer pour le bien du peuple et du pays, en préférant le « chant des sirènes » de l’Economie. Mais, à court de bons arguments, il vous est plus facile de « diaboliser » l’Union Démocratique du Centre.

Ne vous en déplaise, l’UDC s’est préparée à assumer le résultat positif du peuple suisse lors de cette votation contre l’immigration de masse.

Nous déposerons des textes, au Parlement fédéral, dès la nouvelle session.

Merci de prendre connaissance du communiqué UDC de ce soir :

 


Les citoyens disent OUI à un contrôle indépendant de l'immigration - Le Conseil fédéral doit agir rapidement

 

La vérité de la Palice, selon laquelle la démesure est toujours nuisible, s'applique également à une immigration incontrôlée de plus de 80 000 personnes par an. Malgré une campagne de dénigrement qui a coûté plus de 10 millions de francs à ses auteurs, les citoyennes et citoyens ont accepté le principe d'un contrôle indépendant de l'immigration. Les menaces et tentatives de pression de l'UE n'a pas impressionné non plus le souverain suisse. Il appartient maintenant au Conseil fédéral d'appliquer la volonté populaire. Cela signifie, d'une part, que le l'accord de libre circulation des personnes avec l'UE doit être renégocié et que la priorité des travailleurs résidents doit être imposée sur le marché du travail. D'autre part, il s'agit de former rapidement un groupe de travail chargé de faire des propositions pour limiter et gérer l'immigration. On peut, à cet effet, se baser sur les expériences faites avec le système en vigueur jusqu'en 2007 et qui s'applique toujours aux immigrants provenant de pays non membres de l'UE. Le Conseil fédéral devra également reprendre immédiatement le contrôle de l'immigration hors UE.

 

L'UDC proposera plusieurs mesures urgentes dans le cadre de l'examen parlementaire en cours de la loi sur les étrangers afin de régler les dysfonctionnements relevés ces derniers mois. Elle déposera en outre diverses interventions durant la session parlementaire à venir (mardi, 11 février, l'UDC présentera les propositions détaillées qu'elle fera à la commission des institutions politiques du Conseil national qui examinera vendredi 14 février la révision en cours de la loi sur les étrangers).

 

L'UDC tient également à rappeler l'économie à ses devoirs. Celle-ci ne doit pas seulement songer à ses profits à court terme, mais aussi prendre en compte les conséquences de ses actions pour toute la Suisse. Dans les mois à venir, il s'agira notamment de combattre par tous les moyens l'initiative des syndicats pour un salaire minimal qui attirerait encore plus d'immigrants. Le principe de la priorité des travailleurs résidents doit par ailleurs être appliqué immédiatement à titre de mesure d'autorégulation.

 

L'UDC veillera à ce que l'initiative acceptée par le peuple et les cantons soit rapidement et fidèlement appliquée.

 

Berne, 9 février 2014

19:28 | Lien permanent | Commentaires (6) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

Commentaires

Malgré un matraquage mensonger et ruineux de la part des opposants à l'initiative UDC,la majorité de la population ne fut pas dupe: La coupe est pleine et sacrifier la Suisse pour engraisser les néo esclavagistes (PLR et leurs complices) c'est non.
Il faudra batailler pour faire respecter la voix du Peuple, c'est évident, trop de fric en jeu. Mais j'ai confiance.

Écrit par : Mireille Luiset | 09/02/2014

Vous avez raison !!!
amb

Écrit par : amb | 09/02/2014

Genève a rejeté l'initiative....?!

"Pierre Maudet, conseiller d'Etat en charge de l'Economie, prend la parole: «Le résultat suisse nous inquiète, cela ouvre l'ère de l'incertitude pour notre canton». Le magistrat souligne que ce résultat impliquera des négociations diplomatiques avec l'Union européenne"

Monsieur Pierre Maudet, nous ne faisons pas partie de l'UE edt ne voulons pas en faire partie. Alors ce qu'elle en pense on s'en tape! L'UE n'en veut qu'à l'argent de la Suisse qu'elle aimerait bien voir sous sa botte! Je ne crois pas que l'UE a encore de l'avenir. Le monde se portait mieux sans elle et sans sa dictature!

Écrit par : Patoucha | 10/02/2014

Dois-je, Marie Luiset, vous rappeler que Genève a rejeté l'initiative?! Il n'y a pas de quoi être fière des genevois qui suivent aveuglément la gauche!

Écrit par : Patoucha | 10/02/2014

Ceux qui parlent de "dictature de l'Europe" n'ont visiblement jamais quitté la prairie de Heidi. Une dictature ne tolère même pas la discussion de son pouvoir. Elle ne tolère rien, casse et détruit tout, même ce qui pourrait lui nuire sans l'avoir fait encore. Alors parler de dictature dans ce cas, c'est indécent pour tous ceux qui souffrent vraiment sous une dictature. Pendant 18 ans au CICR, j'en ai connu plusieurs de l'intérieur et constaté leur ignominie.

Écrit par : Rolin Wavre | 10/02/2014

L'Empire européen n'est pas une dictature, mais la Commission européenne a un peu tendance à se sentir omnipotente. On verra ce que tout cela va donner. Peut-être certains extrémistes européens voudront à tout prix faire fonctionner la clause guillotine mais il y aura beaucoup d'états que cela n'arrangera pas vraiment. Pour le moment, le lion grogne et montre les dents. Et donc ceux qui ont prêché la peur ont peur...

Écrit par : Géo | 10/02/2014

Les commentaires sont fermés.