21/10/2014

Oui ! Nous avons le droit de penser Ecopop et même plus !

La polémique politique fait rage. Mais être pour ou contre cette initiative Ecopop n’est plus, à mon sens, la bonne question  car trop vilipendée, insultée, dénigrée par tous ceux qui ont un intérêt à nous maintenir dans l’esclavage de la consommation de biens tant inutiles pour vivre que dévastatrice des ressources naturelles.

Les partis politiques, l’économie, les banques, les médias ne raisonnent plus que par leurs dogmes d’efficiences, de profits, de puissance car ils sont tous, ce petit nombre de profiteurs usuriers, sujets serviles de cette détestable mondialisation libérale, oubliant l’Homme pour le profit.

MEDIAS-MENTEURS-tous.jpg

 


Nous constatons, ces derniers temps, une réelle révolution des citoyens par l’utilisation de l’outil démocratique du vote, cet outil que les relais politiques de ces milieux économiques tentent de détruire par des affabulations qui ne sont que traitrises pour démanteler notre Constitution, nos lois, nos us et coutumes.

 

Les citoyens et citoyennes comprennent que l’enjeu n’est plus la réussite ou l’échec d’un texte « initiative » mais bien celui leur avenir pour eux et leur famille, de leur place de travail, de leurs us et coutumes, de leur environnement.

 

Ils savent qu’ils doivent choisir entre l’aggravation de la vie médiocre actuelle dont les conditions se dégradent de jour en jour, même, et surtout, pour la classe « dite » moyenne et ceci uniquement pour quelques uns dont l’insolente aisance les blesse, ou, œuvrer pour un changement fondamental de paradigme dont les contours sont très prometteurs mais dont le paysage est « atomisé » chaque jour par la propagande des possédants qui, eux, ont trop à perdre.

 

La classe  dirigeante n’a que méprisé et insulté la décision populaire du 9 février.

 

OUI, pour cette votation importante du 30 novembre une majorité silencieuse mais déterminée semble faire surface et je ne peux que la comprendre.


 


N'oubliez pas de lire  les propos de M Décaillet

17:54 Publié dans Genève, Humeur, Politique | Lien permanent | Commentaires (0) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

Les commentaires sont fermés.