21/05/2010

C'est plus de 50% de la solution pour désengorger nos prisons !

Le politiquement correcte, en utilisant les artifices de la langue de bois, nous dissimule, en évitant de l'annoncer, la proportion réelle de détenus délinquants étrangers dans nos prisons.

Puis, pour faire bonne mesure, médias et politiques vous culpabilisent sur la misère de ces "pauvres gens".

Avez-vous remarqué qu'envions 24 heures après l'arrestation d'un malfrat, pour des actes odieux et condamnables, ce dernier change subitement de statut pour prendre celui de victime dont on peut excuser et comprendre les crimes commis ?

Il n'en demeure pas moins que c'est le contribuable, que vous êtes, qui loge, nourri, blanchi, soigne, construit, bref entretient à 100% ces gens que certains bien pensant arrivent à plaindre.

Pour votre tranquilité, sécurité, celle aussi de vos parents âgés, de vos enfants, lisez, ci-dessous, le communiqué de l'UDC suisse relevant que la classe politique, hors UDC, que vous avez élue se soucie plus du bien être des délinquants que du vôtre...

 

Lire la suite

10:50 Publié dans Politique | Lien permanent | Commentaires (0) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

20/05/2010

Refusons de nous taire. Ce n'est pas de la liberté de conscience !

C'est au quotidien, que les populations occidentales sont de plus en plus menacées par l'intolérance de mouvements politico islamistes.

Mardi soir, c'était lors d'un débat organisé par l'association "Ni Putes Ni Soumises" que des extrémistes islamistes se sont invités pour entraver les débats. Cela à  fini en pugilat avec intervention de la police.

Qui peut mieux décrire les attentes des femmes que la Présidente de cette association, Mme Sihem Hachi. A l'issue de cette entrave au bon déroulement d'un débat, elle a notamment déclaré ceci :

NikabMontreuil.jpg

"Il est urgent qu'il y ait une loi très claire qui bannisse totalement les obscurantismes et protège les femmes", a réagi la présidente de Ni Putes Ni Soumises, Sihem Habchi. "Je pense que ceux qui avaient un doute avant le débat de ce soir ont compris, en sortant, la nécessité d'une loi qui dise stop à ceux qui instrumentalisent la religion musulmane et réduisent les femmes au silence"

L'article complet et le lien sur le journal le Point sont reproduits ci-dessous.

Lire la suite

11:10 Publié dans Politique | Lien permanent | Commentaires (0) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

19/05/2010

Accusons nos dilettante politiciens d'à-propos affligeant !

Voici le titre du journal Djakarta Globe du mardi 18 mai !

Indonésie : Le président sonne l'alerte sur la menace fondamentaliste sur son pays.

Rappelons qu'il s'agit du 4e pays le plus peuplé du monde et le 1er pays à majorité musulmane pour le nombre de croyants. L'Indonésie est une république démocratique et laïque.

Cette déclaration démontre la différence entre un haut responsable politique confronté chaque jour au fanatisme religieux, et nos "rhéteurs du politiquement correcte" aux discours électoralistes s'adressant aux "patriciens" en oubliant "la plèbe" qui subit les conséquences de cette veulerie affichée.

J'en veux pour preuve les positions honteuses prisent, notamment, par deux Conseillers Nationaux Libéraux genevois, suivis par ceux de l'entente (Radicaux et PDC), alors que le canton d'Argovie annonçait son intention d'interdire les pièces d'habillement couvrant l'intégralité du visage, ces derniers affirmaient vouloir demander une exception pour les touristes "princesses musulmanes voilées" dépensant des "millions" dans quelques commerces de luxe genevois...

Face à ce déni des "vraies valeurs démocratiques et laïques" pour favoriser le "Bénéfice", quel plaisir d'entendre les propos du Conseiller National O. Freysinger et d'autres de l'Union Démocratique du Centre. Messages clairs avec des paroles percutantes. Propositions de décisions efficaces, visant toutes à préserver nos institutions et nos traditions helvétiques, donc le peuple suisse et les habitants de notre pays, heureux de partager nos traditions et notre mode de vie .

Mais rappelons nous cette citation : Il n'y a pas de pire sourd que celui qui ne veut pas entendre...

Prenez le temps de lire le message du Président indonésien Yudhoyono adressé à ses concitoyens. La version traduite est ci-dessous et, en fin de blog, un lien vous amène sur la page du journal mentionné.

 

Lire la suite

09:46 Publié dans Politique | Lien permanent | Commentaires (1) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

18/05/2010

Dévoilons les naïfs !

Le voile intégral cache surtout l'hypocrisie des partisans de son interdiction

C'était ce que l'on pouvait lire, hier,  sur un blog de "24 Heures"relayant un article du journal Domaine publique (lien en fin de blog)

Naïveté ? Inconscience coupable ? Humanisme angélique ? Intoxication programmée ?

Parlons donc du "voile" et levons le voile derrière lequel ces médias, ces journalistes se permettent de vous culpabiliser : Les Droits de l'Homme et leur interprétation partiale qu'ils nous imposent.

Ils vous refusent le simple droit de vous exprimer, non pas pour attaquer, mais pour simplement vouloir conserver nos libertés, traditions, style de vie et, surtout, notre démocratie fondée sur la laïcité, si chèrement acquise.

Ce qu'ils ne vous disent pas, volontairement, est le fait que nous ne sommes plus confrontés à de "petites minorités". Ce problème devient ingérable face aux chiffres de la démographie de ces communautés totalement étangères à notre culture et qui la rejettent !

Nos voisins européens ont eux trop attendus avant de réagir !

La réalité des faits dépasse la polémique, d'où qu'elle vienne. Prenez le temps de regarder la vidéo jointe :

Dimanche soir, le "Vingt Heure" de la télévision belge diffusait l'information et le reportage ci-dessous

http://video.rtlinfo.be/Video/162974.aspx

Une seule question, pour reprendre un de vos arguments, Monsieur le rédacteur de l'article "domaine public", qui sont les "les faux culs"?

Lire la suite

11:20 Publié dans Politique | Lien permanent | Commentaires (0) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

12/05/2010

Réadmission !

Il s'agit bien du mot clé, du sésame, de la vraie solution pour diminuer la surpopulation carcérale actuelle : Réadmission !

Seulement voila, sur le principe, tout le monde est d'accord, y compris la gauche.

Mais quand les modalités d'exécution se heurtent aux refus de pays du tiers monde, alors les bancs de la gauche crient au scandale, aux droits de l'homme, j'en passe et des meilleurs.

C'est l'objet d'un très bon article de ce jour sur swissinfo.ch :http://www.swissinfo.ch/fre/politique_suisse/Quand_la_politique_d_asile_bute_sur_la_readmission.html?cid=8785944&rss=true

Notre Conseiller National Jean-Pierre Grin, député UDC  à la Chambre basse,  est intervenu en ces termes :

«On se rend compte que certains pays ont signé ces accords, mais qu'ils ne les respectent pas, soit parce qu'ils n'acceptent pas de reprendre leurs ressortissants, soit parce qu'ils refusent de jouer le rôle de pays de transit», explique-t-il. Pour l'UDC, il faudrait donc augmenter la pression, par exemple en liant la réadmission à l'aide au développement.

Et d'une vérité pragmatique, de la gauche à la droite, on dénigre une solution qualifiée de politiquement incorrecte.

J'ai envie de provoquer en posant la question suivante :

Le confort social des délinquants étrangers doit il primer sur la sécurité et la tranquilité des citoyens et habitants de la Suisse ?

Que vos avis fusent !

11:10 Publié dans Politique | Lien permanent | Commentaires (1) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

11/05/2010

Vivacité

Vivacité, c'est le titre de la "lettre mensuelle" d'information que la section UDC Ville de Genève adresse à ses membres.

Eclat, vivacité d'une couleur, d'une idée.

Quel changement avec l'habituel "requiem" que beaucoup entonne, ces temps, sur un rythme de "bel canto".

Malgré les "assasinats" fraticides, la section UDC Ville de Genève et ses représentants au Conseil Municipal sont bien vivants. Les interventions au Conseil Municipal de la Ville toujours percutantes et fondées.

Prenez le temps de lire cette lettre jointe dont le lien est ci-dessous.

Lire la suite

09:26 Publié dans Politique | Lien permanent | Commentaires (6) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

07/05/2010

Islamophobie ou légitime défiance ?

Le titre du blog ne m'appartient pas. C'est celui d'un excellent livre d'une femme suisse : Madame Mireille Valette. Elle a participé avec passion aux combats féministes des années 70. Elle a aussi été journaliste à la Tribune de Genève durant 11 ans.

Son ouvrage, paru en 2009, dont je conseille à tous la lecture, m'est apparu sans aucune ride alors que je consultais le site Romandie News.

 

Femmes de plusieurs partis opposées à l'interdiction de la burqa

Une interdiction de la burqa n'améliorera certainement pas l'égalité entre les sexes, ni les droits des femmes. Fortes de cette conviction, les femmes de quatre partis politiques - PS, Verts, PLR et PCS - s'opposent à cette idée, qu'elles jugent populiste.

 

Je doute qu'elles aient réellement compris les enjeux et, malheureusement, les utopies proviennent souvent des gens les moins concernés par le problème soulevé.

Dans son avant propos Madame Valette s'étonne du soutient déconcertant accordé à cette frange réactionnaire de la part du pouvoir politique et des mouvements progressistes. Quant à l'ONU et aux organisations internationales, elles plient de plus en plus devant des revendications d'un autre âge, renonçant à leurs valeurs humanistes.

Une excellente préface de Me Charles Poncet nous décrit comment il en est parvenu à partager l'indignation de l'auteur.

Un parallèle intéressant est mentionné avec les descriptions que les philosophes des lumières ont donné du totalitarisme de l'Eglise catholique d'alors.

"Quand Voltaire tonnait contre l'infâme, prenait la défense du chevalier de la Barre ou étrillait les jésuites dans Candide, il décrivait une réalité comparable à celle dénoncée par Madame Valette."

"Lorsque Diderot, qui savait lui aussi où mène l'intolérance, nous donne son incomparable et fulgurante définition des religions, ce sont aussi les oppresseurs des femmes en terre d'islam qu'il apostrophe."

"Ce livre nous rappelle que nos libertés sont fragiles, combien la lutte pour les acquérir fut longue et à quel point nous pourrions, au fil des années, courir le risque d'une régression comparable à celle de l'Europe connut après la chute de l'Empire romain."

"L'histoire de va pas d'un point de départ barbare sur une ligne droite de civilisation en constant progrès. Il suffit d'une invasion ou d'un accident de l'histoire pour qu'au contraire une civilisation régresse, oublie, perde et renonce à ce qui faisait sa force."

 

Les affirmations  de ces dames politiques sont inquiétantes. Elles démontrent une méconnaissance de bien des aspects de ce sujet qui, il est vrai n'est pas dans le politiquement correcte qu'elles affectionnent tant.

Ont elles vraiment écouté et surtout entendu les propos de cette autre femme courageuse Fadela Amara ?

Sa maestria lors de la dernière émission "on n'est pas couché", sur le sujet de la "burqa" démontre, pour le moins,  l'incurie de ces femmes politiques suisses.

 

12:07 Publié dans Politique | Lien permanent | Commentaires (31) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

06/05/2010

Quand les hérésies des Bilatérales vous atteignent !

41 % d'adjudication, c'est la proportion actuelle (donc pas définitive vu que les adjudications sont en cours) qu'un grand groupe français obtient pour les travaux de construction du CEVA.

Cela fait non seulement mal au patronat genevois mais les conséquences prévisibles sur l'emploi dans le secteur du bâtiment genevois s'annoncent sous la déclinaison CHOMAGE.

Il est vraiment paradoxal que ce chantier titanesque, décrit aussi pour sa vertu de relancer les tissus économiques genevois en période de crise, favorise presque déjà à 50 %, la concurrence étrangère.

A ce stade, quand nos magistrats nous affirment qu'ils ne peuvent agir autrement vu les accords d'ouverture signés, nous sommes en droit de porter le débat sous un autre angle, c'est à dire :

 

Ces accords politiques sont-ils justes et équitables pour les entreprises et ouvriers locaux ?

 

C'est avec un certain plaisir que j'écouterai, ce soir au Grand-Conseil, un patron du bâtiment genevois, libéral donc dogmatiquement obligé d'encenser les accords bilatéraux, les contredire en nous expliquant son intervention auprès du Conseil d'Etat genevois pour que nos entreprises ne restent pas sur le carreau !

Ma causticité ne se porte que sur la forme du discours qu'il tiendra car, sur le fond, je ne pourrai, comme patriote démocrate, que soutenir avec ferveur son intervention.

 

11:40 Publié dans Politique | Lien permanent | Commentaires (7) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

04/05/2010

La condamnation des "victimes" est elle la solution ?

Cela doit, sans doute, dérouter certains que je m'interroge sur cette réalité actuelle.

Mais avant tout, un démocrate épris de Justice veut que l'on prenne en compte la cause du problème et non les effets qui, en l'occurrence, sont les victimes de dogmes discriminatoires pour le sexe féminin, quelque soit, malheureusement, son âge.

La cause, c'est la conception politique de l'Islam et ses effets colatéraux attaquant, tous azimuts, nos sociétés démocratiques et laïques.

Le but, ce jour, n'est pas d'en dresser la liste, elle est partiellement connue car elle est en constante expansion.

Hier le Corriere de la serra, dans un article, annonçait :

500 € d'amende à une musulmane en burka

Elle s'était présentée dans un bureau de poste vêtue de la Burka.

Un arrêté municipal interdit ceci depuis le mois de janvier 2010.

Permettez-moi un parralèle avec la répression de la toxicomanie. Les consommateurs sont poursuivis et amendés. Mais la lutte efficace se mène contre les producteurs et trafiquants. Les peines de prison sont exemplaires.

C'est à ce niveau que notre "angélisme béat" permet, sans sanction, l'activisme de ceux, malgré notre accueil bienveillant, qui oeuvrent pour détruire nos valeurs laïques pour faire dominer la théocratie religieuse.

Mais pour nos élites actuelles, combattre les causes de ces attaques n'est pas du "politiquement correcte"

Alors ils se contentent de "mesurettes" à l'encontre de ces femmes, premières victimes de ces règles religieuses d'un autre Âge.

http://www.corriere.it/cronache/10_maggio_03/novara-donna...

La traduction de l'article ci-dessous

Lire la suite

10:47 Publié dans Politique | Lien permanent | Commentaires (0) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

03/05/2010

Nous avons été trompés sur "Schengen"

S'interroger, constater, déduire, proposer, intervenir.

Les accords de Schengen/Dublin, à l'usage, montrent la différence abyssale entre la théorie et la pratique.

Ci-dessous, quelques extraits des différentes explications et argumentations présentés lors de l'Assemblée des délégués de l'Union démocratique du centre le 1er mai 2010.

La résolution votée étayera les nombreuses interventions des Conseillers Nationaux UDC sur les dangers des accords de Schengen.

 

En adhérant aux accords de Schengen/Dublin, la Suisse a sacrifié un droit fondamental de chaque Etat souverain, à savoir le contrôle de son territoire et des entrées dans le pays. Pour couronner le tout, la Suisse a payé des centaines de millions de francs pour cet "avantage".

//

Des frontières extérieures sûres, une liberté de mouvement totale à l'intérieur. Voici le principe ô combien naïf qui a présidé à la mise en place de ce qui s'annonce comme un désastre sécuritaire sans précédent. L'idée est séduisante sur le papier, le problème, c'est que ça ne sert à rien d'avoir un solide grillage autour du poulailler si le renard est déjà dedans. C'est bien ce qui arrive aujourd'hui et les poules, c'est nous.

//

La faillite de Schengen est telle que Monica Bonfanti, Cheffe de la police genevoise s'est autorisée à admettre publiquement sur les ondes d'une radio locale que notre entrée dans cet espace constituait un outil de moins dans la répression de la délinquance. Ces propos ont naturellement déclenché la fureur des partisans de Schengen qui refusent de voir la réalité en face et s'insurgent donc logiquement contre le fait que la hiérarchie évoque les causes réelles de l'insécurité croissante.

//

Hélas pour eux, la base policière confirme ces propos. Voici ce qu'écrit le président de l'Union du Personnel du Corps de Police du canton de Genève sur son blog: "À travers sa réponse courageuse, en confirmant que Schengen n'arrange clairement pas les choses, Madame la Cheffe de la Police a mis à jour ce que nombreux pensent tout bas à la police et sur certains bancs du Parlement".

//

Avec Schengen désormais, les délinquants venus d'ailleurs sont ici chez eux. Nous nous sommes privés du moyen de les tenir à distance et ce n'est pas le système d'information Schengen qui changera quelque chose. L'outil est peut-être bon mais il n'est pas utilisé puisqu'il n'y a plus personne pour faire les contrôles. Pour rétablir la sécurité dans nos rues, le seul remède viendra de notre parti, c'est notre initiative pour l'expulsion des étrangers criminels. Puisque les criminels entrent sans problème, veillons au moins à ce qu'ils ne fassent pas long chez nous.


Résolution de l'UDC Suisse

La forte criminalité étrangère et la tendance à légaliser les "sans-papiers" sont les conséquences d'une immigration incontrôlée qui s'est renforcée depuis l'adhésion de la Suisse à l'accord de Schengen en 2008. Schengen compromet la sécurité intérieure de la Suisse: 14% des délinquants sont des touristes criminels et 4,4% sont des requérants d'asile. La part des étrangers au sein de la population carcérale en Suisse est de l'ordre de 70%. Obligée de reprendre constamment le nouveau droit Schengen, la Suisse perd sa souveraineté. Le coût de l'accord de Schengen pour la Suisse n'est pas de 7,4 millions de francs par an comme promis par le Conseil fédéral, mais de plus de 50 millions. Le gouvernement refuse de publier un décompte complet de toutes ces charges. Face à ces développements, l'assemblée des délégués de l'UDC Suisse du 1er mai 2010 exige que la Suisse récupère toute sa marge de manœuvre dans le domaine des étrangers et de l'asile. Elle adopte donc la résolution suivante:

  • L'assemblée des délégués de l'UDC Suisse demande un moratoire pour toutes les nouvelles adaptations de lois et dépenses supplémentaires liées à l'accord de Schengen jusqu'à ce qu'une analyse détaillée des conséquences de Schengen soit disponible (y compris un décompte de tous les coûts).
  • L'assemblée des délégués de l'UDC Suisse charge la direction du parti de présenter d'ici à l'automne prochain un bilan des conséquences de l'adhésion de la Suisse à l'accord de Schengen. En décembre 2010 deux années seront passées depuis l'adhésion à Schengen. Si les craintes concernant les graves défauts et conséquences négatives de cet accord pour la Suisse devaient se vérifier, la Suisse devra examiner les moyens de résilier cet accord.
  • Il est hors de question de légaliser l'illégalité. L'assemblée des délégués de l'UDC Suisse s'oppose aux tentatives de légaliser le statut des étrangers séjournant illégalement en Suisse. Toutes les actions politiques visant à légaliser lesdits "sans-papiers" (accès à la formation professionnelle, à l'assurance-maladie, etc.) sont à rejeter. Les éventuels projets de lois adoptés par les parlements devront être combattus si nécessaire par des référendums. De même toutes les actions entreprises actuellement par des autorités contre la législation sur les étrangers doivent être systématiquement poursuivies pénalement. L'UDC exige la possibilité pour les citoyens de payer leurs prélévements publics obligatoires sur un compte bloqué aussi longtemps que cette situation illégale perdure.
  • L'assemblée des délégués de l'UDC soutient pleinement l'initiative UDC sur le renvoi des étrangers criminels et rejette le contreprojet inapte qui lui a été opposé par le Conseil des Etats.

Assemblée des délégués de l'UDC Suisse du 1er mai 2010 à Näfels (GL)


10:30 Publié dans Politique | Lien permanent | Commentaires (0) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

30/04/2010

Une réaction qui ne manque pas de piquant !

20 gardes frontière mis sur la touche

L'insoutenable légèreté d'Isabelle Rochat

UDC-Genève, le 30 avril 2010
Le premier acte politique d'Isabelle Rochat aurait dû être de marquer sa différence d'avec son catastrophique prédécesseur socialiste, Laurent Moutinot, en renégociant le contrat de prestations conclu avec le Chef du Corps des gardes frontière. Pour fixer des objectifs de prestations aptes à compenser le terrible déficit surveillance du territoire qui a résulté du repli des gardes frontière sur l'aéroport où les contrôles renforcés de la frontière extérieure de l'espace Schengen ont absorbé plus du 50% de l'effectif des gardes frontière suisses autrefois actif sur la frontière cantonale. Avec d'autres cantons frontière, le Conseil d'Etat devait exiger de Berne de relancer le projet USIS, en privilégiant la variante canton, et la mise sur pied, comme en France, d'une police de l'immigration avec des structures de rétentions adaptées aux énormes besoins de Genève. Isabelle Rochat devait, au minimum, exiger de Berne l'attribution de gardes frontières expérimentés pour optimiser les contrôles encore possibles sur le territoire cantonal. Or, elle n'a rien fait de tout cela, comme l'affaire des 20 aspirants gardes frontières, mis sur la touche par Berne alors que la gendarmerie genevoise manque cruellement de renforts, vient le confirmer.

L'UDC a attendu en vain l'annonce d'une politique nouvelle susceptible de montrer qu'Isabelle Rochat n'était pas Laurent Moutinot. Pour toute réponse, une opération baptisée d'un nom d'opérette, Figaro, qui se limite à prétendre faire neuf avec du vieux. Le Conseil d'Etat n'a toujours pas de politique de sécurité.

Genève est un canton frontière, qui a perdu sa frontière lorsque Schengen a interdit à la Suisse de contrôler les personnes qui entrent par voie terrestre sur territoire. La frontière suisse est devenue une frontière « intérieure » de l'espace Schengen et les gardes frontière suisses se sont repliés sur l'aéroport de Genève où les contrôles se limitent aux personnes en provenance de l'extérieur de cet espace. Le territoire cantonal est ainsi abandonné aux cambrioleurs et autres criminels transfrontaliers qui peuvent agir à leur guise sans être sérieusement inquiétés par notre gendarmerie cantonale largement dépassée par les événements.

L'affaire des 20 aspirants gardes frontières, mis sur la touche par Berne alors que la gendarmerie genevoise manque cruellement de renforts, est là pour  rappeler l'inexistence d'une politique cantonale de la sécurité.


Informations :

Yves NIDEGGER, Conseiller national
Vice président UDC Genève
076 3824800

18:18 Publié dans Politique | Lien permanent | Commentaires (2) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

29/04/2010

Les intrigues du "Palais Police"

Tous les citoyens épris de nos institutions et de son corollaire indispensable, la sécurité, ne peuvent que s'émouvoir de la valse et des  "liquidations" des  cadres supérieurs de ce corps de Police tellement indispensable à notre "bien-vivre".

En peu de temps,  plusieurs Chefs de la Police, un départ "précipité" du précédent Commandant de la Gendarmerie , puis, après une nomination fracassante comme Chef de la Police Judiciaire, il y a deux ans, son nouveau titulaire démissionne avec en prime un  non-dit d'incapacité vu son remplacement immédiat...

Vous vous souvenez, il y a deux ans, cette guerre interne entre deux hommes revendiquant la fonction de Chef de la Police Judiciaire. Chacun ayant d'ailleurs de grandes qualités et quelques défauts, comme tout humain.

Le sauveur désigné venait du canton de Vaud et son curriculum vitae était  élogieux. Son arrivée a conduit à la suspension immédiate de son prédécesseur...

Il n'est pas incohérent de suspecter des "Intrigues de Palais", des clans qui s'affrontent. J'ai de la peine à croire, qu'en à peine deux ans, un haut cadre de cette envergure devienne un incapable notoire.

Est-ce faire preuve de cynisme en affirmant que nos amis vaudois analysent et comprennent mieux les faits et circonstances pour en tirer des conséquences efficaces ?

Deux exemples récents étayent ce propos :

  • L'affaire de la BCV menée au procès alors que nous en sommes toujours aux atermoiements pour les responsables de la BCG.
  • Récemment, les dissensions publiques entre le Chef de la Police vaudoise et le Commandant de la Gendarmerie vaudoise. Réponse du Conseil d'Etat vaudois par la mise à pied de ces deux hauts cadres...

 

Mais on me répondra que comparaison n'est pas raison.

 

10:32 Publié dans Politique | Lien permanent | Commentaires (0) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

27/04/2010

La veulerie politique assassine nos valeurs !

Le cortège des irresponsables "bien pensants" accrochés aux parjures du "politiquement correcte" nous conduit à l'obscurantisme !

Infrarouge reçoit, ce soir, un adepte de la lapidation.

Ce sont les propos tenus et transcrit dans un article d'hier du Matin.

Patriotes, démocrates, laïques, intervenez !

Sans vos réactions, notre majorité silencieuse sera notre sépulture

Ci-dessous, le communique des Jeunes-UDC du Valais romand.

Lire la suite

16:59 Publié dans Politique | Lien permanent | Commentaires (4) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

26/04/2010

Vers l’interdiction de la prostitution des mineures .

C'est le titre d'un article de ce jour. Il me semble que sur le fond de ce fléau, les citoyens soucieux de protéger notre jeunesse se rejoignent.

Sur la forme, il est dommageable pour cette grande cause, qu'un Conseiller National PDC l'utilise à des fins partisanes électoralistes.

La masse quotidienne d'informations reçues nous enlève, à deux ou trois semaines près, les actions précédentes et similaires entreprises.

L'Union Démocratique du Centre, n'a pas attendu le "scandale" de l'affaire du footballeur F.RIBERI pour intervenir en vue de combler les lacunes de notre code pénal suisse en matière de prostitution des mineures.

En janvier 2010, les députés UDC au Grand-Conseil de la Rébublique et canton de Genève ont déposé la Proposition de Résolution 601, visant à exercer le droit d'initiative cantonale pour une modification du code pénal suisse (punissabilité du recours à des prostitué-e-s de moins de 18 ans)

Dans sa séance du 28 janvier 2010, à 20h30, par 82 oui (unanimité des votants), la proposition de Résolution 601 est adoptée et envoyée à l'Assemblée fédérale.

Il est regrettable de lire dans cet article :

"Au niveau fédéral, c’est un Genevois, Luc Barthassat, qui porte le combat".

Car dans les faits, si M. Barthassat veut réellement résoudre ce fléau, il doit se rappeler que pour Genève, l'ensemble des partis réprésentés au Grand-Conseil ont voté et demandé la prise en compte de la résolution 601. La fanfaronnade permet, on le constate,  un article de presse. Mais pour un résultat concrêt, il faut une majorité au Parlement fédéral. Souhaitons que Monsieur Barthassat s'exprime aussi en faveur de la Résolution 601.

Ci-dessous, le texte de la proposition de résolution UDC 601 et le résultat du vote de notre Grand-Conseil.

Lire la suite

10:51 Publié dans Politique | Lien permanent | Commentaires (9) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

23/04/2010

Human Rights. Organisation crédible ?

Human Rights Watch s'oppose à l'interdiction générale du voile intégral.

C'est le titre d'un article de Romandie News diffusé hier.

Mercredi passé l'organisation Human Right Watch a exprimé, lors d'une conférance de presse, son opposition aux prochaines décisions de la Belgique et de la France d'interdire le port du voile INTEGRAL, BURKA,  toutes ces pièces vestimentaires qui ne comportent qu'une faible ouverture pour la vue de la femme amenée à les porter.

Quelque soit l'idée ou les principes sous-jaçants, il m'apparaît être du domaine de la cruauté d'imposer à un être humain pareille tenue !

Quand je lis les déductions des éminents édiles de cet organisme et les conclusions preuves qu'ils vous proposent, il me semble que nous entrons dans le "délire intellectuel"

Exagération ? Ci dessous, deux paragraphes extraits de leurs déclaration.

A vous de juger la crédibilité des propos et en définitive de cet organisme.

 

En outre, une telle législation "viole le droit fondamental à la liberté de religion, de conscience et de pensée, ainsi que le droit à l'autonomie personnelle", estime HRW.

Une interdiction totale est "incompatible avec la Convention européenne de sauvegarde des droits de l'homme" et probablement aussi la législation de l'UE contre les discrimination, selon Mme Sunderland.

 

L'article peut-être lu en cliquant sur ce lien :http://www.romandie.com/infos/news2/100421213809.dnn4tjpc.asp

09:27 Publié dans Politique | Lien permanent | Commentaires (0) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook