27/03/2012

Criminalité en augmentation, dérives conceptuelles de nos valeurs, à qui la faute ?

La démonstration se fait à nouveau que l'ensemble des médias oriente exclusivement  leurs publications pour le scoop sensationnel, même s'il est un outrage au bon sens.

La région de Toulouse vient de vivre des jours dramatiques, d'angoisse, de faits non coutumiers à notre mode de pensée.

Un fanatique criminel, endoctriné au delà du concevable par des prêcheurs de la haine implacable à l'encontre des populations judéo-chrétiennes  et de nos sociétés démocratiques et laïques a massacré, en plusieurs actes odieux, des victimes innocentes.

Rutli.jpg

 

 

Face à la légitime peur de la population, et avec des moyens appropriés les forces de l'ordre l'ont localisé, assiégé pour qu'il se rende.

 

Non, il voulait continuer à mépriser le monde occidental, a ouvert le feu sur les forces de l'ordre et a blessé plusieurs agents.

 

Après plus de trente heures de retranchement, il décide une sortie en force ouvrant le feu sur les forces de l'ordre. Dans cette action, il est abattu.

 

Quelques jours ont passé, les familles tentent de supporter le deuil face à l'inacceptable.

 

Mais ce deuil ces souffrances, ces morts n'intéressent plus le tirage, le scoop, le lucre du profit.

 

Aujourd'hui retournement de la situation, ce tueur devient une victime !

 

Après les sempiternelles récriminations : c'est la faute à la police ;

 

Son père vivant en Algérie dépose plainte contre la France pour avoir tué son fils !

 

Lisez l'article, c'est à pleurer.  (Clic)

 

Ne pensez vous pas que ce sont ces dérives incompréhensibles qui encouragent et favorisent d'autres actes ignobles ?

Où situez-vous la dissuasion si nos médias, quelques jours après l'horreur, soutiennent pratiquement les criminels.

Cette mansuétude inconsciente n'est elle pas aussi la cause de notre criminalité locale galopante ?

Ces dérives sont issues de vos choix politiques.

Comme on dit :  « A vous de voir »

 

 

 

09:57 Publié dans Politique | Lien permanent | Commentaires (3) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

15/03/2012

Honte à nos médias locaux. Honte aux pays musulmans.

Deux poids, deux mesures dans l'information.

La suite de ce blog est la démonstration des errements du politiquement correct.

Le candidat MCG à l'élection au Conseil d'Etat de juin prochain écrit un blog certes salace et croustillant sur les moeurs d'un autre candidat concurrent et c'est le tollé.

Il est homophobe et ne doit pas être élu.

 

Puis, une fois de plus, en fouillant les médias étrangers, vous apprenez qu'à GENEVE, le 7 mars, lors d'une séance au Conseil des droits de l'homme, les pays membres de l'Organisation de coopération islamique ont créé un débat houleux et ont quitté la salle.

 

musulmansonu.png

 

 

Le débat traitait des violences contre les homosexuels et sur la reconnaissance des droits des homosexuels et transgenres !

 

Voici une déclaration importante d'un représentant musulman : l'homosexualité n'est pas couverte par les accords internationaux sur les droits de l'Homme.

Rappelons que fin 2010, Les pays musulmans avaient réussi à obtenir de l'Assemblée générale des Nations Unies la suppression de l'article spécifique sur la mise à mort des homosexuels, d'un texte de résolution condamnant les exécutions sommaires et extrajudiciaires.

Cela aurait du faire la « une » de nos TG, 20 minutes, Le Matin, j'en passe et des meilleurs. Avez-vous lu ou entendu quoi que ce soit ?

Voilà comment ces gens façonnent votre opinion.

Nous sommes trompés à longueur de journée...

L'article du Monde à ce sujet

 

 

15:52 Publié dans Politique | Lien permanent | Commentaires (2) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

14/03/2012

Les genevois remercient Céline

Je ne peux que remercier notre Conseillère Nartionale et le groupe UDC aux Chambres fédérales de prendre en compte et d'intervenir auprès du Conseil Fédéral en vue de soutenir M. Gruson des HUG dans ses décisions d'équilibre la proportion de cadres suisses et frontaliers dans son administration.

Euro.jpeg

Ce communiqué de l'UDC Suisse est plus qu'éloquent :


Gruson attaqué par le Conseil fédéral: L'UDC monte au front !

M. Gruson, directeur général des Hôpitaux universitaires de Genève, vient d'être injustement blâmé pour avoir ôsé rompre avec la triste tradition des autorités genevoises consistant à favoriser systématiquement  les frontaliers au détriment des chômeurs genevois.

Si l'accord sur la libre circulation des personnes, que l'UDC-Genève a toujours combattu, donne malheureusement à tous les ressortissants de l'Union européenne le même droit qu'aux Suisses d'occuper un emploi en Suisse, il ne leur donne en revanche pas, et fort heureusement, celui d'avoir la priorité de l'emploi sur les Suisses ! Or c'est bien de cela qu'il s'agit  aux HUG où les frontaliers qui sont surreprésentés parmi les cadres de l'établissement en raison de la politique suivie jusqu'ici par la direction, préfèrent engager encore plus de frontaliers plutôt que de donner du travail aux chômeurs Suisses. Contrairement à ce qu'a prentendu faussement Monsieur Schneider-Amann, la direction des HUG ne viole pas le traité sur la libre circulation en reconnaissant son erreur mais elle l'applique de manière conséquente en faisant cesser l'injustifiable discrimination à l'embauche en défaveur des demandeurs d'emploi suisses qui a prévalu jusqu'ici.

La motion déposée ce jour par Céline Amaudruz charge le Conseil Fédéral de veiller enfin à la réciprocité des accords, au besoin en imposant des mesures de rétorsion aux ressortissants étrangers tant que les chômeurs genevois n'accèdent pas librement aux emplois français, notamment de cadres des adminsitrations.



Pour tous renseignements:

Céline Amaudruz, Présidente et conseillère nationale, 079 / 874 83 97

Yves Nidegger, conseiller national, 076 382 48 00

 

Et puis n'oubliez pas de signer :

 

Cul Bus_3 final.jpg

 

Le clic pour l'obtenir, notre initiative

17:17 Publié dans Politique | Lien permanent | Commentaires (2) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

09/03/2012

Genève demain, Pékin hier…

Semaine de l'ouverture du Salon de l'Auto.

Magnifique pavillon dédié à la voiture électrique

Peugeot-VelV.jpg

Engouement de notre Présidente de la Confédération pour ces voitures merveilles de technologie et d'innovations.

 

Secteur d'activité économique non négligeable pour Genève, notre pays avec ses milliers d'emplois.

 

 

Mais quid de l’automobile pour l’avenir de Genève ?

PekVel83212afd2.jpg

Une force politique, non négligeable, mais fanatiquement nostalgique du passé rêve d'une Genève à l'image de Pékin d'hier.

 

540672-voitures-.jpg

 

 

 

La fin justifiant les moyens ce mouvement politique nous condamne aux embouteillages.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Et pourtant, une traversée de la rade nous permettrait justement de ne pas y rester « en rade ».

Savez-vous qu’une initiative est lancée à ce sujet ?

 

 

AffTravRadeUDC.jpg

 

OUI, alors merci de la signer, un clic et vous l'obtenez

C'est aussi une solution pour nous rendre la vie plus agréable.

 

 



 

09:59 Publié dans Politique | Lien permanent | Commentaires (2) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

05/03/2012

C’est mon ami et c’est mon maître

Je ne peux qu'emprunter ces quelques mots du texte de la chanson de Serge Lama pour te remercier Soli de ces quelques années politiques partagées avec toi, tout d'abord au comité central puis au comité directeur de l'UDC dans lequel tu étais notre Président.

 

3 dossiers UDC octobre 2009 025.jpg

 

 

Grandeur distante, amitiés profondes, solitude recherchée, désarçonnaient souvent ceux qui te côtoyaient mais cimentaient également les liens tissés entre nous.

Ton exemple, ton expérience, ta vision politique ont permis à beaucoup de se sentir à l'aise dans cette « droite de valeurs » que tu aimais et dont tes arguments pourfendaient ceux qui nous traitaient d'extrémistes, voire plus.

J'implore tous ceux qui m'aiment d'aimer ma solitude

Cette phrase de  Rainer Maria Rilke m'a permis de mieux te comprendre et, puisque tu pars, permet moi de te proposer  cet extrait tiré du livre de la pauvreté et de la mort du même auteur :

 

Fais, Seigneur, qu'un homme soit saint et grand

et donne lui une nuit profonde, infinie,

où il ira plus loin qu'on ait jamais été ;

donne -lui une nuit où tout s'épanouisse,

et que cette nuit soit odorante comme des glycines,

et légère comme le souffle des vents,

et joyeuse comme Josaphat.

 

Fais qu'il parvienne enfin à la maturité,

qu'il soit si vaste que l'univers suffise à peine à le vêtir ;

et permet lui aussi d'être aussi seul qu'une étoile

pour qu'un regard ne vienne le surprendre

à l'heure où son visage change, bouleversé.

 

 

A sa famille, à ses proches, je présente mes sincères condoléances.

 

Lire la suite

01:06 Publié dans Politique | Lien permanent | Commentaires (0) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

03/03/2012

Certains enseignants croient-ils encore en leur mission ?

 

OUiEcole.jpg

 

 

Dans le cadre de la campagne contre le mercredi matin, il est pour le moins inquiétant de voir certains enseignants promouvoir la culture des loisirs, présentant l'école comme le bagne. Comme il est piquant de les entendre dire que le mercredi matin sert à corriger les copies ou à préparer les cours. Dans les autres cantons, où l'on a école le mercredi matin, les enseignants trouvent également le temps de corriger les copies ou préparer les leçons à venir.

 

Il n'est pas inutile de rappeler que depuis la suppression du samedi matin, il y a une quinzaine d'années, les élèves - tout comme leurs enseignants - travaillent moins ! Et cela s'en ressent sur le niveau de l'enseignement. Il est donc temps de redresser la barre, n'en déplaise à certains partisans du mercredi matin chômé.

 

Lire la suite

10:29 Publié dans Politique | Lien permanent | Commentaires (6) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

17/02/2012

Nos « gai » incohérences !

Qu'ai je écrit, parler de l'homosexualité, pour un homme politique UDC, est un suicide politique programmé.

Goethe disait :  « Je préfère une vérité nuisible à une erreur utile : la vérité guérit le mal qu'elle a pu causer. »

Cette préférence de « vérité nuisible » n'est pas dirigée contre l'homosexualité mais contre nos édiles politiques et médiatiques.

humanrightscouncil.jpg

Les (anciennes) lenteurs de notre Grand-Conseil permettent, pour une fois de commenter l'actualité.

La Commission des droits de l'homme de notre Grand-Conseil traite ces temps (certains diraient enfin vu que le texte a été déposé ne 20 avril 2004) la Pétition 1474 en faveur de la défense des droits des homosexuel-le-s.

(un clic pour ceux qui veulent la lire)

 

On peut adhérer ou pas aux demandes, les sensibilités politiques humanistes en feront de belles envolées verbales.

 

Mais, dans le même temps,  c'est le propos de ce blog, silence complet de ces mêmes sensibilités humanistes genevoises sur un cas grave de négationnisme des droits des homosexuels.

 

Selon un article de FoxNews du 13.2.2012 (recours à la presse étrangère pour savoir ce qu'il se passe chez nous) à Genève, au Conseil des droits de l'homme de l'ONU, le nouveau représentant du gouvernement de la Libye, vous savez ces "braves gens" issus du printemps arabe, a déclaré :


"les homosexuels menacent la reproduction de la race humaine"

le clic pour lire

 

Evidemment, comme l'Islam condamne et exécute les homosexuels...

Il semblerait « équitable » que de temps à autres, nos humanistes béats montent aux barricades et réclament, avec indignation, le renvoi immédiat de ce genre de personnage.

 

Je termine avec cette citation de Paul Carbone :

« Vous détenez la vérité ? Gardez-la. »

 

 

 

14:43 Publié dans Politique | Lien permanent | Commentaires (1) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

16/02/2012

Roms : déclaration socialiste « exemplaire » !

Rassurez-vous, je ne vais pas maltraiter mes honorables adversaires politiques suisses, quoi que...

Mon attention a été émue et surprise de lire, dans le journal Libération, l'affirmation du candidat socialiste à l'élection présidentielle française, expliquée sur la chaine TV canal+ dimanche passé.

Elle est trop belle pour la résumer et je vous la livre :

 

RomsLib.jpeg

« Propos de François Hollande, dimanche sur Canal+, préconisant «d'organiser une solution» pour les Roms en France en créant «des camps» pour éviter que «ces populations ne s'installent n'importe où».

 

«L'origine du mal, c'est-à-dire de cette circulation d'une population qui n'est acceptée nulle part et qui vit dans des conditions indignes, c'est de ne pas avoir fixé une règle européenne pour (la) garder là où elle doit vivre, en Roumanie», a déclaré le candidat PS. Il faut donc «des règles européennes pour éviter que nous reconnaissions cette circulation encore et encore, et ensuite qu'il y ait des camps qui puissent être ceux de notre propre décision, c'est-à-dire éviter que ces populations ne s'installent n'importe où», a ajouté le candidat PS.

 

«Comment voulez-vous que les riverains puissent accepter que, à côté de chez eux, il y ait ainsi un foyer qui s'installe ?», a demandé le député de Corrèze au sujet des campements illégaux de Roms. Il a prôné qu'«on organise une solution» jugeant que «c'est à l'Etat de le faire» car les collectivités locales ne peuvent «assumer seules une telle responsabilité».

Un clic pour lire l'article

 

Je ne peux m'empêcher d'essayer d'imaginer, le tollé, l'indignation voire les demandes de démission immédiate qu'auraient suscités, dans notre environnement suisse médiatiquement et politiquement correcte, ces propos prononcés par un représentant politique de l'UDC...

 

Et si nous quittions la polémique dans l'esprit de nous interroger, lors de campagnes électorales, sur l'obligation qu'ont les « prétendants » à un mandat, de décrire et proposer des solutions visant à améliorer la qualité de vie des citoyens autochtones ?

 

D'avance, je me délecte des éventuelles propositions en la matière que notre « gôche » genevoise présentera lors de la campagne pour les élections au Grand-Conseil en 2013 (ou 2014 si le souverain accepte la nouvelle Constitution).

 

 

 

11:13 Publié dans Politique | Lien permanent | Commentaires (1) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

26/01/2012

Genève tolérante ? Que la Honte nous submerge !

Certaines actions peu spectaculaires, dont le symbolisme de paix et tolérance est si manifeste, méritent que nous nous penchions sur les volontés, à mon sens délibérées, de les ignorer.

Parlons et diffusons la volonté d'ouverture et de tolérance exprimée par la Cathédrale de Lausanne et son comité, monument appartenant à l'Eglise protestante mais ouvrant ses portes aux autres communautés chrétiennes.

Le dimanche 5 février à 18h00, la communauté maronite suisse pourra célébrer une messe, selon sa liturgie, en la Cathédrale de Lausanne.

ChrétiensOrient.jpg

Les chrétiens orientaux, vous savez, ceux qu'on aimerait oublier, ceux dont le politiquement correct rechigne à admettre qu'ils subissent au quotidien des persécutions criminelles en raison de leur foi. Foi et traditions, pour certaines, plus anciennes que le catholicisme et encore bien plus anciennes que l'Islam.

A quand une action similaire en notre Cathédrale de Genève ?

Sommes nous donc si soumis au pseudo politiques islamistes et à leurs mouvements terroristes que notre « ouverture » se borne à recevoir et médiatiser uniquement ceux qui agissent pour la destruction programmée de notre civilisation judéo-chrétienne ?

Prenez le temps de lire le message ci-dessous qu'un chrétien maronite suisse adresse à sa communauté.

Certains seraient bien inspirés de s'en rapprocher.

 

Chers ami(e)s et connaissances,

Le 5 février prochain, à 18 :00, la communauté maronite de Suisse, à laquelle j'appartiens par naissance, est invitée à célébrer un « culte » à la cathédrale de Lausanne, et pourtant cette dernière appartient à l'Eglise protestante, et l'église maronite est d'obédience catholique. Depuis quelques années déjà, la cathédrale de Lausanne ouvre ses portes aux autres communautés chrétiennes, une 1ère mondiale gravée dans l'esprit des pierres qui constituent ce bel édifice, à ma connaissance, l'un des plus beaux édifices gothiques d'Europe, dont les vitraux de la Rose du XIIIème siècle sont intégralement préservés. Gravée dans la pierre, oui. Son inauguration en 1275 n'avait-elle pas vu le pape Grégoire X et l'empereur Rodolphe de Habsbourg s'y réunir et se réconcilier!

Actuellement, elle est le seul bâtiment religieux de cette importance ouvert à toutes les confessions chrétiennes. Cela traduit un souffle nouveau de tolérance et de fraternité, un souffle bien chrétien d'ailleurs. Jésus, n'avait-il pas prié pour que nous soyons tous un !

Qui mieux que les maronites incarne cet esprit de tolérance et de fraternité ! N'étions-nous pas la seule église pendant des siècles à avoir gardé l'union avec l'Occident ! Par ailleurs, n'avions nous renoncé à l'araméen, langue de nos grand parents, pour prier dans la langue du conquérant, donnant ainsi plus de valeur à l'esprit qu'à la lettre !

Dans ma jeunesse, je ne cessais pas de répéter : « Si l'humanité venait à perdre toutes ses créations culturelles, et il n'en restait que la musique, elle n'aurait pas perdu grande chose ». Le jour où, je suis entré dans la cathédrale de Lausanne pour la 1ère fois, je me suis exclamé : « Ah non, ce sera un très grand dommage » ! Depuis, mon vocabulaire de valeurs n'a pas arrêté de s'enrichir.

Et nous voilà aujourd'hui, 44 ans après, invités à prier ensemble, en musique dans cette belle enceinte. Je dis ensemble, car seul, -moi qui chaque fois qu'une occasion se présentait, je priais même dans des mosquées-, je n'ai pas attendu cette invitation pour le faire.

En y priant en tant que maronite, et y utilisant l'araméen, langue de Jésus certes, mais avant tout langue de mes aïeux, morte aujourd'hui mais langue vivante et internationale, il y a 2'000 ans, parlée de la vallée du Nil jusqu'à la frontière de l'Inde, -d'ailleurs, vous le savez sûrement : 10 à 15 millions de Chrétiens indiens prient toujours en araméen- nous témoignons de notre enracinement plusieurs fois millénaire dans un Proche Orient où nous devenons comme une peu de chagrin.

Et en y priant en arabe, langue du conquérant, adoptée en 1736 comme 2ème langue liturgique, nous témoignons de notre esprit de tolérance et d'ouverture, de notre attachement à l'esprit qui souffle et non à la lettre qui tue -n'oubliez pas que Jésus nous avait enseigné le « Notre Père » directement en araméen- et pourtant c'est en français que nous aurons la joie de la partager avec vous, en toute fraternité chrétienne et universelle, témoignant ainsi de notre attachement au respect de l'autre et de notre ouverture à lui, fût-ce au détriment de la langue de nos aïeux.

Mais nous voudrions témoigner ainsi aussi de notre détermination à vouloir toujours exprimer notre foi tout librement, sans peur et sans complexe. Nous sommes encore une quinzaine de millions de chrétiens dans ce Proche Orient, toutes confessions confondues. Nous ne demandons qu'une seule chose, que notre citoyenneté soit reconnue pleinement. Nous avons assez d'être considérés, dans le meilleur des cas, comme Dhimmis, des citoyens de second degré, pour ne pas parler de violence et de persécution délibérées, que nous subissons au quotidien.

Pour cela, nous avons besoin de vous, vous qui croyez à liberté de choisir sa foi et à la liberté de l'exprimer, que vous soyez chrétiens ou pas. Nous avons besoin de votre compréhension, solidarité et soutien.

Sans devoir oublier vos chiens et chats, les pandas et les tortues, les dauphins et les requins, les jaguars et les éléphants, de grâce, ne nous oubliez pas non plus ! Faute de quoi, notre existence est en danger, et dans un avenir plus proche que vous le pensiez, la vôtre aussi. Le printemps arabe n'a vu pousser jusqu'à maintenant que épines et orties.

 

09:32 Publié dans Politique | Lien permanent | Commentaires (4) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

19/01/2012

Crise à Genève ? Bonne question sans réponse !

Actualité genevoise désastreuse, annonces de solutions miracles, tout le monde y va de son couplet.

Notre TV locale et son émission « Genève à chaud » ont  traité l'aspect politique prospectif :

oligarchie1-240x300.jpgQuels sont les changements souhaitables...

 

- Elections à deux tours (pour diminuer le copinage)...

- Un Président de gouvernement élu pour tout le mandat...

- Adhésion immédiate à l'UE pour raisonner région franco Valdo genevoise...

 

Pourquoi pas, on prend les mêmes et on redistribue le jeu différemment.

 

Mais une fois de plus, on dissèque sur la forme et on évite surtout de parler du fond, des  mauvaises décisions prises que l'on prétend pérennes, intouchables.

 

Le temps est un juge implacable. Certains osent remettre en question des perspectives devenant dangereuse pour l'avenir de nos contrées.

 

Par exemple, l'Institut de Géopolitique des Populations tient prochainement un colloque sur le thème :

« Peut-on raisonnablement calculer le coût de l'immigration ? »

Je vous livre un fragment de l'exposé des motifs :

« Voilà 7 ans, l'Institut de Géopolitique des Populations avait organisé un premier colloque sur le thème « Immigration/intégration : un essai d'évaluation des coûts économiques et financiers » dont les actes ont été publiés la même année aux éditions de l'Harmattan.

Mais, depuis lors, un certain nombre de travaux sont parus sous la plume de chercheurs plus ou moins qualifiés, travaillant avec des sources et selon des méthodes différentes. Ces travaux ont débouché sur des résultats très discordants.

II convenait de s'efforcer d'y voir clair, et cela d'autant plus qu'entretemps, les flux migratoires se sont poursuivis à un niveau très élevé pratiquement inchangé.

En outre, les temps ne sont plus les mêmes. A l'époque de notre premier colloque, la France, toujours généreuse, connaissant une prospérité, relative certes, mais bien réelle. Aujourd'hui, ce n'est plus le cas, avec la crise. Dès lors se pose le problème du financement d'une immigration largement à caractère humanitaire et forcément coûteuse, dans le contexte d'une économie en quasi-stagnation, d'un chômage proche de 10 %, d'un déficit budgétaire aggravé et d'un endettement colossal. Une nouvelle réflexion sur les coûts de l'immigration s'imposait donc, d'une part pour affiner notre analyse et, d'autre part, pour la compléter. »

 

Sujet, parmi d'autres, étudié et ayant fait l'objet de proposions, notamment de l'UDC.

Mais en période de « vaches grasses » le politiquement correct a pu propager ses dénigrements étayés par les principes angéliques de la désinformation bien pensante.

Face à ces crises graves et à ces temps de « vaches maigres » pour la majorité d'entre nous, la question que vous devriez vous poser :

Vais-je continuer à me laisser berner par les fadaises du politiquement correct ?

 

Lire la suite

23:21 Publié dans Politique | Lien permanent | Commentaires (1) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

07/01/2012

Délit d’initié impuni à la Banque Nationale Suisse.

Plusieurs jours de tromperies médiatiques générales (TV, radios, presses) au sujet du directeur de la BNS.

Désinformations systématiques par l'exploitation incongrue mais alors relayée avec force détails de l'idée que c'était un nouveau mauvais coup porté au noble directeur de la BNS par l'UDC et le Conseiller National C. BLOCHER.

Illusion fallacieuse entretenue par Madame la Présidente de la Confédération dans son article de ce jour dans la TG : http://www.tdg.ch/suisse/Eveline-WidmerSchlumpf-contre-un...

Face à cet hallali général incomplet dans le détail mais très orienté anti UDC, j'avoue avoir ressenti un début de doute sur la pertinence de la démarche entreprise par mon parti.

Puis ce jour, à 12h33, je remarque une manchette de la Presse française :

Scandale à la Banque Nationale Suisse.

philipp-hilderbrand-banque-nationale-suisse-474234-jpg_321550.JPG

Changement de pays,  les médias ne sont plus au service des mêmes petits-copains. La hargne gauloise contre nos banques et institutions financières faisant le reste, nous avons droit à un article sans complaisance, d'un correspondant genevois, mais déballant moult détails croustillants et accablants que l'on nous a, il me semble soigneusement cachés.

L'extrait ci-dessous mérite votre attention :

Le 15 août 2011, Kashya Hildebrand achète pour 504 000 dollars de devises. La monnaie américaine est alors au plus bas. Le 6 septembre, la Banque nationale suisse décide d'arrimer le taux du franc suisse à celui de l'euro, 1,20 franc suisse pour 1 euro. Aussitôt, le dollar grimpe. Résultat, Kashya réalise un joli bénéfice. Seul problème, c'est son mari, Philipp Hildebrand, à la tête de la Banque nationale suisse (BNS), qui a pris cette mesure ! Dans tout autre pays, ce délit d'initié aurait balayé le gardien de la monnaie. Mais pas en Suisse. Jeudi, Philipp Hildebrand, soutenu par le Conseil fédéral (gouvernement) et par la BNS, a annoncé qu'il ne démissionnerait pas.

Et pour ceux dont la curiosité est un bon défaut : le solde en un clic.

 

Merci M. S. BUTLER de votre citation :

« L'honnêteté ne consiste pas à ne jamais voler, mais à savoir jusqu'à quel point on peut voler, et comment faire bon usage de ce qu'on vole. »

 

Dissimuler une faute grave, voire pénale, derrière une campagne anti UDC nationale ne doit cependant pas nous tromper sur la gravité de la situation.

La majorité des citoyens ne se laisse pas duper. J'en veux pour exemple le sondage de ce jour de notre TG :

Le patron de la BNS Philipp Hildebrand doit-il démissionner?

54,6 % répondent par OUI.

 

Je termine par ces excellents mots :

« La moralité est faite pour les pauvres. Pour les mieux tenir. »

Christine Arnothy

 

 

 

 

 

 

 

 

15:34 Publié dans Politique | Lien permanent | Commentaires (4) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

23/12/2011

Le « remake » HESSEL des indignés. Dangereux ?

Notre TG nous indique qu'après la tempête Joachim et la neige, le camp des Bastions est bien désert.

Cependant, on nous assure qu'une nouvelle implantation agrandie va voir le jour...

Mais cet appel à s'indigner peut être dangereux car il n'est pas une première !

A la fin du 19ème siècle, des intellectuels bien plus prestigieux que M. Hessel ont lancé la révolution bolchévique avec le même vocable !

« Au 19ème siècle, Karl Marx et Friedrich Engels appelaient dans leur Manifeste Communiste à «s'indigner» du sort, effectivement peu enviable, des ouvriers et appelaient la classe ouvrière à se mobiliser sous la direction du Parti Communiste afin de réaliser la Révolution qui portera le prolétariat au pouvoir. Le monde allait changer de face après avoir, du passé, fait table rase.

 

Hessel.jpg

 

Hessel et son "amie" Leila Shahid, petite-nièce du Grand Mufti de Jérusalem Al-Husseini...

 

Un détail de ce Manifeste avait cependant échappé à la vigilance de la plupart des lecteurs : La Révolution victorieuse mobilisera les ouvriers en armée du travail qui, sans égard pour leur vie privée et affective, les enverra travailler selon les besoins de la Révolution sur n'importe quel point du territoire, fut-il très éloigné. Nul n'a réalisé que les travailleurs seront de ce fait beaucoup moins libres et plus malheureux que sous le régime capitaliste, nul n'aurait cru que cette clause portait en germe le goulag et aussi, pour créer l'Homme nouveau, les exterminations par dizaines de millions d'êtres humains en URSS, en Chine, au Viet-Nâm, au Cambodge, en Corée du Nord et, durant quelques années, en Afrique.

Au 20ème siècle, le romancier britannique George Orwell décrivait dans son roman «1984» une société totalitaire issue d'une révolution reposant sur l'inversion des valeurs et la perversion du sens, gouvernée de main ferme par Big Brother qui, une fois par an, appelle la population soumise et étroitement surveillée, à «s'indigner» contre un mystérieux opposant ennemi du peuple nommé Goldstein : cette «fête» est appelée «Journée de la Haine».

Mais l'indignation est avant tout un réflexe que les candidats dictateurs préfèrent développer chez leurs sujets, plutôt que la réflexion, celle-ci développant l'esprit critique, chose que les autocrates détestent au plus haut point.

Alors l'«Indignez-vous» de Hessel, c'est aussi à la mode de nos jours et comporte le même taux d'imposture que l'appel de Stockholm lancé naguère par les Staliniens fondateurs du Mouvement de la Paix  sous l'emblème de la colombe de Picasso, que tant d'idiots utiles signaient et faisaient signer («si tu ne signes pas, c'est que tu veux la guerre !» disait-on). Les gogos d'hier vieillissent ou sont déjà morts, des nouveaux gogos, plus jeunes les relaient. La vie et la mort continuent ainsi. Avec ou sans Stéphane Hessel.

 

Ces quelques paragraphes sont extrait d'un article lu sur l'excellent site, liberty vox

 

Quelques uns « s'indigneront » qu'en ce jour de veille de Noël, je n'écrive pas des mots plus paisibles et réconfortants.

La raison est simple, nous allons (je pense aux chrétiens), revivre, durant ces quelques jours, le plaisir de nos traditions millénaires et c'est très bien. Mais le politiquement correct déteste vous rappeler les moments de l'histoire qui ne cadrent plus avec ses péroraisons et ceci, il est aussi nécessaire de le dire.

Joyeuses Fêtes de Noël à tous.

 

 

11:20 Publié dans Politique | Lien permanent | Commentaires (6) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

19/12/2011

L’attrape-nigaud médiatique de gauche. Votre désinformation au quotidien !

 

Lorsque vous avez l'outrecuidance de critiquer et dénoncer l'attitude quasi générale des médias à ne défendre, expliquer, propager des politiques uniquement orientée à gauche, on vous répond que l'information est si dense et diversifiée qu'il est impossible de tout publier.

Si vous insistez un peu trop sur l'information par trop monocolore publiée, vous subissez l'attaque « imparable » : « vous, les politiciens de droites, ne respectez pas « l'indépendance des Médias » et vous agissez, intervenez  pour le brimer.

PMauroy.jpg

Il ne me reste plus, pour la semaine dernière, à vous mentionner deux exemples édifiants :

Le premier :

Nos médias locaux n'ont pu s'empêcher de nous informer de la condamnation de l'ancien Président de la République Française, condamnation à deux ans assortis du sursis pour "abus de confiance", "détournements de fonds publics" et "prise illégale d'intérêt".

Quelle saveur ! Un Président de droite condamné...

Mais pourquoi, ce silence orienté de nos médias alors que le même jour, l'ancien Premier Ministre du Président socialiste Mitterand , Monsieur Pierre Mauroy, a vu sa peine confirmée et même aggravée dans une affaire d'emploi fictif...

Information du Figaro.

Le deuxième :

Une « feuille de chou » locale, à l'agonie depuis plus d'une année est à la veille de sa disparition, je parle de la « Basler Zeitung ». Un groupe d'investisseurs, malgré cette situation, rachète le quotidien et son imprimerie. Les emplois locaux sont sauvés et la voracité d'un grand groupe alémanique de presse est contrée.

picBaZBaselbiet-253x190.jpg

Stupéfaction et scandale dans les chaumières : l'UDC et Blocher seraient « les comploteurs » de cette prise de pouvoir...

Prenez la peine d'observer qu'il n'y a que la gauche politique et médiatique qui en fait en scoop ! L'argument massif annoncé :  mille abonnés (de gauche)  résilient leur abonnement.

Comment expliquer sinon qu'on demande à la Basler Zeitung de fournir des justifications qu'on ne demande à aucun autre journal?

Qui d'entre vous sait qui possède la tribune de Genève, le 24Heures, le Matin ou autre Liberté? Personne. Et est-ce que cela vous empêche de lire le torchon (ou même de vous abstenir si vous trouvez le niveau misérable)? Bien sûr que non!

Ainsi donc, cette gauche qui essaie à tout bout de champ de faire croire qu'elle lutte pour le travailleur est prise en flagrant délit de soutien à la délocalisation. Il est si important pour ces gens que les journaux contribuent à lobotomiser le lecteur moyen (ben oui, sans ça le PS et les Verts sont morts...) qu'ils veulent bien renier tous leurs prétendus idéaux pour que ça continue. Alors vous pensez bien que sauver quelques emplois à Bâle, c'est le dernier de leur souci.

(Lu sur le site : fouthaise.com :)

A bon entendeur !

 

 

19:57 Publié dans Politique | Lien permanent | Commentaires (7) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

14/12/2011

"Le fric pour le fric, le reste je m'en fous"

"Certains politiques pensent qu'en donnant du temps au temps il est possible d'éliminer les problèmes pouvant apparaître dans les comptes des corporations de droit public, en transférant sur des exercices futurs (plusieurs méthodes connues) certaines pertes ou autres conséquences dommageables d'erreurs actuelles ou passées de gestion, en espérant que des profits futurs (qui appartiennent aux générations futures !!!)  permettront de couvrir, sans vagues apparentes, au mépris de certaines règles comptables reconnues et finalement en catimini, lesdites erreurs. Cela peut "marcher", mais il ne faut jamais oublier qu'en matière financière il est fréquent que le temps rattrape le temps ; il est tout aussi fréquent, malheureusement, que lorsque cela se produit les auteurs des erreurs passées constatées sont hors d'atteinte, surtout s'il s'agit de responsables politiques".

Très actuel ce texte. Non ?

Il s'agit d'un extrait de la lettre envoyée, par un citoyen,  le 18 novembre 1995 au Conseil d'Etat. Seize ans se sont écoulés et avant les grèves des fonctionnaires suivies de la session du Grand-Conseil sur le budget 2012.

 

le-discours-sur-l-union-europeenne-d-angela.jpg

 

Provocateur,  le titre se rapporte surtout aux principes du « Capitalisme anglo-saxon » dont les conséquences  actuelles constatées sont , entre autre, un enrichissement scandaleux d'une élite plus que minoritaire , l'omnipotence des « marchés financiers », un appauvrissement dramatique de tous  y compris ce que l'on nomme la classe moyenne.

Mondialisation libérale sans foi ni loi, spéculation outrancière ne visant que le profit du « fric pour le fric » et, aussi pour notre pays, des délocalisations d'entreprises  vers des pays à bas coût de main d'œuvre, toujours pour la seule motivation d'augmenter le profit. Quant à ceux qui subissent, chômage, misère sont programmées.

Pas de fausse joie, je n'entends pas, et de loin, encenser le communisme et sa résultante de médiocrité instituée pour assouvir les aspirations d'opportunistes nuls sur tous les plans sauf sur celui de l'idéologie.

Car il y a d'autres voies à suivre pour vivre épanoui dans une société sous l'égide d'un système capitaliste, favorisant l'homme, la région, son essor social et économique, son agriculture locale, bref une conception agrarienne de notre mode de vie

Jusqu'au début des années 90, un courant capitalise majoritaire se nommait : «  Le capitalisme Rhénan ».  Quelques mots d'économistes :

« Ainsi, les distinctions opérées, à juste titre il y a dix ans, par certains économistes entre capitalisme rhénan et capitalisme anglo-saxon semblent aujourd'hui en voie de disparition. Est-ce un effet de la mondialisation ? L'hypothèse n'est sans doute pas inexacte et conduit à s'interroger sur la place faite désormais à l'homme, travailleur et salarié. En effet, le lustre du capitalisme rhénan tient largement à la volonté qui fut toujours la sienne d'intégrer le monde du travail à une organisation économique fondée sur le capital et le marché, et de construire, par l'économie sociale de marché, un système conciliant la vision sociale et l'efficacité de l'économie libérale. C'est ce qui a fait, pendant longtemps, la force de l'économie allemande. L'avoir oublié explique pour partie ses difficultés présentes. »

VieuPionccio.jpg

 

Les « Pinocchio gourous » du politiquement correct actuel semblent cependant toujours vous séduire et emporter la majorité de vos suffrages.


Vous refusez d'agir sur les causes mais hurlez à la grève quand les conséquences de leurs inepties vous frappent de plein fouet...


Assumez et trinquez !  Vous en avez pour quatre ans minimum....

 

 

Pour les intéressés, le capitalisme rhénan :


 

 

 

Lire la suite

14:36 Publié dans Politique | Lien permanent | Commentaires (0) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

02/12/2011

La dette publique, faux coupable ?

Rassurez-vous, il n'y a aucune prétention dans cet article d'énoncer une nouvelle théorie d'expert autoproclamé en économie.

Non, le propos est une analyse critique d'historiens sur les soubresauts économiques de l'Europe du XXème siècle, les décisions prises, alors, par les gouvernants et les issues tragiques que ces décisions ont amenées.

L'histoire est un éternel recommencement et nos dirigeants actuels ne semblent pas avoir pris le recul et l'analyse des situations vécues.

Puis il y a aussi les « gourous »  de l'économie. Vous savez ces experts de la « vision prophétique » qui, quand ils ont l'oreille d'un Chef d'Etat,  leurs écrits et divagations se transforment en : « En Vérité je vous le dis »...

 


UEdominos.jpg

Un exemple : Jacques Attali est un «conseiller du Prince» .  Il a remis à Nicolas Sarkozy, en janvier 2008, six mois après l'éclatement de la «crise des subprimes » un rapport intitulé 300 décisions pour changer la France. En page 13 de ce rapport nous lisons :

 

«L'Italie, le Portugal, la Grèce et plusieurs nouveaux États membres ont (...) mené des réformes courageuses, pour contrôler leurs dépenses publiques, moderniser leur administration, et mieux recruter leurs agents publics. L'Espagne a œuvré pour l'accès de tous à la propriété du logement, dans une économie en quasi plein-emploi»...

 

Un peu plus de trois ans se sont écoulés depuis cette belle affirmation.

 

Mais revenons à l'analyse historique et  ces conclusions lues sur l'excellent site : Les Amis d'Hérodote :

Les États européens se sont engagés dans la voie sans issue qu'ont choisie avant eux le chancelier allemand Brüning (1930) et Pierre Laval (1935) en dénonçant la dette publique et en sacrifiant la cohésion sociale à la stabilité de la monnaie.

Nous croyons quant à nous que la dette publique est la conséquence du déséquilibre du commerce extérieur. Elle se forme en réaction au déficit commercial avec les pays tiers.

Réduisons ce déficit par quelque moyen que ce soit et la dette fondra d'elle-même. A contrario, sans réduction préalable du déficit, toute tentative de réduction de la dette est illusoire et dangereuse.

Notre analyse, si originale qu'elle soit, se conforme aux leçons de l'Histoire et au credo libéral le plus classique.

 

le contre-exemple allemand de 1930 :

La rigueur et le désendettement prônés par Bruxelles nous rappellent la politique mise en œuvre en 1930 en Allemagne par le chancelier Heinrich Brüning, gestionnaire réputé compétent : baisse des salaires des fonctionnaires, réduction à tout va des dépenses publiques etc.

Le chancelier voulait contenir les effets de la crise qui avait éclaté à Wall Street deux ans plus tôt, sans avoir à dévaluer le mark ni relancer l'inflation, honnie par les Allemands depuis l'année «inhumaine» (1923) où elle avait atteint des sommets insensés (plusieurs centaines de milliards de marks pour un dollar en novembre 1923).

Sa politique que l'on qualifiait alors de «déflationniste» a relancé la crise économique et sociale et favorisé l'arrivée de Hitler au pouvoir deux ans plus tard.

- la France en 1935 :

En 1935, en France, le Président du Conseil Pierre Laval a conduit une politique «déflationniste» semblable à celle de Brüning (ou de l'actuel Papandréou) en cherchant à diminuer les dépenses publiques réputées improductives : réduction du salaire des fonctionnaires, suppression d'emplois publics, nouvelles taxes, baisse des prix par voie d'autorité.

Son objectif était de redresser les finances du pays sans avoir à dévaluer la monnaie, le maintien d'un franc «fort» étant devenu une cause nationale.

Mais du fait de l'abrupte diminution des recettes, la dette publique n'a cessé de se dégrader au fil des mesures de rigueur. Le mécontentement social a abouti à la victoire du Front populaire, lequel a dû se résoudre à dévaluer la monnaie.

- la zone euro en 2011 :

Aujourd'hui, confrontés à la montée du chômage, à la désindustrialisation et à une crise sans précédent des économies européennes, nos dirigeants reprennent sans en avoir conscience la même politique déflationniste que Brüning et Laval, à cette différence près qu'ils l'ont rebaptisée  «rigueur».

Ils roulent sans rétroviseur, ignorants des leçons de l'Histoire. Cela les porte à se fier à leurs divers conseillers et «experts», des gens très intelligents... aux avis discutables.

 

La crise qui frappe la zone euro et nous menace de paupérisation ne doit pas surprendre l'historien Emmanuel Todd. Celui-ci a publié en 1990 un ouvrage savant,  L'Invention de l'Europe, dans lequel il a montré l'extraordinaire diversité anthropologique du continent.

Il y a vu l'impossibilité d'une fusion étatique et l'a écrit en préface à une réédition de son livre en 1995 :
«Soit la monnaie unique ne se fait pas, et L'Invention de l'Europe apparaîtra comme une contribution à la compréhension de certaines impossibilités historiques.
Soit la monnaie unique est réalisée, et ce livre permettra de comprendre, dans vingt ans, pourquoi une unification étatique imposée en l'absence de conscience collective a produit une jungle plutôt qu'une société».

 

 

 

 

Lire la suite

11:46 Publié dans Politique | Lien permanent | Commentaires (1) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook