03/11/2011

Heureusement qu’il existe d’autres déclinaisons de Dieu que celle d’Allah !

En complément au titre de ce blog, j'ajouterai bienvenue à toutes celles et ceux qui ont choisis de ne pas croire.

Bienvenue dans la ligne de choix de vie de ceux qui affirment, décident, protègent cette philosophie qui se décline par l'expression : « La liberté de penser » appliquée par la décision démocratique de la séparation absolue des pouvoirs temporels et spirituels, plus communément décrite par : « Démocratie laïque ».

CharlyHebdo.jpg

Depuis plusieurs années, dans nos pays à prépondérance et majorité judéo-chrétiennes (jusqu'à quand ?) la norme acceptée,  plus ou moins établie, dite de la tolérance disant que l'exercice de sa croyance (ou non croyance) est un fait d'abord personnel ressortant de la sphère privée et que l'ensemble de ses particularités et coutumes ne se montrent que dans le privé, n'est non seulement pas comprise mais surtout pas appliquée par l'Islam.

 

Nous en sommes au stade, je ne parle que pour nos pays occidentaux, où de médiocres obscurantistes s'auto proclament « pieux ». La dictature qu'ils imposent (sous le prétexte qu'ils ne font qu'exprimer la parole de leur prophète,) leur permet d'installer un terrorisme intellectuels à l'encontre de notre société laïque et, en plus, ils sont arrivés à modifier nos us et coutumes basés sur les Droits de l'homme dont spécialement ceux de la Femme, le droit pénal, la protection des animaux, pour ne citer que ces exemples.

 

La courbe de leurs méfaits est ascendante, le saccage du siège de l'hebdomadaire Charly Hebdo, alors qu'il est d'une gravité extrême, est pratiquement relégué, par les médias et le politiquement correct, au stade du « fait divers ».

Nous devons (malgré les menaces) avoir le courage d'affirmer publiquement, haut et clair :

  • Aucune religion ou pratique assimilée ne peut s'ériger, dans nos démocraties laïques, comme étant la détentrice de la «Vérité».
  • Seules nos constitutions et lois, votées démocratiquement par le Souverain, sont légitimes pour régir notre quotidien et par les lois émises, notre conduite.
  • Nous refusons et combattons toutes dérogations voulues pour des principes religieux ou ethniques venant polluer la sphère publique.
  • Nous refusons que nos lois sur la protection des animaux soient bafouées par des abattages tortionnaires imposés par l'obscurantisme religieux.

 

Nous aimons et croyons cette maxime de Louis Aragon, titre d'une chanson se Jean FERRAT :

« La femme est l'avenir de l'homme »

Face à l'actualité (quelques centaines de million d'Euros dépensés pour remplacer, en Lybie, un cheval borgne contre un troupeau de chevaux aveugles) et d'autres (Tunisie, Egypte)...

 

Qui ose encore affirmer, dans nos pays libres :

 

« L'Islam est l'avenir de l'Homme » ?

 

11:01 Publié dans Politique | Lien permanent | Commentaires (3) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

22/10/2011

Election fédérales : Participez !

35,44 % de participation pour le canton de Genève, chiffre annoncé hier, vendredi 21, par la Chancellerie. Un désastre !

Qui a oublié cette évidence : Quand la minorité prend le pouvoir, cela s'appelle une dictature !  Et cette minorité, par la faible participation au scrutin, elle valait un tiers des électrices et électeurs inscrits !

Non, je ne suis pas d'accord avec M Jean-Louis Barrault  quand il dit :

« La dictature, c'est 'ferme ta gueule' ; la démocratie, c'est 'cause toujours. »

Car je préfère, sans conteste, cette explication de Gandhi :

« Le vrai démocrate est celui qui, par des moyens non violents, défend sa liberté, par conséquent celle de son pays, et finalement celle de l'humanité toute entière. »

Comme démocrate, je conçois qu'il soit normal que l'offre des propositions soit variée en fonction des partis.

Cela permet aux électrices et électeurs de déterminer dans quelle société ils souhaitent vivre. Mais ce choix, ils doivent l'exprimer en votant...

 

UDCcomic_rgb_72_fr.jpg

 

 

Regardons tous ces évènements dramatiques dans les pays qui nous entourent, que ce soit les guerres, guerres civiles, révolutions dites « de printemps », les faillites programmées de la zone euro...

L'UDC, vous  présente sa volonté d'agir et elle vous l'a prouvé dans la législature qui s'achève. Allez y jeter un oeil à notre programme (Lien) et faites votre choix.

Dans tous les cas, il vous reste la possibilité, demain matin dimanche, de vous rendre dans le local de vote de votre quartier.

Ne gaspillez pas cette chance, que tant d'autres populations nous envie, de pouvoir choisir ceux qui vous représenteront.

 

15:53 Publié dans Politique | Lien permanent | Commentaires (0) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

11/10/2011

Appel UDC pour la mobilisation "les indignés suisses ".

Le 23 octobre prochain, TOUTES ET TOUS AUX URNES.

Cette manifestation de votre profonde volonté d'agir pour obtenir des résultats ne se présente que tous les quatre ans.

Votre présence réalisée dans  un ferme soutien par votre vote massif pour les bulletins UDC est le seul vecteur suffisamment puissant pour exprimer votre indignation face aux fausses espérances que vous rabâche la classe politique « bien pensante.

 

UDCcomic_rgb_72_fr.jpg

 

 

Votre vote « d'indignés » exprimera clairement vos exigences :

Pour un avenir sûr, dans la liberté et la prospérité, pour notre belle Suisse, pour un pays dans lequel il fait bon vivre;

Pour le cas particulier suisse avec ses piliers, qui sont la souveraineté, la démocratie directe, la neutralité permanente, le fédéralisme et la subsidiarité;

Pour des citoyens responsables, disposant de larges droits de participation, donc contre un Etat tout-puissant et centralisateur;

Pour la protection de la propriété privée et de la sphère privée;

Pour un Etat plus économe baissant les impôts, taxes et redevances pour tous;

Pour plus d'économie de marché et moins de bureaucratie, pour des emplois sûrs dans les entreprises, les arts et métiers;

Pour une politique extérieure ouverte au monde et consciente des forces de la Suisse sans adhésion à l'UE, à l'EEE ou à l'OTAN;

Pour une justice qui punit plus sévèrement les criminels et pour l'expulsion des étrangers criminels;

Pour une politique d'asile rigoureuse qui empêche les abus et n'accorde protection qu'aux authentiques réfugiés;

Pour une politique à l'égard des étrangers adaptée aux besoins de la Suisse et contre une immigration de masse;

Pour une armée prête à intervenir, dont la mission principale est la défense nationale et la protection de la population;

Pour une agriculture productrice comprenant des exploitations familiales qui peuvent travailler sans être étouffées par un flot de prescriptions;

Pour une instruction publique qui exige des performances et les encourage;

Pour des institutions sociales solides grâce à la lutte contre les abus des faux invalides et autres fainéants;

Pour l'assainissement de la santé publique en encourageant la responsabilité individuelle, pour la baisse des primes et l'allègement du catalogue des prestations de base;

Pour fluidifier et non pas entraver le trafic routier, pour la complémentarité des modes de trafic et contre les oppositions créées artificiellement entre les systèmes de transport;

Pour un approvisionnement énergétique des ménages et entreprises sûr, avantageux et aussi indépendant que possible;

Pour une protection de l'environnement avec des actes concrets au lieu d'une redistribution idéologique de l'argent sans utilité pour la nature;

Pour une politique médiatique qui mise sur la concurrence entre producteurs privés et non sur le monopole de la SSR en matière de radio et de télévision;

Pour une culture vivante qui n'est ni ordonnée par l'Etat, ni encouragée via des structures reposant avant tout sur le copinage;

Pour le sport de masse et d'élite afin de fortifier le corps et l'esprit;

Pour la solidarité des jeunes et des aînés, des femmes et des hommes, des familles et des célibataires;

Pour les valeurs fondamentales de notre culture chrétienne et occidentale, sans violence, sans fanatisme, dans le respect de notre Etat de droit libéral.

Le détail de vos exigences par un clic

 

09:57 Publié dans Politique | Lien permanent | Commentaires (9) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

04/10/2011

Légitime défiance mais légitime défense brimée et passible de poursuites pénales !

Bien des résidentes et résidents de notre canton entrent en Légitime Défiance face à l'incurie de nos Autorités à  assurer une sécurité, une tranquillité bref une liberté de mouvements sans danger, à toutes heures du jour ou de la nuit, dans nos villes, banlieues et nos campagnes.

Les portions de terrains habités abandonnés à la rapacité, la violence, l'agression des racailles d'ici et d'ailleurs sont en augmentations constantes (la novlangue appelle ceci des zones de non-droit).

Un exemple de plus ce mardi 4 octobre dans les colonnes de la TG : un homme roué de coups à la Gradelle.

LesSuissesVotentUDC.jpg

Les doléances provenant  de l'ensemble de notre canton augment mais il faut un cas légèrement plus grave que les autres pour que les médias (et encore pas tous) en parlent

Face à cette augmentation de notre insécurité, qui n'est plus depuis longtemps un sentiment, nous devons accepter des propos suffisant de la Conseillère d'Etat chargée de la sécurité affirmant qu'une prochaine réorganisation de la Police rétablira le « bon ordre », alors qu'elle s'en va chercher à l'étranger les remèdes ou plus simplement l'argumentation courageuse pour intervenir et sanctionner, sans état d'âme, toute cette lamentable délinquance.

Mais dénonçons aussi cet angélisme utopique de la gauche et de  ses élus qui n'ont cessé et ne cessent encore de vous égarer en affirmant que la Police, la Justice et la Répression ne sont pas les bonnes réponses et que pour résoudre cette insécurité il faut augmenter considérablement le nombre des « Educateurs de rue »...  Sujet de controverses lors des dernières élections municipales.

Vous avez crû bien voter !  Vous constatez amèrement la réalité et, plus grave, vous la subissez.

Alors que faire,   instaurer des « comités de vigiles citoyens » ?

Pourquoi pas, MAIS pas encore.  Il nous reste heureusement tout un espace d'actions légitimes.

Pour réellement l'activer, il faut changer le « casting » !  Tant que vous laisserez dans les législatifs et exécutifs une majorité d'élus et Magistrats bien plus préoccupés de protéger, entourer, assister les délinquants (sous le prétextes fallacieux qu'ils sont des victimes de notre société !)  que d'agir avec rigueur et fermeté pour simplement assurer une vie décente aux honnêtes citoyennes et citoyens, cette situation insupportable perdurera.

C'est en subissant un risque constant d'agression sur sa famille, sa personne et sur son patrimoine, en l'absence de réaction crédible de l'Autorité, que l'homme est obligé de se défendre. La vie des siens vaut bien plus qu'un cadre légal obsolète et scandaleusement permissif.

Ce constat semble échapper à bien des responsables politiques...

 

10:49 Publié dans Politique | Lien permanent | Commentaires (1) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

03/10/2011

L’Epuration religieuse islamique s’accentue. Cible actuelle les Coptes

Il est bien mieux vu, selon le politiquement correct, de soutenir la nébuleuse palestinienne à l'ONU. D'affirmer haut et fort que le « printemps arabe » débouchera sur une irréprochable démocratie respectueuse de toutes et tous...

Puis ce sera l'abandon de l'Etat d'Israël au profit de qui, de quoi ? Certainement de l'asservissement de l'ensemble des peuples d'origines judéo-chrétiennes.

Les faits sont précis. La réponse politique absente.

Et vous, qu'en pensez-vous ?

 

Eglisecopt.jpg

Exagérations ?  Voici quelques exemples :

93'000 Chrétiens Coptes ont quitté l'Egypte cette année 2011. C'est ce qu'indique le rapport d'une ONG basée en Egypte. Le nombre pourrait augmenter jusqu'à 250'000 d'ici la fin de l'année 2011, selon Naguib Gabriel, directeur de la Fédération égyptienne des droits de l'homme qui a publié ce rapport. Cette tendance à l'émigration met en danger la structure de la population égyptienne, a dit Naguib Gabriel au journal Al-Masry Al-Youm dimanche. Il a exhorté le Conseil Suprême des Forces Armées et le cabinet égyptien à travailler sur la réduction du phénomène.

-

Les données indiquées dans ce rapport se basent sur des informations provenant des églises coptes et des communautés coptes à l'étranger. "Près de 16'000 coptes ont migré vers la Californie, tandis que 10'000 sont allés au New Jersey, 8'000 à New York et 8'000 dans d'autres États américains", selon Naguib Gabriel. "Autour de 14'000 sont partis en Australie, 17'000 au Canada et 20'000 se sont installés en Europe", poursuit-il (autrement dit les 27 pays de l'Union Européenne n'accueillent que 20'000 Chrétiens Coptes sur un total de 93'000. Vous avez dit Eurabia ?). Naguib Gabriel attribue l'émigration des Chrétiens Coptes aux groupes extrémistes qui cherchent à instaurer la loi islamique, empêchent les Coptes de travailler dans des postes gouvernementaux supérieurs et sont responsables de la diminution du tourisme.

 

La source en un clic

 

Ce vendredi 30.11.2011 :

 

Eglisecopt2.jpg

"L'Eglise Saint-Georges dans le village d'Al Marinab dans la province d'Edfou a été attaqué et brûlé par des fanatiques musulmans originaires des mêmes villages et des villages voisins. Personne ne se trouvait à l'intérieur de l'église pendant l'attaque. Cette église a été attaquée il ya quelques semaines par la même foule de musulmans qui ont exigé de retirer sa croix. Aujourd'hui, ils ont réussi à brûlée l'église comme ils menaçaient depuis plusieurs jours. Ils ont prié leurs prières du vendredi en face de l'église incendiée.

 

Les fanatiques étaient environ 150.Trois maisons voisines, un magasin ainsi qu'un bâtiment, qui sont tous détenus par les coptes, ont également été brûlés (...)Aucune arrestation n'a été faite. Les Fanatiques musulmans ont empêché les camions de pompier de venir sur les lieux. Aucune protection de la justice et de l'état a été promis pour les coptes du village. Les Coptes qui ont peur de ces actes continueront d'augmenter à mesure que le gouvernement continue de permettre ces actes criminels et les laissent passer inaperçus. C'est la quatrième église copte détruite par les musulmans cette année, après la révolution".

 

La source en un clic

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Lire la suite

09:53 Publié dans Politique | Lien permanent | Commentaires (7) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

30/09/2011

Non au système politique de l’Union européenne.

 

LesSuissesVotentUDC.jpgEngagement de longue date répété avec vigueur comme action prépondérante des candidats UDC pour les prochaines élections au Conseil National, législature 2011 -  2015.

Pourquoi, depuis tant d'années, cette constance ?

Mon propos, aujourd'hui, n'est pas de vous ressasser les erreurs, errements, faillites du système Union Européenne que les médias vous comptent, à leur manière « orientée » tout au long  des informations diffusées.

Le fait majeur, incontournable, irremplaçable qui motive notre position se nomme la Démocratie Directe.

 

Le système politique de l'Union Européenne n'en veut pas.  Ce refus n'est pas à chercher dans une hypothétique difficulté de gouverner. Nous sommes l'éclatante démonstration du contraire.

 

Il vous importera peut-être, pour renforcer votre connaissance du sujet, de lire les critiques de fond que des intellectuels européens font sur le système politique retenu pour construire l'Union Européenne.

 

Monsieur Yvan Blot est l'un de ceux-ci :

Eliminer l'obstacle de la démocratie

Pour que l'homme soit une matière première docile, il est finalement nécessaire d'éliminer l'obstacle de la démocratie. La monarchie ne permettait certes pas l'interchangeabilité absolue des hommes et l'oligarchie, pour s'installer, a du l'abattre, en se trouvant pour elle-même, une nouvelle légitimité : la démocratie fut alors mise en avant au 19ème siècle. Mais par la suite, la démocratie fondée sur la nation et la participation active des citoyens s'est montré un obstacle à l'interchangeabilité mondiale des hommes, donc à l'utilitarisme au service de l'oligarchie.

Il a donc fallu vider la démocratie de son contenu réel. Cela consiste à dissoudre le cadre national qui est un cadre d'enracinement, le cadre historique d'enracinement de la démocratie. Le parlementarisme a été affirmé et en même temps vidé de son contenu : il n'y a plus de séparation des pouvoirs et le soit disant pouvoir législatif est totalement dominé par l'exécutif. Le vrai pouvoir est dans les mains des dirigeants oligarchiques des grands partis politiques en liaison avec de puissants lobbies syndicaux, bancaires, culturels et cultuels. La démocratie directe est bannie (sauf en Suisse et avec de grandes restrictions aux USA, en Italie et en Allemagne) car le citoyen doit être réduit à la condition de spectateur, non d'acteur, de la politique. Le citoyen est magnifié en paroles mais il est réduit dans les faits à n'être qu'un agent économique, une matière première de premier choix, un « animal technicisé » (autre formule de Heidegger).

oligarchie1-240x300.jpgTout d'abord, l'oligarchie, jouant les apprentis sorciers, cherche à enlever aux hommes leurs racines pour les rendre plus interchangeables ; c'est ce que Heidegger appelle « la destruction de la terre » produite par le Gestell. La race a été la première à être mise aux gémonies, au nom des horreurs commises lors de la deuxième guerre mondiale. Puis c'est le tour de la nation, de son histoire (qui doit devenir l'occasion de repentance), de la famille (dont l'existence serait une insulte aux homosexuels, semble-t-il) ! L'immigration a été encouragée pour affaiblir ce qui restait de racines. Les résistants ont été diabolisés, traités de « populistes » voir de « racistes », l'accusation suprême. Tout cela se fait au nom d'une morale politique imposée qui n'a jamais fait l'objet du moindre référendum ! Sous ces prétextes moraux, il y a en réalité la volonté de ramener l'homme à sa condition sujette de matière première disponible pour le pouvoir oligarchique.

 

Les régimes politiques qui dominent à présent l'Occident sont des oligarchies, bien plus que des démocraties, la Suisse étant sans doute la seule véritable exception. Mais qu'est-ce qu'une oligarchie ? Relisons à ce sujet Aristote. Dans le monde moderne toutefois, l'oligarchie gouverne selon une logique nouvelle qui est celle du « Gestell », de l'arraisonnement utilitaire, selon la formule de Heidegger. La logique du Gestell conduit à traiter l'homme comme la plus précieuse des matières premières, et à rendre autant que possible tous les hommes interchangeables, en mobilisant pour cela les ressources des passions égalitaires. Enfin, pour achever le processus de domination oligarchique, il faut éliminer l'obstacle de la  démocratie au profit d'une « gouvernance » de soit disant experts, tout en gardant la fiction de la démocratie pour désarmer les oppositions. Il faut alors voir s'il est possible de se libérer de cet engrenage fatal.

L'oligarchie régnante.

Il y a bien des sortes d'oligarchies : militaires, marchandes, politiques, religieuses, voire ethniques. Mais elles répondent toutes à une définition unique : c'est le gouvernement de quelques uns dans leur intérêt propre et non dans l'intérêt du peuple. Si l'intérêt du peuple coïncide avec l'intérêt de l'oligarchie (assurer la croissance économique pour favoriser sa propre réélection), tant mieux ! S'il y a conflit d'intérêt, celui des oligarques l'emporte : on en a des exemples avec le niveau de la fiscalité, avec le laxisme en matière d'immigration, avec l'endettement public, avec la politique européenne entre autres. Dans une société où les valeurs militaires de l'aristocratie demeurent importante, le souci de l'intérêt général l'emporte souvent (gaullisme de la Résistance). Dans une société marchande où les fonctions altruistes (religieuses, militaires notamment) sont en retrait, l'oligarchie est le trait dominant du pouvoir car chacun ne cherche que son intérêt propre, le politicien comme les autres.

La suite ici, en cliquant.

 

11:21 Publié dans Politique | Lien permanent | Commentaires (0) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

23/09/2011

Le sexe des anges, le World Trade Center, la Palestine et la crise européenne

Constantinopleconquete.jpg

 

« On raconte qu'à Byzance, les courtisans débattaient du sexe des anges pendant que les Turcs assiégeaient la ville.

À lire les journaux, écouter la radio et regarder la télévision, ne croirait-on pas que l'Histoire se répète ? DSK, le World Trade Center et l' ONU demande d'adhésion de la Palestine  au coeur de l'actualité ; disparue, la Crise européenne ? »

 

Ce sont des titres et analyses critiques que vous pouvez consulter dans nos médias.

 

Sans remettre en question la commémoration de ce massacre terroriste ignoble du 11 septembre 2001, n'y avait-il pas, à vision apocalyptique égale, la couverture et la relation de l'échec de la réunion des ministres du G7, à Marseille, qui se sont séparés sans trouver une solution à la crise financière grecque.

 

Etes vous certain, aujourd'hui, que la communication médiatique vous a bien informé de l'ensemble des facettes de cette affaire et des conséquences prévisibles ?

 

LesSuissesVotentUDC.jpg

 

 

L'UDC l'a prédit et annoncé depuis plusieurs années.

 

L'Union Européenne, actuelle est une construction de politiciens, pour des politiciens oeuvrant pour un néo libéralisme dont le but est l'augmentation des profits financiers par le biais de la spéculation tous azimuts.

 

Le citoyen, l'autochtone, le travailleur et sa famille, son lieu de vie, ses us et coutumes, la pérennisation de son lieu de travail n'ont plus aucune importance face au rendement devant générer des profits notamment par la délocalisation des entreprises vers des pays à bas salaires.

 

Franc suisse fort et déjà certains vous expliquent que des entreprises vont devoir délocaliser, donc quitter la Suisse. Quant à l'avenir de ces gens également écran de fumée, on n'en parle pas. Seule l'avenir de l' »Entreprise » compte. Le « matériel humain » est quantité négligeable, au mieux il sera assisté par l'Etat...

 

N'oublions pas que les rares citoyens européens (France et Hollande) ayant pu se prononcé par référendum, ont refusé le traité constitutionnel de 2005.

 

Cuisant échec devant le peuple. Mais quelques mois plus tard, sans retourner devant le peuple,  et pour cause, ces politiciens balayaient la décision populaire en adoptant, dans leur conclave, le traité de Lisbonne.

 

Et c'est parce que nous sommes à 4 semaines des élections fédérales que vous devez bien analyser tous les évènements et ne pas vous contenter des commentaires proférés par le politiquement correct pour forger votre décision.

Le courage politique de Guillaume Tell refusant de saluer le chapeau du Bailli nous a t'il quitté ?

 

 

Extrait d'un article paru sur le site Le Monde :

 

Rideaux de fumée pour une faillite annoncée

Il devient de plus en plus clair que la Grèce quittera la zone euro dans les prochains mois, avec des conséquences imprévisibles pour l'Union européenne. Des dirigeants énergiques et lucides pourraient peut-être sortir l'Union de cette mauvaise passe avec des solutions innovantes et audacieuses. Force est de constater que ce n'est pas ce à quoi nous préparent les dirigeants actuels, dont l'action - ou plutôt l'inaction - est déterminée par les prochaines échéances électorales.

Si ces dirigeants sont paralysés devant l'obstacle, c'est aussi que le franchissement de celui-ci nécessiterait qu'ils renient les principes néolibéraux qui les y ont conduits et ont fait faillite.

Ainsi a fait faillite l'idée selon laquelle l'euro allait renforcer la convergence économique de l'Union européenne et rapprocher les différents pays. C'est le contraire qui s'est passé, les pays de l'ancienne zone mark gagnant en richesse ce que les pays méditerranéens ont perdu.

Ainsi a également fait faillite le traité constitutionnel de 2005, rejeté par les citoyens français et néerlandais et néanmoins entré en vigueur sous le nom de traité de Lisbonne. Avec un Président coopté pour 30 mois et un Haut représentant pour les Affaires étrangères, on nous promettait une Union plus forte et en mesure de se faire mieux entendre.

La crise des subprimes de 2008 a illustré son impuissance et, pire encore, son lâche alignement sur les intérêts boursiers. En sauvant les banques de la faillite sans contrepartie ni garde-fous, les dirigeants européens se sont comportés comme le crocodile de la fable...

Celui-ci entend l'appel au secours d'un scorpion tombé dans la rivière. «Je veux bien te ramener sur la rive mais c'est à condition que tu ne me piques pas», dit-il. Promis, dit le scorpion. Mais à peine est-il monté sur l'échine du crocodile qu'il pique celui-ci. Au moment où l'un et l'autre vont se noyer, le crocodile gémit : «Tu avais promis de ne pas me piquer !». Je sais, mais c'est dans mes gènes, je n'ai pas pu m'en empêcher, répond le scorpion-banquier. Sans commentaires.

Sans commentaires, c'est précisément le mot d'ordre implicite des médias français. On a beau tendre l'oreille, aucune personnalité politique ne se hasarde à mettre en cause le traité de Lisbonne et son passage en force.

Cassandre au Monde

 

12:38 Publié dans Politique | Lien permanent | Commentaires (1) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

15/09/2011

Election à la Cour des Comptes : L’information que l’on oublie de publier !

Les contribuables genevois condamnés à verser 4,3 millions aux acquittés du procès BCGE.

Merci  à qui ?

Merci juge Devaud !

C'est au juge Devaud que l'on doit l'instruction qui a conduit au procès raté de la BCGE. Pour avoir instruit en tous sens, sans fixer de priorités stratégiques, l'actuel candidat communiste à la Cour des comptes est à la racine du procès raté le plus cher de Suisse dans une affaire de Banque cantonale. Les 4,3 millions d'indemnités que les contribuables genevois viennent d'être condamnés à verser à des personnes poursuivies à tort ne sont que la pointe d'un iceberg encore inconnu d'argent public jeté par les fenêtres du Palais de justice dans cette affaire.

Et la gauche en redemande !

C'est sans doute pour enquêter sur ce fiasco phénoménal que la gauche présente un spécialiste à la Cour des comptes. Avec un argument 100% partisan « faire barrage à l'UDC », torpillant au passage le caractère prétendument « impartial» de la candidature.

 

NidegerCC.jpg

 

Ceux qui hésitent, qui pensent s'abstenir, osez prendre une décision.

 

Les Magistrats élus à la Cour des Comptes ont pour mission de s'assurer que l'Etat dépense efficacement et judicieusement les deniers publiques donc de s'assurer qu'ils ne sont pas dilapidés !

 

Vous hésitez encore ?  Un seul candidat répond à cette mission:

11:26 Publié dans Politique | Lien permanent | Commentaires (5) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

13/09/2011

Tromperie sur les mots pour vous influencer.

N'oubliez plus les règles de la novlangue, celles qui ont pour but de vous laver le cerveau.

Exemple ce week-end : « des sympathisants activistes de gauche » perturbent une manifestation « d'extrémistes de droites » à St-Gall. Ils arrivent avec leurs capuchons, sèment violemment la panique mais ils sont excusables puisque ce sont des « sympathisants »...

Même tentative à Berne, samedi, lors de la journée des familles de l'UDC. La violence antidémocratique d'une centaine d'extrémistes de gauche, inadapté à notre société (mais pas à ses rentes dont ils se gavent) prévoyaient d'empêcher ce rassemblement.

On a pu lire qu'ils avaient prévus une contre manifestation dans une Maison de Quartier (lieux prisés des subversifs inadaptés) où l'affluence, selon les médias, n'a pas dépassé la centaine de personnes...

NidegerCC.jpg

Le politiquement correct du centre gauche se moque de vous, Madame, Monsieur. Cette poignée d'inadaptés activistes est connue, archi connue de la Justice, de la Police.

 

Des mesures préventives efficaces sont prises, déjà contre ces « supporters » violents des grandes rencontres sportives.

 

Qu'attendent nos décideurs pour prendre les mêmes mesures d'exclusion face à ces agitateurs violents dont la finalité est le retour de la dictature de leur pensée unique par la destruction et les menaces...

 

Osons affirmer et défendre sans concession notre démocratie directe dans notre société où la séparation des pouvoirs temporels et spirituels lui offre le beau mot de Laïque.

 

 

Un communiqué édifiant de Martin Baltisser, secrétaire général de l'UDC Suisse :

C'est la gauche qui coûte cher aux contribuables, pas l'UDC!

Des représentants de la gauche et des partis du centre versent des larmes de crocodile à cause des coûts de sécurité qu'a provoqués la fête de famille UDC samedi dernier à Berne. Ils oublient bien sûr qu'ils sont finalement eux-mêmes responsables de ces frais. Il est en effet honteux que des forces d'extrême-gauche et antidémocratiques puissent entraver massivement la liberté de réunion et d'expression, voire empêcher totalement des manifestations dans ce sens. Cette situation est la conséquence directe du laxisme des autorités politiques, notamment dans les villes gouvernées par des majorités de centre-gauche.

 

En décembre dernier, l'extrême gauche suisse a pu fêter un succès. Les menaces qu'elle a lancées contre l'Université de Lausanne ont eu pour conséquence que celle-ci a refusé d'abriter l'assemblée des délégués de l'UDC alors que dans un premier temps elle avait accepté de l'accueillir. La mollesse des autorités locales a permis ce revirement, si bien que l'UDC a dû finalement tenir sa réunion en plein air à Coinsins (VD) parce qu'elle refusait de se laisser chasser du canton de Vaud.

Des agitateurs antidémocratiques du même acabit ont heureusement raté leur coup samedi dernier. Plus de 50 arrestations et des saisies de poignards, de pièces de pistolet et de produits incendiaires donnent cependant une idée de ce qui serait arrivé si la police n'avait pas assuré la protection complète de la manifestation. Il existe de toute évidence des forces dans ce pays qui n'acceptent pas la liberté de réunion et d'expression et qui ne reculent pas devant la violence, des menaces et le risque de blesser des personnes pour parvenir à leurs fins.

 

Ne pas laisser faire les casseurs

 

L'UDC aurait pu faire venir sans problème et sans un seul policier ses 6000 membres et sympathisants sur la Place fédérale et célébrer paisiblement sa fête de famille sans qu'une seule vitre ne soit cassée ou que des tiers soient excessivement dérangés. Ce sont d'autres qui ont rendu nécessaire cet important déploiement de police. Ce sont les mêmes milieux qui attaquent régulièrement les agents de police près du manège couvert de Berne (Reithalle), qui, le dimanche des votations, démolissent des entrées d'hôtels, qui tentent d'empêcher l'UDC de faire son travail politique en cassant presque chaque semaine des vitres de son secrétariat général, en démolissant les stores et en couvrant les murs de graffitis. L'UDC ne se laisse pas déconcerter, même si ses membres sont agressés physiquement ou si les voitures de personnes travaillant pour le parti son incendiées.

En revanche, les politiques, qui tolèrent ces agissements et qui refusent d'intervenir sévèrement contre leurs auteurs, acceptent finalement que les droits démocratiques soient appliqués de manière sélective, que la liberté de réunion et d'expression soit restreinte et que notre culture de discussion politique soit foulée au pied. Ce sont ces mêmes politiques qui sont en fin de compte responsables du prix de la sécurité samedi dernier.

 

L'UDC tient à remercier le directeur de la sécurité de la ville de Berne et les nombreux agentes et agents de police d'avoir permis le déroulement de la fête de famille UDC et d'avoir apporté ainsi une contribution importante au bon fonctionnement de la démocratie. Des remerciements vont également au comité d'organisation ainsi qu'aux nombreux bénévoles sans lesquels cette manifestation n'aurait pas pu avoir lieu.

 

 

10:31 Publié dans Politique | Lien permanent | Commentaires (2) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

02/09/2011

L’annihilation de votre discernement pour le contrôle, par d’autres, de vos raisonnements !

Considérations d'un UDC égaré ?

Peut-être, mais surtout le constat navrant d'une journée d'invectives prononcées, lors de la séance du Grand-Conseil, par les adeptes du politiquement correct dont le vocabulaire déjà appauvri des mots forts nous, vous font prendre « des vessies pour des lanternes ».

Le « must » ayant été, lors de la présentation de notre résolution pour un renforcement du contrôle à nos frontières,  je cite : « Vous avez une conception à la grand-papa du contrôle frontière, nous n'avons plus les effectifs pour contrôler ceux qui passent des plaques de beurre en fraude »...

Un de mes collègue député, également responsable dans l'association ASIN, me faisait remarquer avec pertinence que les effets dévastateurs du « novlangue » ,sur les narrations de faits, en étaient la meilleure explication.

Novlangue.jpg

1947, G. Orwell, parution de son célèbre roman 1984.  Explications Wikipédia :

« La novlangue (Newspeak en anglais) est la langue officielle d'Océania, inventée par George Orwell pour son roman 1984 (publié en 1949). C'est une simplification lexicale et syntaxique de la langue destinée à rendre impossible l'expression des idées subversives et à éviter toute formulation de critique (et même la seule « idée » de critique) de l'État. »

La finalité de la novlangue est, bien entendu, de permettre la mise en place d'une dictature « librement voulue et décidée » par un peuple anesthésié par sa langue.

Et cette phrase en est la meilleure définition :

« Ne voyez-vous pas que le véritable but du novlangue est de restreindre les limites de la pensée ? À la fin, nous rendrons littéralement impossible le crime par la pensée car il n'y aura plus de mots pour l'exprimer. »

 

Voici les moyens définis par Orwell pour arriver à cette fin, à savoir contrôler la population en appliquant cinq règles :

1. une télévision perpétuellement allumée ;

2. une histoire révisée en permanence en fonction des intérêts idéologiques et politiques du moment ;

3. la condamnation de la mal-pensance ;

4. la diabolisation des opposants ;

5. la manipulation du langage par la Novlangue.

Entre l'analyse visionnaire de 1947 et les propos, écrits, vidéos, des grands médias et de la Caste politique au pouvoir, le titre de ce blog est plus que jamais d'actualité.

 

Un Procureur Général (selon un article de ce jour) qui émet une directive secrète laxiste pour les petits (le sont-ils vraiment, petits ?) consommateurs dealers de drogue.

Un jeune américain, même si il est consommateur de drogue, cela minimise t'il le fait que d'autres (un peu moins qu'annoncés) aient tentés de le jeter par dessus un pont ?

A force, par cette censure bien-pensante, d'interdire de prononcer un certain nombre de mots, la population finit par ne plus discerner, comprendre, la réalité et la gravité des actes commis.

Nous sommes actuellement face à une crise criminelle grave. Cependant les médias et le politiquement correct ont pratiquement radiés l'expression « crimes graves » pour des mots genre : délits, petits-délinquants, sentiment d'insécurité, etc.

On ne qualifie plus par des mots réels.

Cette situation illustre également un propos du logicien Bertrand Russell assurant que nul problème ne pourra être résolu, voire perçu, si l'on prend soin d'éliminer au départ toute possibilité de le poser.

 

 

Lire la suite

13:50 Publié dans Politique | Lien permanent | Commentaires (2) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

24/08/2011

UDC : Le tort d’avoir raison !

Dans tous les domaines de l'actualité récentes et passées, les commentateurs du monde médiatiques et politiques (je pense au politiquement correct) s'étouffent de rage en devant admettre que l'analyse politique de l'UDC était clairvoyante et juste. Allons jusqu'à citer cette phrase de Philippe Geluck Illustrateur de BD belge (Le chat) :

« Pour voir qu'il fait noir, on n'a pas besoin d'être une lumière »

 

RR.jpg

Mais nos « lumières dirigeantes » corrigent immédiatement  la tonalité en affirmant que l'UDC décrit correctement les problèmes mais propose de fausses solutions...

C'est  déjà un mieux face aux nihilistes patentés qui ne cessent de brailler.  « L'UDC ne sait que critiquer mais ne propose rien ».

Ces mêmes gens n'osent pas affiner leur analyse en se demandant pourquoi ceux qui sont au pouvoir, les leurs, ont des résultats si déplorables ?  Ont-ils réellement des initiatives positives ? Cherchent -ils réellement à améliorer le sort des citoyens ? Cette allégeance à l'UE, à la mondialisation libérale,  à ceux qui veulent économiquement  soumettre notre pays, n'est-elle pas coupable ?

Evidemment,  oser critiquer l'Union Européenne,  la mondialisation libérale, pour affirmer que le bien être de notre population n'est possible que dans une Suisse indépendante et neutre, ce serait admettre que l'UDC, depuis des décennies, à raison !

Ce serait aussi nous aider (règle de la démocratie avec son pouvoir partagé) à mettre en place toutes les initiatives (les parlementaires et celles acceptées en votations), les propositions législatives, etc., amenées, par les élus UDC dans les parlements fédéraux, cantonaux, municipaux.

Les palabres pour ne pas faire entrer immédiatement en vigueur l'initiative pour le renvoi des étrangers criminels, acceptée par le peuple, est une des illustrations permettant d'affirmer que les gens au pouvoir dépensent  leur énergie pour contrer les mesures votées par le peuple. Ils en oublient,  qu'en fait, ils sont en place pour améliorer le quotidien de la population.

Alors que fait l'UDC pour notre pays ?

Le mieux,  est de consulter son site. Toutes ses initiatives, actions, etc., y sont développées : lien


 

Lire la suite

13:19 Publié dans Politique | Lien permanent | Commentaires (0) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

16/08/2011

Courage politique, où es-tu ?

C'est un euphémisme d'affirmer qu'à Genève la sécurité ne se porte pas au mieux. Agressions, cambriolages, mendicités...

Cependant on vous assure que tout va BIEN et que vous devriez faire un effort de lucidité pour vous rendre compte qu'en fait, vous êtes victime de votre exagération de perception qui vous donne le « sentiment d'insécurité » !

Puis pour faire bonne mesure, on n'oublie pas de vous rappeler, période électorale oblige, qu'un certain parti politique  vous dupe  et utilise, comme fond de commerce, ce « sentiment d'insécurité » qui vous submerge pour le profit d'une politique nauséabonde ...

Cependant  en lisant ou en écoutant les médias, les quelques bribes de réalité quotidiennes que l'on daigne bien vous prodiguer (car vous n'avez JAMAIS le détail quotidien complet des activités délictueuses et criminelles commises), là encore, vous devez décoder le langage du « politiquement correct ».

Exemple, hier dans votre Tribune au sujet du bilan des Fêtes de Genève », le titre :

« Les organisateurs des Fêtes déplorent la «recrudescence des incivilités »

Le comité d'organisation des fêtes s'est plaint de la présence de pickpockets et de joueurs de bonneteau ainsi que de la recrudescence des incivilités. Tags, déprédations et même endommagement des groupes électrogènes.

MairePhiladelphie.jpg

Mais revenons au « courage politique » et citons, comme exemple, le Maire afro-américain de Philadelphie/USA, Mr Michael NUTTER.

Courageux, il a décidé d'intervenir avec rigueur contre les bandes de jeunes dits « Flash mob », auteurs d'agressions, vols et autres délits créant une insécurité préoccupante dans sa ville.  Il a décidé et fait appliquer  un « couvre-feu » le soir à l'encontre des mineurs.

Ses discours ne font pas dans la dentèle du politiquement correct :

« Vous nuisez à votre race » dit ce Maire aux gangs de noirs. !

Evidemment, rien à voir avec les atermoiements que nous assènent nos dirigeants...

L'article du Washington Post à ce sujet : lien

La traduction en français par Jean Patrick Grumberg : lien

 

 

Et pour ceux qui ne l'auraient pas lu, je joins ce commentaire d'un lecteur au sujet de l'article TG de ce jour sur les Fêtes de Genève. C'est un must du « sentiment d'insécurité » infondé ressenti par les habitants de notre belle Ville de Genève :

 

RR.jpg« Que faut-il faire ? La grève des impôts ? Une manif inutile ? Blablater sur un forum ? Voter correctement la prochaine fois ? Qui sait.
En tout cas, le silence radio de la "cheffe" de la police est édifiant.
Bien avant les fêtes on pouvait voir 3 ou 4 groupes de joueurs de bonneteau par quai en train d'escroquer des touristes. Pas un pandore à 10 km. Ou si, ils devaient coller un pauvre gars pour une infraction à 20.--, ou se balader au ralenti en prenant leur regard de cadors. Bref, inutiles et trop chers pour la prestation. Mais de nouveau, il faudra l'exemple d'un autre pays qui lui a osé agir, pour que les suisses/genevois se bougent le train.
Souvenez vous des émeutes de Genève pendant le G20 (tout le monde libéré), et comparez avec celles de Londres et les arrestations (ou visiblement, un bon nombre resteront en taule). Pas photo. »

 

 

 

 

 

08:30 Publié dans Politique | Lien permanent | Commentaires (2) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

30/07/2011

Déficits semestriels de la BNS: la politique doit enfin intervenir

Les  médias abordent très discrètement ce sujet et jamais d'une manière critique.

Peut-on continuer à laisser agir sans aucun contrôle cette oligarchie « expertocrate » de notre banque nationale.

« L'aristocratie de la finance » est elle fondée en agissant exclusivement pour les milieux financiers, dont les pertes seront, à nouveau, assumées par les citoyens contribuables ?

logo UDCGE + suisses votent UDC.JPG

L'UDC est le seul parti politique à s'insurger.

 

Voici, à ce sujet, son communiqué du 29juillet 2011.

 

Les nouveaux déficits par milliards de la Banque nationale suisse (BNS) dans le cadre des résultats semestriels sont la conséquence directe des spéculations hasardeuses sur les devises de l'année passée. Les erreurs commises se répercuteront sur la Confédération et les cantons par l'absence de dividendes. En clair, les contribuables paieront la facture des manquements du directoire de la BNS. Il est grand temps d'intervenir dans le champ d'activité de la BNS et d'imposer une limite à l'endettement.

 

L'UDC a réagi durant le premier semestre 2011 déjà aux achats spéculatifs et inefficaces de devises étrangères par la direction de la BNS, actions qui ont généré des pertes énormes en 2010 et jusqu'au milieu de cette année. Le groupe UDC a déposé deux motions au Parlement fédéral pour s'attaquer à ces problèmes:

 

La motion 11.3057 "Banque nationale. Revoir les règles applicables à ses activités" charge le Conseil fédéral d'adapter le cadre légal de la BNS de manière à garantir à celle-ci l'indépendance nécessaire pour assumer sa tâche-clé (stabilité des prix, approvisionnement monétaire) tout en lui imposant de la discipline par des règles claires et nettes dans d'autres secteurs comme, par exemple, l'achat de devises.

 

La motion 11.3540 "Banque nationale suisse. Introduire un plafond d'endettement" invite le Conseil fédéral à modifier la loi sur la Banque nationale (LBNS) de la manière suivante:

  • la quote-part des fonds propres et des réserves monétaires doit se monter à au moins 40% de la somme du bilan;
  • dans l'article 46 LBNS, la compétence du directoire doit être modifiée afin que les réserves d'or actuellement disponibles ne soient pas encore réduites.
  • comme dans les banques commerciales, il faut introduire des mesures de protection et une procédure d'assainissement en cas de suspicion fondée concernant des pertes d'exercices antérieurs qui n'ont pas encore pu être déduites du bénéfices, de surendettement ou de problèmes de liquidités.

Les provisions et les fonds propres de la BNS représentent encore à peine 11% de la somme du bilan. Il y a cinq ans, ce taux était encore de 50%. C'est dire qu'il est grand temps que la politique intervienne.

 

13:34 Publié dans Politique | Lien permanent | Commentaires (0) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

05/07/2011

L'UDC augmente la pression pour faire appliquer correctement l'article constitutionnel sur le renvoi

Le ver est dans le fruit, chers concitoyennes, concitoyens. L'intelligentsia oligarque mise en place par le « politiquement correct » use, abuse, invente tous les stratagèmes possibles pour détourner, annihiler votre volonté exprimée lors de la votation fédérale sur les renvoi des CRIMINELS étrangers.

C'est une manière de plus de vous formater l'esprit pour vous convaincre de rejoindre l'Union Européenne... Système où vos droits de démocratie directe n'existeront plus et pour cause....

Le communiqué de l'UDC suisse, sur le sujet et d'hier, n'ayant pas, comme à l'accoutumée, eu l'heure de plaire aux rédactions romandes, vous pouvez le consulter ci dessous :

LesSuissesVotentUDC.jpg

 

Martin Baltisser, secrétaire général UDC Suisse

 

 

Après la présentation du rapport final du groupe de travail chargé d'appliquer l'article sur le renvoi inscrit dans la Constitution fédérale, la direction de l'UDC a fait une analyse détaillée de la situation. Les propositions de la majorité du groupe de travail sont inacceptables et violent de manière évidente et grave la volonté du peuple. La criminalité étrangère reste alarmante. Le rapport en fait une description effrayante. Le groupe de travail a néanmoins saisi cet article constitutionnel approuvé par le peuple et les cantons comme prétexte pour placer le droit international non impératif et ses interprétations excessives au-dessus du nouveau droit constitutionnel. Il s'agit là d'une attaque en règle contre l'instrument de l'initiative populaire. La direction de l'UDC Suisse a donc décidé de se présenter vendredi 8 juillet 2011 devant les médias pour informer sur la suite des événements.

 

L'article constitutionnel sur le renvoi approuvé par le peuple et les cantons ne doit surtout pas provoquer le moindre changement de la pratique de renvoi des étrangers criminels: c'est ainsi que l'on peut résumer la position de la majorité du groupe de travail constitué par la conseillère fédérale Simonetta Sommaruga pour prétendument appliquer l'initiative sur le renvoi. Or, les initiateurs et le peuple qui les a soutenus voulaient exactement le contraire, c'est-à-dire un durcissement de la pratique de renvoi qui doit désormais se baser sur un certain nombre de délits clairement définis. Le groupe de travail a préféré reprendre le contreprojet inapte rejeté par la majorité du peuple et tous les cantons. Avec l'introduction d'une peine minimale de six mois selon la proposition de la majorité du groupe de travail, 84% des étrangers criminels ne pourraient plus être expulsés alors que les délits qu'ils ont commis tombent pour une bonne part sous le coup de l'initiative sur le renvoi.

 

Le droit international non impératif empêche d'autres renvois Les variantes retenues par la majorité ménagent de surcroît une large marge d'interprétation qui permettrait tribunaux et autorités exécutantes de saper encore un peu plus l'article constitutionnel, donc d'empêcher un renvoi en se référant par exemple à la libre circulation des personnes ou à des "raisons personnelles graves". Parmi ces dernières, il y a notamment la situation familiale (enfants, partenaire), sociale (pas de réseau de connaissances dans le pays d'origine) et culturelle (par de rapport avec le pays d'origine) que le criminel étranger peut faire valoir pour éviter une expulsion. Le droit impératif non contraignant et ses interprétations excessives par des tribunaux et autorités (de l'étranger, notamment) passeraient dans tous les cas avant le nouveau droit constitutionnel, donc aussi avant la sécurité des citoyennes et des citoyens.

 

Chiffres effrayants concernant la criminalité étrangère Aspect positif du rapport publié par le groupe de travail, la situation dans le domaine de la criminalité étrangère est décrite sans ménagement. Selon l'Office fédéral de la statistique, 24 192 personnes ont été condamnées en 2009 pour des délits graves. Dans 16 408 cas il s'agissait d'étrangers, chiffre qui équivaut à 67,8% de tous les délinquants condamnés. 8013 d'entre eux n'avaient pas d'autorisation de séjour. Ces chiffres témoignent de la proportion inacceptable que la criminalité étrangère a prise en Suisse. C'est dire aussi que l'article constitutionnel sur le renvoi est indispensable pour induire un changement de pratique augmentant la sécurité de la population. S'il en allait selon les propositions de la majorité du groupe de travail, à peine 2500 étrangers criminels seraient expulsés chaque année. Le problème de la criminalité étrangère persisterait et personne n'y changerait rien.

 

La direction de l'UDC informe sur la marche à suivre La conseillère fédérale Simonetta Sommaruga ne semble de surcroît nullement pressée d'appliquer l'article constitutionnel. La procédure de consultation concernant les dispositions d'application n'est prévue que pour début 2012 et le message adressé au Parlement ne suivra sans doute qu'un an plus tard. La direction de l'UDC n'accepte pas cette tactique d'obstruction. Elle informera vendredi prochain, 8 juillet 2011 sur la suite des événements. L'UDC n'admet pas que cet article constitutionnel clairement approuvé par le peuple et les cantons ne soit pas correctement appliqué. Les citoyennes et les citoyens ont droit à plus de sécurité - comme ils l'ont clairement exigé dans l'urne.

 

 

13:58 Publié dans Politique | Lien permanent | Commentaires (0) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

20/06/2011

Union Européenne, Euro, Grèce. Il n’y a plus de bonnes solutions !

C'est la conclusion, non dénuée de bon sens, qu'exposait Eric Zemmour,  dans sa chronique matinale sur RTL.

Ecoutez le par ce lien.

Certes son propos irrite les suppôts du politiquement correct, inconditionnels de la mondialisation libérale et des diktats des marchés financiers.

 

UEdominos.jpg

Le commentateur de la TSR, ce soir au journal, affirmait que « Les Marchés » ne font plus confiance à la Grèce pratiquement en état de banqueroute...

 

Nous en sommes au stade dramatique où ce sont « Les Marchés » qui dictent leurs conditions aux « ministres européens », pour que l'impôt, prélevé aux peuples de Grèce et de l'Europe, étanche leur soif de profit sans foi ni loi.

 

Que va t'il advenir, dans ce carnage financier, de la population grecque dont peu voire pas d'oligarque semble se préoccuper ? Qui doit perdurer, le peuple ou "les marchés" ?

 

Opportuniste me direz-vous quand je rappelle que l'UDC est la seule formation politique qui vous décrit, depuis des années, les dangers et l'inadéquation, pour notre pays, d'une adhésion à l'UE.

 

Ce sera un des choix cruciaux, pour votre qualité de vie, que vous devrez décider lors des élections fédérales de cet automne en déterminant à quelle formation politique vous donnerez votre suffrage : adhérer ou ne pas adhérer à l'UE. A voir et écouter l'actualité, avons-nous vraiment le choix ?

 

Seule l'UDC vous garantit une action ferme pour refuser toute adhésion à l'UE, seul moyen de nous prémunir de ces désastres programmés qui affligent déjà les populations de bien des pays de l'UE.

 

 

 

08:30 Publié dans Politique | Lien permanent | Commentaires (0) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook